Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZZero Le Creche › Last year's wife - the collection

Zero Le Creche › Last year's wife - the collection

cd | 21 titres

  • 1 Last year's wife
  • 2 Women say
  • 3 Fall to dust
  • 4 Falling
  • 5 Beyond westworld
  • 6 Terminal tracks
  • 7 Last year's wife (12 inch version)
  • 8 The game (forever now)
  • 9 The fridge
  • 10 Close your eyes
  • 11 Laughing at your pain
  • 12 Comfort kills
  • 13 Colder
  • 14 Future king
  • 15 Kings and queens
  • 16 Sometimes
  • 17 On the wire
  • 18 Goodtime (sunshine)
  • 19 Crashing
  • 20 Roses
  • 21 Laughing at your pain (live)

enregistrement

Titres 1 à 3 enregistrés pour Flicknife Records en 1984; titres 4 à 6 enregistrés Pour Cherry Red en 1987. Le morceau 21 a été enregistré live à Dingwalls, janvier 1984. Les autres pièces sont des enregistrements maison.

line up

Andy Manning (chant), Andy Mitchell (guitare), Terry Miles (basse), Richard Olley (batterie), Richard Thorne (clavier), Jamie Lord (chant)

chronique

Quelqu'un me faisait remarquer qu'un nom pareil évoquait volontiers un groupe de visual kei japonais, ce qui n'est pas faux. En réalité, avec Zero Le Crêche, nous avons affaire à une formation anglaise crée en 1983 par le bassiste Terry Miles. Seconde surprise, il affirme que ce nom bizarre s'est imposé petit à petit, sans signification précise. Les connaisseurs ont probablement découvert Zero le Crêche avec 'Last year's wife', leur plus gros succès, présent sur nombre de compilations. Après écoute de cette 'collection' made in Cherry Red, j'en viens à me demander si ce n'est pas simplement parce qu'il s'agit de leur unique enregistrement, avec le line-up originel du moins. La plupart des compositions réunies ici sont en effet principalement des enregistrements maison, le groupe ayant splitté avant d'avoir pu signer avec une compagnie, exception faite de Flicknife Records qui produira le single 'Last year's wife'. Il semblerait d'ailleurs que voilà encore un combo qui doit une fière chandelle à Mick Mercer qui n'a eu de cesse de clamer tout haut le bien qu'il pensait de ce titre. Il est évident que voilà une bonne chanson, accrocheuse dans sa mélodie, mêlant une touche cold wave dans sa basse, des sonorités gothic rock dans sa guitare et dont le chant évoque un mélange de Peter Murphy (Bauhaus) et Richard Butler (Psychedelic furs). J'avoue pourtant que 'The collection' regorge de chansons qui enfoncent facilement le fameux hit, à commencer par 'Fall to dust', moins facile dans sa mélodie, plus efficace dans ses atmosphères, notamment de par un début sombre et atmosphérique avant que n'éclate une ryhtmique roulante et tribale parfaitement jouissive. Le chant fantômatique n'est pas sans rappeler les travaux de Corpus Delicti des années plus tard, pareil pour l'excellent 'The game' que l'on pourrait presque prendre pour un pirate des Français. C'est à Bauhaus que je songe à l'écoute de l'excellent 'The fridge' et aux Chameleons pour 'Close your eyes' et 'Laughing at your pain'. Il est donc évident que du potentiel, Zero Le Crêche en avait. Le départ de leur chanteur signera la mort du groupe alors à l'aube de la signature d'un bon contrat; leur manager, impatient de voir décoller leur carrière, décidera que leur charismatique frontman au look androgyne à la Gene loves Jezebel s'en tirera mieux seul et le convaincra d'abandonner ses collègues. Les autres tenteront de s'accrocher en engageant un nouveau chanteur et un clavier pour l'enregistrement de trois morceaux pour Cherry Red (leur seconde véritable sortie)...Et là, j'ai un problème car les membres n'aimeront pas du tout, et finiront par splitter. Or, 'Beyond westworld' s'annonce carrément comme mon favori du groupe. Une boîte à rythmes lance le tempo, les guitares aux sonorités Mission des débuts tissent une sorte de toile tandis que le chant se lance dans quelque chose d'héroique qui se mue en flamboyance quand la batterie roulante vient accélérer le tout et que les guitares se font plus torturées. Je suis dingue de ce titre et si 'Falling', plus dans la lignée Bolshoi est moins prenant, il n'en demeure pas moins très plaisant. Question de goût ? Chacun jugera. Personnellement, s'il est évident que Andy Manning avait une bonne voix, son remplaçant s'en tire brillamment lui-aussi. Tout ça et plus encore, vous le découvrirez sur cette compilation, véritable réhabilitation d'une formation promise à un oubli quasi total malgré la qualité des ses compos. On déplorera simplement les différences de qualité entre les morceaux; les enregistrements officiels étant plus que limités, il reste surtout de la carrière de Zero le Crêche des démos, un live et des prises sur mini studio. Vu le plaisir que l'on prend à leur écoute, on se dit que ce groupe aurait mérité plus bel écrin.

note       Publiée le mardi 15 avril 2008

partagez 'Last year's wife - the collection' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Last year's wife - the collection"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Last year's wife - the collection".

ajoutez une note sur : "Last year's wife - the collection"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Last year's wife - the collection".

ajoutez un commentaire sur : "Last year's wife - the collection"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Last year's wife - the collection".