Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSKlaus Schulze › Live @ KlangArt

Klaus Schulze › Live @ KlangArt

10 titres - 154:57 min

  • CD 1 75:55
  • 1 Breeze To Sequence 15:08
  • 2 Loops To Groove 12:58
  • 3 From Church To Search 14:06
  • 4 I Loop You Schwindelig 27:59
  • 5 Short Romance 05:44
  • CD 2 79:02
  • 1 La Fugue Sequenca 21:59
  • 2 Cavalleria Cellisticana 21:51
  • 3 Tracks Of Desire 09:13
  • 4 Last Move At Osnabrück 13:36
  • 5 OS 9.07 12:23

enregistrement

Enregistré au festival de KlangArt à Osnabrück/Allemagne le 9 Juin 2001. Une 1iere publication sur Rainhorse le 16 Juillet 2001.

line up

Klaus Schulze (claviers, synthés, échantillonnage, percussions et effets), Wolfgang Tiepold: Violoncelle sur titres 2 et 3 du CD 2

remarques

chronique

Réalisé à toute vapeur, et sur 2 cd isolés, sur étiquette Rainhorse, Live KlangArt de Klaus Schulze est sans contredit l’une de ses belles prestations en concert. Un concert mélodieux et superbement chaleureux qui revoit le jour dans une superbe réédition du label Allemand Revisited Records. Une réédition qui ne masque pas les erreurs de Rainhorse, mais qui donne la chance aux fans de Schulze de mettre la main, et les oreilles, sur une splendide prestation, gratifiée d’une belle présentation et de 2 titres en prime. Un délice, et un délire, pour les fans du Mozart des temps modernes.
Une séquence aux pulsations haletantes s’échappe d’une intro bigarrée digne d’un orchestre en formation. Le maître est en forme et installe ses séquences qui s’entrecroisent sous des synthés vaporeux mellotronnés de chœurs célestes. Le rythme Breeze To Sequence est fébrile et soutenu de percussions qui faisaient les courbes des œuvres analogiques des années 70. Une étrange course contre la montre, sous une pluie de solos torsadés qui roulent dans une structure spiralée aux séquences en cascades. Du Schulze agressif qui explose encore plus avec des percussions martelantes, modifiant la structure rythmique vers la 11ième minute. Si Breeze To Sequence est explosif, Loops To Groove est divinement sensuel. Le synthé ulule doucement sur un tempo lent et fragile, ceinturé d’une bonne basse envoûtante. Un synthé aux arômes orientaux qui se moule aux atmosphères et aux vocalises suggestives avec de fines incursions sonores qui mêlent la captivité à la curiosité. Cette sensualité syncrétique se poursuit jusqu’aux portes de From Church To Search et ses chœurs juvéniles qui errent dans une ambiance flottante. Comme une onde spectrale, le mouvement s’étend avec une finesse ondoyante telle une ombre atonale en quête de sens. Tranquillement, les percussions dandinent From Church To Search, alors que le synthé échappe ses effluves arabesques sur un débit séquentiel de plus en plus hachuré, pour choir dans les pénombres mellotronnés d’une finale orchestrale lourde.
Enregistré dans les studios de Hambühren en Juin 2001, I Loop You Schwindelig était une pièce en prime sur le 1ier cd de l’œuvre originale. Un titre moulé sur une structure séquentielle hésitante, une bonne basse fluide et cahoteuse avec des bonnes percussions de style bongo électronique. Du Schulze très contemporain sur un rythme qui croisse avec lourdeur à l’aide de percussions plus vivantes et des ‘’ tchibidoo’’ qui nourrissaient les délires digitales du brillant synthésiste Allemand. Atonique, Short Romance sort tout droit des rêveries violoncellées de Ballet, que l’on retrouve sur Contemporary Works 2, créé à la même époque. Sa courte durée en fait une beauté angoissante de premier plan.
La Fugue Sequenca reprend le concert de KlangArt sur un synthé flûté de lamentations violoncellées. Ces stries errent dans une noirceur aux éléments sonores composites, dont d’énormes pulsations lugubres dessinent les cercles réverbérants qui donnent naissance à une superbe séquence nerveuse qui danse sur des tablas endiablés. Fébrile et désordonné, La Fugue Sequenca tarentelle sur des séquences frénétiques et un rythme endiablé, nourris de bonnes percussions et d’un synthé aux ondes lourdes qui multiplie des solos torsadés incisifs et créatifs. Du très grand Schulze. Cavalleria Cellisticana calme les ardeurs avec un violoncelle qui se lamente sur un synthé mellotronné de souffles légèrement lugubres. Une berceuse pour âmes errantes qui plonge dans les rythmes endiablés de La Fugue Sequenca (12ième minute) pour reprendre ses jérémiades soporifiques et mélancoliques jusqu’ au tempo frénétique de Last Move At Osnabrück. Un titre lourd et enveloppant dans une structure contrastante avec ses denses nappes mellotronnées qui modèrent une rythmique limpide. Un autre excellent titre.
Respectant les structures morphiques du violoncelle, la pièce en prime OS 9.07 offre une intro plaintive qui trempe dans une ambiance étrangement vaporeuse, s’entremêlant à l’ivresse de vocalises bigarrées jusqu’aux premiers martèlements de percussions martelantes. Le tempo devient alors plus lourd que lent, mais envoûtant, sur une séquence qui ourle avec pesanteur dans un univers plus contemporain que le concert de KlangArt. Un double opus qui n'est pas loin du chef d'oeuvre et qui vaut amplement la dépense (surveillez les aubianes sur Ebay).

