Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTindersticks › Trouble Every Day

Tindersticks › Trouble Every Day

14 titres - 41:26 min

  • 1/ Opening Titles
  • 2/ Dream
  • 3/ Houses
  • 4/ Maid Theme 1
  • 5/ Room 321
  • 6/ Computer
  • 7/ Notre Dame
  • 8/ Killing Theme
  • 9/ Taxi To Coré
  • 10/ Coré On Stairs / Love Theme
  • 11/ Maid Theme (End)
  • 12/ Closing Titles
  • 13/ Killing Theme (Alternative Version)
  • 14/ Trouble Every Day

line up

TINDERSTICKS : David Boulter (claviers), Marck Colwill (basse), Neil Fraser (guitare), Dickon Hinchliffe (violon), Alasdair Macaulay (batterie), Stuart Staples (chant, guitare)

Musiciens additionnels : Gavyn Wright (violon), Perry Montague-Mason, Dave Woodcock, Jonathan Strange, Chris Tombling, Patrick Kiernan, Vaughan Armon, Simon Fischer, Pete Hanson, Cathy Thompson, Ben Cruft, Emilyn Singleton (violons), Melissa Phelps, Paul Kegg, Frank Schaefer (violoncelles), Malcolm Moore (double-basse), Neil Sidwell (trombone), Fiona Hibbert (harpe), David Pattman (bongos)

remarques

chronique

"Trouble Every Day, un film franchement chiant avec une ambiance tripante et une musique magnifique", voilà en gros ce que je pense du long-métrage de Claire Denis. Je me dois quand même de remercier la réalisatrice pour avoir été celle qui m’a initié aux Tindersticks, bien que je n’aime pas son film malgré de rares moments hallucinants et superbes perdus au milieu d'un véritable néant scénaristique (je pense surtout à cette scène de cannibalisme bien traumatique où Béatrice Dalle - semblant alors découvrir une seconde utilité à sa grosse bouche de Barry White - dévore littéralement le visage d'un jeune homme tout en baisant avec). Peu de temps après avoir vu Trouble Every Day, je me suis empressé d’aller acheter la B.O., et j’ai retrouvé ce qui me plaisait dans l’atmosphère du film, sans avoir à supporter la monotonie des scènes. En mettant un point d'honneur à instaurer une ambiance désenchantée et funèbre en soupesant précieusement chaque note, les Tindersticks ont créé une musique en parfait accord avec les images, mais, encore mieux, un personnage du film à part entière et une bande originale qui joue énormément sur l’impact émotionnel de ce métrage très pauvre en dialogues. La musique qui remplace les textes ? Peut être. Des violons tantôt discrets tantôt à l’unisson, quelques notes de piano, des rythmes assurés par les bongos (influence du jazz très palpable sur les tempi), un soupçon de harpe et de trombone, et une utilisation judicieuse des silences pour mettre en valeur la beauté de leur musique, qui coule doucement dans nos oreilles et jamais ne brusque. Des instrumentaux subtils et racés, qui ne tiennent parfois qu’à quelques notes lentement égrenées ("Dream", "Room 321") au milieu de soupirs pesants. Sur cet album, le groupe s’inscrit pleinement dans la continuité d’un Bernard Hermann ou d’un Krzysztof Komeda pour ce qui est d’instaurer une atmosphère sombre et dramatique au sein d’un film qui l’est déjà. Le film de Claire Denis étant mauvais, la bande originale le transcende à tel point qu’on se doit de l’écouter seule pour lui rendre parfaitement justice. On y retrouve – en formation plus restreinte et donc plus intime - toute la beauté obscure et classieuse du second Tindersticks, même si le fait que quasiment tous les titres soient des instrumentaux enlève un petit peu de cette magie propre à la bande à Staples. La voix de Staples, justement, que l’on entend très rarement mais qui s’impose d’elle-même en force émotionnelle sur le thème central du film, absolument sublime et joué à trois reprises : "Opening Titles", "Closing Titles" et "Trouble Every Day" sont donc sensiblement identiques mais fonctionnent comme les piliers de cette bande originale et synthétisent en ce qui me concerne l’une des plus belles compositions du groupe, une de ces chansons qui ne semblent faites que pour être écoutées les lundi pluvieux. Cette B.O., dans son ensemble, est à mon sens une des plus réussies dans le genre musique pour huis-clos ténébreux, un album au charme délétère qui pose l’ambiance et qu’on préférera s’écouter tranquillement installé dans son fauteuil, un verre à la main, les jours de vague à l’âme. C’est aussi le genre de musique qu’un homme peut avoir dans la tête en errant à cinq heures du mat’ sur le boulevard, perdu dans la nuit, à la recherche d’un taxi, d’une lumière, d’une vie. C’est un peu la musique qu’on a dans la tête dans ces moments de délicieux ennui, par exemple quand on regarde à travers notre fenêtre les badauds en imper marcher sous la pluie, fantomatiques et presque irréels ; la musique des jours gris, des vieux immeubles, des rues parisiennes, des chambres closes, des rideaux fermés, bref une bande son vivante pour ces instants ou lieux que l’on dit mornes. Volontiers morbide, parfois tragique ("Houses", "Killing Theme"), mais toujours réconfortante et douce. Un quasi-silence envoûtant, un calme à la fascinante morosité. Cette bande originale est un bien beau moment de raffinement et de noirceur, de subtilité surtout. Je la recommande à ceux qui se sentent mieux quand la météo n’est pas au beau fixe et que les gens tirent la gueule – à ceux qui aiment savourer leur cafard intimement et au chaud dans le salon, le temps n'ayant alors plus aucune emprise - du moins en apparence - tout comme la fin qui attend chacun de nous, inéluctable mais assez rassurante quand on y réfléchit au son des violons. Je me l’écoute en ce moment, et je me dis qu’avec les Tindersticks, l’odeur de la mort a vraiment quelque chose d’exquis. Ce disque est beau comme un enterrement.

note       Publiée le samedi 5 avril 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Trouble Every Day".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Trouble Every Day".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Trouble Every Day".

Procrastin › dimanche 11 août 2019 - 18:17  message privé !

Récidive de Staples avec la B.o de High life de la même pas Claire Denis. du très très bon dedans : https://www.youtube.com/watch?v=wm9Z6yZehVg

Spektr › dimanche 5 décembre 2010 - 12:22  message privé !

Une musique dépressive pour un film de dérangé.

Note donnée au disque :       
Gouzi › dimanche 5 septembre 2010 - 19:39  message privé !

"je suis curieux de lire ta chro de "Curtains", car presque toutes celles que j'ai lues à son propos le descendaient. suis-je le seul à l'aimer ce bon sang de disque ?"

Non, non. je connais pas tous leurs albums mais c'est un chef d'oeuvre voire un disque de chevet, me concernant.

sebcircus › jeudi 17 juin 2010 - 14:10  message privé !

Je suis d'accord avec ta chronique en ce qui concerne le disque, pas du tout en ce qui concerne le film.

Note donnée au disque :       
torquemada › samedi 5 avril 2008 - 13:12  message privé !
Très belle BO pour un grand film morbide.
Note donnée au disque :