Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeep Purple › Stormbringer

Deep Purple › Stormbringer

cd • 9 titres • 36:38 min

  • 1Stormbringer04:03
  • 2Love don't mean a thing04:23
  • 3Holy man04:28
  • 4Hold on05:05
  • 5Lady double dealer03:19
  • 6You can't do it right03:24
  • 7High ball shooter04:26
  • 8The gypsy04:13
  • 9Soldier of fortune03:14

informations

Enregistré par Martin Birch à Musicland, Munich, Allemagne, août 1974.

line up

Ritchie Blackmore (guitares), David Coverdale (chant), Glenn Hughes (chant, basse), Jon Lord (claviers), Ian Paice (batterie)

chronique

  • seventies

Suite à l'excellent "Burn", Deep Purple repart sur les chapeaux de roues et enchaîne aussitôt avec ce "Stormbringer" dont le morceau éponyme ouvre les hostilités un peu de la même manière que l'avait fait en son temps "Highway star" sur l'album "Mahine head". Le morceau "Stormbringer", en effet très efficace et percutant, deviendra d'ailleurs sans forcer un des classiques du groupe. Mais il s'agit pourtant du seul titre qui ait connu je pense une réelle notoriété sur ce disque, les autres étant restés relativement plus confidentiels. Pourtant "Stormbringer" est un album que je trouve assez attachant. Deep Purple à mis ses soli éléphantesques au placard, c'est vrai, mais que ce soit sur "Love don't mean a thing", ou encore "Hold on", il parvient encore à ses fins, distillant un rock plein de finesses où les chants de David Coverdale et de Glen Hughes se combinent vraiment à merveille et collent parfaitement à la l'ambiance musicale délivrée par le groupe. Manque de bol, en raison d'un milieu d'album en demi teinte, il faudra attendre la toute fin du disque pour découvrir le superbe "The Gypsy" ainsi que le très beau "Soldier of fortune" qui clôt l'album de fort belle manière. Ce sont pour ma part ces deux derniers morceaux que je retiendrai plus particulièrement de l'expérience "Stormbringer", car ils s'inscrivent à mon avis parmis les plus belles réussites de Deep Purple toutes périodes confondues. En résumé, les britanniques signent donc ici un album d'assez bonne facture, souvent inégal, avec ses hauts et des bas. J'ai presque envie de dire : comme d'habitude quoi !

note       Publiée le vendredi 25 avril 2008

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Stormbringer" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Stormbringer".

notes

Note moyenne        14 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Stormbringer".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Stormbringer".

Nicko Envoyez un message privé àNicko
avatar

A la réécoute, je le trouve meilleur que dans mon souvenir malgré l'inégalité de la qualité des morceaux. Il reste d'excellents titres du niveau de "Burn" comme le morceau-titre, "Lady double dealer" ou "The gypsy". Il reste quand même un bon ton en dessous de "Burn".

Note donnée au disque :       
SEN Envoyez un message privé àSEN

Pas aussi bon que BURN, mais pas loin !

Note donnée au disque :       
Ramon Envoyez un message privé àRamon

Blackmore commence à vouloir passer à autre chose (grand bien lui en fera) mais cosigne avec Coverdale une des plus belles ballade de tous les temps: Soldier of Fortune ( le genre de truc que Scorpions essaiera Laborieusement de reproduire...frisson d'horreur). Et le reste vaut le détour.

Note donnée au disque :       
zbr Envoyez un message privé àzbr
Ouais super skeud, l'utilisation de la vibe sur la guitare de Ritchie est du meilleur effet, mais quand même... 'Hold On' quel étron !
Note donnée au disque :       
Le_Vieux_Con Envoyez un message privé àLe_Vieux_Con
En grand fan de la période Coverdale/Hugues, je ne peux qu'attribuer la note maximale à ce disque qui, avec Burn, fait partie de mes albums favoris du groupe. Deep Purple renoue ici, paradoxalement, avec l'essence de son style depuis le changement de cap de "In Rock" tout en modernisant son approche de la compo, notamment en employant des sonorités nouvelles au clavier et en durcissant ses riffs (putaing mais le riff principal de "stormbringer" ce n'est plus du hard rock mais du metal avant l'heure !). Les échanges entre Hugues et Coverdale sont, comme d'habitude, un régal.
Note donnée au disque :