note       Publiée le dimanche 13 avril 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Live @ KlangArt".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live @ KlangArt".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live @ KlangArt".

Aladdin_Sane › vendredi 18 novembre 2011 - 14:50  message privé !

C'est quoi cet album ? on dirait du Enya par moment...

Note donnée au disque :       
snooky › jeudi 1 avril 2010 - 06:00  message privé !

Un album live de Klaus Schulze, c'est toujours un événement.Ce Live @ klangart n'échappe pas à la règle.Le premier disque est un havre de paix.Douce,sereine, la musique déroule sans effusion particulières, très fluide.Et ce même si "I Loop..."me semble un peu long.Ce n'est peut être pas très original en soi mais c'est très prenant, émotionnellement parlant.La fin de " From Church To Search" est majestueuse. "La Fugua Sequenza"(CD2) est du pur bonheur, très rythmé dans sa première partie."Cavaliera Cellistina" nous renvoie à la série Ballett.Tiepold prend la main et le maître s'efface.Encore très fort côté émotions."Et "Tracks of desire" me rappelle beaucoup "Royal Festival Hall 2". En résumé, un très grand live où, une fois de plus, Maître Schulze nous prouve qu'il reste UNIQUE.

Note donnée au disque :       
Logosman › lundi 14 avril 2008 - 13:07  message privé !
Grand concert de Klaus Schulze (je pleure encore l'annulation du concert de Paris). Ici Schulze déballe une fois encore des ambiances très variés, allant de morceaux tristes et intimistes (les participations de Tiepold) à des explosions apocalyptiques (From Church To Search) ou encore des morceaux prodigieux d'expérimentations diverses (La Fugue Sequenca). Un poil long sur certains morceaux (I Loop You Scwindelig), ce concert renoue avec la grandeur du Live de 80.
Note donnée au disque :       
gkar02300 › dimanche 13 avril 2008 - 21:04  message privé !
Il merite pour moi entierement ses 6 boules tellement ce double CD est variées en mélodies et riches en sonoritées....peut être son chef d'oeuvre des années 2000 j'espère qu'il se rétablira vite afin qu'il revienne nous proposer un concert mémorable....Vite Klaus on t'attends avec IMPATIENCE ;-)
Note donnée au disque :