Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMA Mountain Of One › Collected works

A Mountain Of One › Collected works

  • 2008 • AMO AMRCD01 • 1 CD

cd • 12 titres

  • 1Ride6:45
  • 2Warping Of The Clock4:43
  • 3Freefall6:13
  • 4Can't Be Serious4:23
  • 5Our Eyes3:33
  • 6Innocent Line6:05
  • 7Innocent Reprise6:36
  • 8Your Love Over Gold6:38
  • 9People Without Love7:29
  • 10Arc Of Abraham7:11
  • 11Here Goes Nothing3:33
  • 12Brown Piano8:17

enregistrement

Enregistré par Mo Morris et Leo Elstob

line up

Martina Topley-bird (vocaux), Mo Morris, Leo Elstob, Zeb Jameson (vocaux, piano)...

remarques

chronique

Styles
electro
progressif
Styles personnels
planant

Tiens, un disque néo-hippie ! Si le psychédélisme folk ou garage le plus direct se porte toujours aussi bien, on l’a vu, qu’en est-il du plus planant, du plus lustré, du plus bardé de claviers en tout genre, tout en restant à des années-lumière des ambitions du progressif ? Eh bien, il faut croire qu’il n’est pas mort. A mountain of one est un genre de groupuscule ésotérique basé dans la campagne anglaise, alourdi par tout un fatras esthétique et tout un discours new age exposé dans le luxueux livret. Sans aller jusqu’à les traiter de New Age (on est cruels à g.o.d., mais pas à ce point), on peut dire que A mountain of one a tout du groupe planant ampoulé des années 70, de ceux qui ont du motiver Hawkwind à pousser toujours plus loin leurs expérimentations… Autant dire que ce disque semble sortir de nulle part. La surprise passée, on réalise que la belle Martina Topley-Bird (ex-égérie de Tricky) est aux micro derrière tout ce beau monde, puis que Zeb Jameson n’est autre que le claviériste des Pretenders voire que les autres sont carrément des DJ downtempo londoniens ultra prisés… Et on se plonge courageusement dans ces 70 minutes de planant entre Talk Talk et le Pink Floyd de Wish you were here. Et il n’y a finalement pas tant que ça à jeter ! Bon, comme on le redoutait, la voix est atrocement maniérée – façon Arthur Lee de Love, mais sans les mélodies, les synthés en fond totalement anachroniques, et la production beaucoup trop lisse. Mais il n’empêche, les 5 premiers titres, qui constituent en fait "EP1", le premier opus du groupe, sont aussi dégoulinants que … frais et agréables ! Martina, a l’aise au milieu de ces solos de guitares ouatés et perdus dans l’écho, fait des merveilles sur "Can’t be serious", tandis que les chœurs mystiques du groupe font mouche sur "Warping of the souls". "Freefall" est une ballade sympathique qui fait vraiment bande-son de rassemblement néo-hippie, tandis que "Our Eyes" évoque presque les moments les plus élégiaques de Magma, avec son piano envoutant et sa basse en avant. Il y avait de quoi creuser, incontestablement, mais le EP2 n’aura hélas pas la même sève, trop noyé sous les effets qui n’amusent qu’un temps. Seul "Your love over gold" saura retrouver un peu de magie, grâce à sa guitare sèche hypnotisante… Mais on sent que ce n’est pas assez pour le guitariste, qui commence déjà à placer quelques solos… bref, vous avez compris. Ordre et beauté ; luxe, calme et virtuosité… Mais l’auteur même de cette citation ne recherchait-il pas le tourment, au fond ? C’est ce qui manque à ce disque.

note       Publiée le vendredi 14 mars 2008

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Collected works".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Collected works".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Collected works".

kama › lundi 17 mars 2008 - 16:46  message privé !
"Martina, Magma, Pink floyd, Talk Talk", elle fait rever ta chro!