Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMercury Rev › Boces

Mercury Rev › Boces

cd • 10 titres • 53:33 min

  • 1Meth of a rockette's kick10:29
  • 2Trickle down5:04
  • 3Bronx cheer2:49
  • 4Boys peel out4:28
  • 5Downs are feminine balloons6:29
  • 6Something for Joey4:06
  • 7Snorry mouth10:55
  • 8Hi-Speed boats4:00
  • 9Continuous drunks and blunders0:48
  • 10Girlfren4:41

enregistrement

Downsville, New York City, USA, 1993

line up

David Baker (chant), Jimmy Chambers (batterie), Jonathan Donahue (guitare, chant), Dave Fridmann (basse), Grasshopper (guitare, basse), Suzanne Thorpe (flûte), Julie Baker (violon, chant), J. Burgess (trombone), C. Gavazzi (cor anglais)

remarques

chronique

Styles
rock
pop
Styles personnels
néo psychédélique

Dans la morosité ambiante de 1993, le second album du collectif néo psychédélique new-yorkais, Mercury Rev, arrivait dans le bac des bons disquaires comme une vague de fraîcheur inattendue. Riche de dix titres aux atmosphères singulières et distinctes , du long voyage intersidéral de "Meth of a Rockette's Kick" au nerveux "Snorry Mouth", en passant par des comptines jazzy pop comme "Boys Peel Out" ou le brumeux "Girlfren" en clôture, ce jeune groupe nous sidère à la fois par son ouverture d'esprit et ses compétences. Enveloppé dans une production rugueuse, cet album se démarque de tous ces concurrents par une démarche somme toute plus alternative. "Boces" est donc, sans aucun doute, le disque le plus aventureux de leur carrière. Et en pourtant, en 1993 disais-je, personne n'est sur le point de s'imaginer l'envol de leur carrière dans les années futures...

note       Publiée le mercredi 13 mars 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Boces".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Boces".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Boces".

(N°6) › lundi 26 novembre 2018 - 13:23  message privé !
avatar

Ca y est, on commence à entendre déjà ce que va devenir Mercury Rev dans le futur (la flûte de Suzanna Thorpe prend plus de place). Ca évoque un peu aussi par moment Sparklehorse ("Down Are Feminine Balloons"), ça s'éloigne un peu des dégazements noisy du premier album et des Flaming Lips de la même période. C'est bien dense, mélodique, foufou et somme toute New-Yorkais (impossible de ne pas y entendre des bouts de Sonic Youth voire même de no-wave cuivrée qui se serait posée le cul à Coney Island).

Aladdin_Sane › mercredi 19 avril 2017 - 22:18  message privé !

Il faut que je réécoute cet album. Je viens de découvrir et d'écouter "Yerself is steam" leur précédent opus et c'est une merveille...