Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGravediggaz › 6 Feet Deep (Niggamortis)

Gravediggaz › 6 Feet Deep (Niggamortis)

cd | 16 titres | 50:18 min

  • 1 Just When You Thought It Was Over (Intro)
  • 2 Constant Elevation
  • 3 Nowhere To Run, Nowhere To Hide
  • 4 Defective Trip (Trippin')
  • 5 2 Cups Of Blood
  • 6 Blood Brothers
  • 7 360 Questions
  • 8 1-800 Suicide
  • 9 Diary Of A Madman
  • 10 Mommy, What's A Gravedigga?
  • 11 Bang Your Head
  • 12 Here Come The Gravediggaz
  • 13 Graveyard Chamber
  • 14 Deathtrap
  • 15 6 Feet Deep
  • 16 Rest In Peace (Outro)

enregistrement

1993-1994

line up

Prince Paul (The Undertaker), Rza (The Rzarector), Frukwan (The Gatekeeper) - Too Poetic (The Grym Reaper) (MC's, productions)

Musiciens additionnels : Killah Priest (MC), Masta Ace, Scientific Shabazz, Dreddy Krueger, MC Serch, Biz Markie, Kurious (MC's), RNS (production), Mr Sime (production), Scott Harding (basse), Don Newkirk (claviers)

remarques

La version européenne inclus un titre en plus: "Pass The Shovel" (piste 9)

