Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNineteen Ninety-five And Nowhere › Nineteen ninety-five and nowhere

Nineteen Ninety-five And Nowhere › Nineteen ninety-five and nowhere

cd • 10 titres

  • 1Blindfold
  • 2Default
  • 3Idiot nation
  • 41995
  • 5Open season
  • 6Dumb
  • 7Black eyed faith
  • 8Zapruder
  • 9Sound and sound
  • 10Blood moon

enregistrement

Leeds, Angleterre, 1995

line up

Gary Marx (chant, guitare, basse, programmation)

remarques

chronique

Leeds, Angleterre, 1995, Gary Marx, guitariste originel des Sisters of Mercy se prend un verre avec un type bossant justement avec eux; tous deux déplorent le vide artistique du groupe. Quelques jours plus tard, Andrew Eldritch himself rappelle son compère; il a eu vent de son désir de retravailler avec lui et pense que Gary souhaite collaborer aux concerts. Ce n'est nullement le cas, le guitariste explique qu'il veut écrire de nouvelles chansons avec lui. Séduit, Andrew ne rejette pas l'idée et promet d'y réfléchir. Problème: il souhaiterait travailler comme à l'époque, soit attendre que Gary lui propose des morceaux arrangés sur lesquels expérimenter diverses pistes vocales. Ce dernier qui aimerait avancer vite, collaborer dans l'écriture, ne veut pas de cette solution mais comme son ex-pote semble inébranlable, il compose onze pièces pour accélérer les choses et les lui envoie. Comme il fallait s'y attendre, Andrew ne donnera pas la moindre suite. Les morceaux semblaient promis à l'oubli jusqu'à ce que Gary qui envisageait un come-back musical s'en souvienne et décide de tout terminer lui-même. Il joue, arrange l'ensemble et bien qu'il ait d'abord souhaité trouver un chanteur, finit par se risquer derrière le micro et, pas trop déçu du résultat, se charge finalement des vocaux. Pourquoi je vous raconte tout ça ? Pour vous expliquer la sortie chez D-Monic d'un album sorti de nulle part signé par le groupe Nineteen ninety-five and nowhere alias Gary Marx. Mon sentiment sur ce disque ? J'aurais aimé qu'il reste dans sa cave. Si l'idée pouvait sembler séduisante, le résultat est assez plat. Le principal reproche est que voilà une suite de morceaux qui sonne comme une démo: boîte à rythmes assez cheap, programmée à la diable, arrangements peu fouillés, sans aucune force, sentiment renforcé par un mixage assez creux qui aurait tendance à pousser un brin trop le chant de Gary que ce dernier tente de faire sonner à la Andrew Eldritch mais qui se révèle de par trop dénué d'émotion. Je ne dis pas que les mélodies sont forcément toutes mauvaises mais l'ensemble sonne quand même bien léger et surtout très banal. Qui sait ? Peut-être qu'avec l'aide d'un bon producteur, de quelques musiciens qui auraient collaboré à des arrangements plus fouillés et profonds, on aurait eu quelque chose qui valait le déplacement. C'est d'autant plus frustrant qu'au fil des écoutes, des chansons comme 'Dumb', '1995' ou même 'Idiot Nation' révèlent un vrai potentiel (malgré une resucée maladroite de structures Sistersiennes). Hélas, l'auditeur se retrouve au final avec ce qui aurait dû rester une démo en attendant mieux. Si tu veux refaire parler de toi mon vieux Gary, va falloir faire bien mieux que ça...

note       Publiée le mardi 8 avril 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nineteen ninety-five and nowhere".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nineteen ninety-five and nowhere".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nineteen ninety-five and nowhere".