Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJThe Jesus Lizard › Bang

The Jesus Lizard › Bang

cd | 20 titres

  • 1 Chrome
  • 2 7 vs 8
  • 3 Gladiator
  • 4 Seasick
  • 5 Wheelchair Epidemic
  • 6 Dancing Naked Ladies
  • 7 Mouth Breather
  • 8 Sunday You Need Love
  • 9 Glamorous
  • 10 Deaf As A Bat
  • 11 Lady Shoes
  • 12 Killer McHann
  • 13 Bloody Mary
  • 14 Monkey Trick
  • 15 Uncommonly Good
  • 16 The Test
  • 17 Blockbuster
  • 18 Fly On The Wall
  • 19 White Hole
  • 20 Anna

line up

Duane Denison (guitare), Mac Mcneilly (batterie), David Wm. Sims (basse), David Yow (chant)

chronique

Styles
rock
noise rock
Styles personnels
noise rock pour twist fatal

Bang, j'en suis marteau. Pour ceux qui ne possèdent pas les EP et singles de Jesus Lizard, cette compilation regroupant des inédits, live et faces B de la période Touch & Go est une aubaine. Dedans déjà, il y’a que des bons titres, ce qui n’est pas très surprenant vu qu’il s’agit pas vraiment d’un best of d’Ottawan comme tu as pu le remarquer, cher lecteur. Question classiques et autres sensations, tu pourras y glaner des versions live bien furieuses de "Seasick" (dans laquelle on entend clairement un fanfaron réclamer le titre en guise d’intro) ou "Gladiator" et "Monkey Trick" (avec un son un peu faiblard mais bon, faut bien leur trouver un défaut). Au rayon des inédits, tu auras la chance de pouvoir goûter aux charmes expérimentaux de "White Hole", une espèce de trip indus/noise peu commun chez les Jesus, à la prise de son 100% playskool de "Blockbuster" (extrait d’un bootleg), et à "The Test", un délire noisy en studio que les vieux pervers nous avaient jusque-là caché. Et sinon ? Les extraits de EP, petit coquinou, que tu pourras savourer à l’ombre de ton parasol sangria à la main et bomba latina en ligne de mire. Dans ces fameux extraits, quelques curiosités absolument délicieuses comme cette reprise en medley de deux chansons de Chrome (un groupe dont j’aurai à te parler d’ailleurs) sur le titre du même nom (un extrait de leur tout premier enregistrement datant de 89), ou des versions alternatives et non moins jouissives des standards "Fly On The Wall", "Dancing Naked Ladies" et "7 vs 8", ou encore deux reprises géniales de Trio, dont nos quatre compères sont des fans éternels (un "Sunday You Need Love" sexuel en diable et un "Anna" bien cool chanté par une espèce de sinoque aérophage qui n’est autre que Santiago Durango, l’ex-gratteux des Big Black). Mais encore, mais encore ? Je te sens gourmande ma caille, c’est pourquoi j’ai mis de côté le meilleur : "Wheelchair Epidemic", reprise d'un groupe de punk culte nommé The Dicks dont l'originale a été créée sur mesure pour le Lézard, et "Glamorous", deux des plus grosses tueries du Lizard qui auraient du figurer sur Liar ou Down s’il y’avait une justice en ce bas-monde, deux bêtes de sexe tout en psychose rock’n’rollesque avec un David en forme olympique (pléonasme bien sûr), deux hits absolus pour commencer la journée peinard au petit dèj, en tartinant tes biscottes avec des mésanges ou en branchant ton grille-pain dans le millefeuille de la frangine. Your body's achin,', you need a rest – aaaah aaaah aaaaahaaah… prend ta fessée mon Jeannot ! "Deaf As A Bat" et "Uncommonly Good" ne sont pas en reste, la première dans le genre rockabilly from the bottle of vinasse et l’autre étant rien de moins que l’originelle – et encore meilleure – version du "Pervertedly Slow" présent à la fin de Shot. Mais j’en ai déjà dit bien assez… c’est bon, la chro était pas trop longue, t’as pas trop mal à tes petits yeux en manque de paragraphes, mmmh ? Frotte-les un bon coup, j’te dirai plus rien d'important va, à part que cette compile est indispensable si tu fais partie de ceux qui ont la flemme de chasser le Lézard en-dehors des albums – tu sais donc ce qu’il te reste à faire désormais. Pour résumer, Bang, qu’est-ce que tu veux que j’te dise… c’est comme la boîte de Quality Street de chez mémé, sauf qu’à la place des bonbecs c’est rempli de mines antipersonnel. Du Jesus Lizard quoi, tonique & bon pour l'organisme. Depuis que j'écoute ce disque, Chuck Norris me sert de porte-manteaux.

note       Publiée le mercredi 2 avril 2008

partagez 'Bang' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Bang"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Bang".

ajoutez une note sur : "Bang"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bang".

ajoutez un commentaire sur : "Bang"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bang".

pinnickX › dimanche 7 juin 2009 - 20:51  message privé !

Duane Denison, guitariste mésestimé, furieusement original, un tueur à gage entouré d'une section rythmique dantesque et d'un pochtron/psychopathe au chant (?), le rock dangereux et qui sent le souffre quoi ... ze real thing !!!

Note donnée au disque :       
crygor › mercredi 2 avril 2008 - 19:21  message privé !
chouette chronique.. j'ai bien hate d'entendre parler de chrome d'ailleurs.