Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlut Aus Nord › Odinist : the destruction of reason by illumination

Blut Aus Nord › Odinist : the destruction of reason by illumination

9 titres - 36:53 min

  • 1/. Intro 01:29
  • 2/. An Element of Flesh 05:30
  • 3/. The Sounds of the Universe 05:27
  • 4/. Odinist 05:02
  • 5/. A Few Shreds of Thoughts 04:51
  • 6/. Ellipsis 03:07
  • 7/. Mystic Absolu 04:30
  • 8/. The Cycle of the Cycles 05:19
  • 9/. Outro 01:38

line up

Vindsval (guitares, voix), W.D. Feld (boite à rythmes, claviers, sons electroniques), GhÖst (basse)

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
post-black

J’aurais aimé que Sheer-Khan soit là pour vous parler de ce disque. Mais puisque ce n’est pas le cas, l’intéressé ayant de toutes façons exprimé son souhait de revenir pour ne chroniquer que du classique (Tigrou, si tu lis ceci, we miss you), c’est donc moi qui m’attelle à la tâche. Ne faites pas cette tête là, j’étais le seul qui voulait bien du promo ! C’est dire si le revirement moins expérimental de Blut Aus Nord sur cet album a déplu. J’ai pris le temps pour livrer mon jugement, et le voici : Odinist (ici, pour le coup, le sous titre est assez inutile) est un bon album de black metal non orthodoxe, comme ils l’appellent. Un bon album, sans plus. Le groupe reste viscéralement expérimental, malgré tout, puisque les voix découlent directement du précédent opus, tandis que les guitares évoquent The work which transforms god, voire Memoria Vetusta, auquel les Normands devraient d’ailleurs donner suite prochainement. De leur aveu même, Odinist est un disque de transition, enregistré vite fait et sans prise de tête, qui leur a permis de retrouver le plaisir de composer des riffs, ainsi que de prendre le contre-pied d’un MoRT qui les avaient laissés exsangues et – si on lit entre les lignes – d’humeur un peu trop macabre. Odinist se devait donc d’être moins sombre (la pochette en dit assez long, non ?), moins organique, et peut-être plus classique dans la forme. Franchement, on ne crachera pas dans la soupe, c’est toujours super bien fait, extraordinairement maîtrisé, et raisonnablement dissonnant, comme l’atteste les dérapages de "Mystic Absolu", par exemple.. Dès "An Element Of Flesh", le ton est donné : ce sera un album de black épique, viking même disent certains, en hommage aux pionniers Bathory, Celtic Frost ou encore Emperor ("The Cycle of the Cycles"). Mais tendre l’oreille paie toujours dans le black : on entend, dans ce premier titre de l’album, une guitare gémir une sorte de complainte orientale, quelque part, en sourdine. Cela annonce l’épique et onirique chanson-titre, où la guitare égrène une mélodie envoûtante digne de Saviour Machine (qui a dit « Tu tends les poignets pour te faire crucifier ? »). Le reste de l’album, en revanche… Si les riffs n’y sont pas forcément très inspirés, ils sont rattrapés par cette production brumeuse caractéristique du groupe, et surtout par la boîte à rythmes, véritablement bluffante ici, apportant une grosse touche de variété sur une fin d’album un peu laborieuse, avec une pincée de blast beats et surtout un jeu très varié. Des pistes comme "The Sound of the Universe" ont certes leurs moments de magie en leur sein – en l’occurrence, un passage lent à la torpeur cadavérique – mais rien n’y fait : l’inspiration n’est pas là. "A Few Shreds of Thoughts" est une autre piste fort réussie, au break et à la fin magistrale, digne du Frost, justement. Cela suffira-t-il à ne pas faire d’Odinist le disque à oublier de B.A.N., qu’on imagine bien renier ce disque d’ici quelques mois, absorbés par leur prochaine expédition dans les gouffres de la noirceur ? Pour l’instant, bien sûr, on en est très loin. Je cite donc le feuillet promo Candlelight, imprimé à même la pochette (à la tracklist erronée au passage… super) : "The musical equivalent of Mayhem sodomizing Neurosis with a Godflesh joystick". Ce que chez g.o.d., on traduirait par ceci : "Qu’est-ce qui les a tous rendus si gays ?"

note       Publiée le dimanche 30 mars 2008

partagez 'Odinist : the destruction of reason by illumination' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Odinist : the destruction of reason by illumination"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Odinist : the destruction of reason by illumination".

ajoutez une note sur : "Odinist : the destruction of reason by illumination"

Note moyenne :        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Odinist : the destruction of reason by illumination".

ajoutez un commentaire sur : "Odinist : the destruction of reason by illumination"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Odinist : the destruction of reason by illumination".

Arno › jeudi 31 mars 2011 - 23:59  message privé !

Dans le dernier Obsküre Mag, Vindsval exprime ses regrets sur cet album... S'il avait le temps, il le réenregistrerait parce qu'il "contient des bons riffs" quand même... (On va pas trop lui en vouloir de ne pas avoir le temps quand on entend le dernier 777-Sect(s)...)

blackdeath › samedi 19 février 2011 - 08:00  message privé !

je pense qui en a qui ne connaisse pas l'art extreme à n'en voir les commentaires!! rendu là je pense que c'est une question d'expérience comme un blabla sur un vin....

Spektr › mercredi 17 février 2010 - 12:17  message privé !

Une belle grosse bouse ! Sans intérêt.

Note donnée au disque :       
dariev stands › vendredi 4 septembre 2009 - 15:25  message privé !
avatar

aym est pas parti, il est juste absinthe without leaving (oups), comme donc, absainte...

empreznor › vendredi 4 septembre 2009 - 15:10  message privé !

il y aurait de quoi faire rougir l'effectif du real madrid

Note donnée au disque :