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
horrorcore aristocrate

Cette chro sera sans doute plus pénible pour vous que pour moi. Je ne peux vous offrir qu’une chronique de fan, désolé (pardon seigneur, Marie, Jésus, Jean-Jean, tout ça quoi) car à chaque fois que j’écoute ce disque, j’ai l’air béat, je m’abandonne dans mon falzar la bave aux lèvres. J’suis au paradis. Vous pigez ptetre pas… Je vais faire plus simple : Gravediggaz fist-fuck ta reum pour s’en faire un gant mapa, c’est plus clair comme ça, mmmh ? Ce Niggamortis (oui, j’utilise le titre original, c’est plus élégant que la version ‘censurée’), c’est la grande classe, un mélange entre la culture de rue et les séries B horrifiques pour un résultat fantasque et exquisément grandiloquent : et c’est tout ce qu’il faudra retenir si t’as pas envie de te farcir cette chronique de jeune poseur. Réécouter ce petit bijou, putain, c’est à chaque fois le pied. Un p’tit bijou, eh eh, c’est ça : la Rolls de l’horrorcore, reluisante et clinquante, superbe tout simplement. Une bonne grosse réserve de hits scélérats, noire dans l’inspiration mais bien festive et débridée dans la forme. Attention !!! Ils arrivent... Quatre renois dans un corbillard chromé rempli de pelles, de faux, de crans d’arrêt, de surins et de rasoirs. Pas de flingues, nan. Comme dirait notre Gégé dans Buffet Froid : rien ne vaut l’arme blanche. Rapide, discret, efficace. Faut dire aussi, un coup de schlass dans la carotide est vite arrivé, surtout si t’as le malheur de prendre ces niggaz pour des potes à Omar et Fred. Matte un peu les chicots en métal, brrr ! Faut jamais se fier au sourire de ces gusses. Ils aiment déconner, certes. Mais la déconne, ça n’est rien quand ce n’est que de la déconne. Ici, on fanfaronne du début à la fin, mais toujours avec l’œil mauvais, le couteau bien en évidence et le mawashi prêt à se détendre au moindre soubresaut de moquerie, et ce malgré les gros cumulo-nimbus d'opium qui gravitent autour de nos têtes. On déconne avec du sang plein la bouche et des plans bien crades dans la caboche. Deux légendes de la East-Coast s'associent pour leur opus de rêve, celui qu’ils ont sorti pour mettre les points sur les I. Un "supergroupe" selon certains. Une association de malfaiteurs selon d’autres. Les flows du quatuor sont proprement hallucinants, d’aisance, d’agilité, à la fois haletants et saccadés, vicieusement rampants, claudiquants, boiteux mais fuckin' fluides - c’est comme si quatre najas étaient entrelacés autour d’une dague (visualise un peu le symbole dans ta tête, perso je trouve que la métaphore en jette) : souplesse pour l’un, puissance pour l’autre, fébrilité pour le suivant et désinvolture pour le dernier. La mixture est fatale, et je vous parle pas des featurings mortels avec Killah Priest et la compagnie Shabazz, sinon on va y passer la journée. Tous les verses de ce disque sont des purs moments de bonheur pris en eux-mêmes, alors si en plus tu me demandes les instrus qu’il y a derrière… pfffiou. La musique est de grande qualité malgré la pantalonnade apparente : inventivité folle, beats haut de gamme, samples foisonnants, et plus globalement prods d’une finesse et d'une efficacité absolues, ce qui n’a rien d’un paradoxe vu que Prince Paul et RZA ont toujours été du genre a apprécier le travail bien fait (enfin… à l’époque surtout). On est chez les Parrains, quoi. Bruits de barillet, murmures malveillants, voix de satyres en rut, clins d’œil coquins, etc, etc… Une boîte à tubes en fait : "Detective Trip (Trippin')", avec sa boucle fatalement groovy, "Bang Your Head", électrisé par une ligne à haute tension, qui met sa pâtée à tous les "Fight The Power" du monde – le genre de refrain qui te file la trique pour la journée et te fait confondre ton chat avec un puching-ball ("BANG YOUR HEAD ! BANG – YOUR – HEAD !!! BANG YOUR HEAD ! BANG YOUR MOTHAFUCKIN’HEAD !"). Sur "Diary Of A Madman" - entre le Wu-Tang et Dario Argento pour l’ambiance - le groupe donne son meilleur autoportrait, convoqué au tribunal pour répondre de ses crimes. Et Shabazz de se fendre d’un "look deep in my eyes, you’ll seen visions of death" qui résume tout. La sentence finale fuse, évidente : GUILTY ! Niggamortis, c’est décidément du grand art - chaque titre est une mise en scène. Parfois très relax avec samples de jazz quand RZA perverti les cuivres, volontiers funky ("Death Trap") voire ragga ("I-800 Suicide"), délicieusement vicelard dans "Nowhere To Run" et "Blood Brother", beefheartien sur "6 Feet Deep" et ses flows au rythme improbable, parfois glauque et malfaisant, comme sur ce "2 Cups Of Blood" avec ses rembobinages de bande irritants et ses cordes hypnotiques ou ce "Graveyard Chamber" au sample cramoisi, Gravediggaz impose son style et sa dégaine, et charme direct. Niggamortis, c'est la grande classe, et si t'es encore dubitatif après ce gros pâté que je t'ai administré, mirisse bien la pochette p'tit frère, mirisse bien: on dirait bien qu'ils ont envie de toi... le regard gourmand ne trompe jamais.

note       Publiée le dimanche 20 avril 2008

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

partagez '6 Feet Deep (Niggamortis)' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "6 Feet Deep (Niggamortis)"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "6 Feet Deep (Niggamortis)".

ajoutez une note sur : "6 Feet Deep (Niggamortis)"

Note moyenne :        22 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "6 Feet Deep (Niggamortis)".

ajoutez un commentaire sur : "6 Feet Deep (Niggamortis)"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "6 Feet Deep (Niggamortis)".

nowyouknow › mardi 27 septembre 2016 - 18:49  message privé !

Un titre en plus sur la version européenne titrée Niggamortis. Découverte du jour.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › lundi 27 mai 2013 - 18:48  message privé !

Non je n'irais pas au delà parce qu'il y a quelques longueurs (et "6 Feet Deep" est quand même bien gonflante).

Note donnée au disque :       
Fryer › lundi 27 mai 2013 - 08:15  message privé !

La notation est sur 6, pas sur 4.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › dimanche 26 mai 2013 - 22:03  message privé !

"Bang Your Head" ou un des morceaux les plus puissants du hip hop.

Note donnée au disque :       
boumbastik › samedi 8 décembre 2012 - 21:48  message privé !

"Gravediggaz fist-fuck ta reum pour s’en faire un gant mapa" Cet argument est imparable --> je vais écouter de ce pas.