Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlack Mountain › In the future

Black Mountain › In the future

10 titres - 57 :14 min

  • 1/ Stormy High (4:33)
  • 2/ Angels (3:07)
  • 3/ Tyrants (8:02)
  • 4/ Wucan (6:03)
  • 5/ Stay Free (4:30)
  • 6/ Queens Will Play (5:16)
  • 7/ Evil Ways (3:26)
  • 8/ Wild Wind (1:42)
  • 9/ Bright Lights (16:41)
  • 10/ Night Walks (3:56)

enregistrement

Enregistré à la Factory par Sheldon Zaharko (pistes 1, 2, 3), à The Hive avec Colin Stewart (pistes 4, 6, 7, 8, 9 et 10), et à Sunset Sound avec Dave Sardy (piste 5) - Enregistrement addictionel au Argyle Hotel - Mixé par John Congleton à Hipposonic - Produit par Black Mountain sauf la 5 par Dave Sardy - Masterisé par Greg Calbi

line up

Stephen McBean (Voix, guitares acoustiques et electriques, paroles sauf la 10), Matthew Camirand (Basse), Jeremy Schmidt (orgues, synthétiseurs et mellotron), Amber Webber (Vocals & Percussion, paroles sur la 10), Joshua Wells (Batterie, percussion, piano & mellotron), Sean Hawryluk & Ryan Peters (background vocals sur la 1), The East Van Ladies’Chorus (background vocals sur la 8)

remarques

« Graphic Scenes by J.Schmidt »

chronique

Styles
rock
hard rock
indie rock
Styles personnels
hard rock/space rock/blues rock

La côte ouest américaine, c’est grand. On a trop tendance à l’oublier. Ainsi, Black Mountain, génial collectif à géométrie variable comme le Canada en affectionne, peut être rattaché d’une certaine façon au renouveau psychédélique de San Francisco ou de Portland, plus qu’à la très inexistante scène de Vancouver. Pensez-donc, la ville de Nickelback et Avril Lavigne ! Les 5 membres du groupe y sont travailleurs sociaux bénévoles, dans un centre pour désaxés divers… Le raccourci était facile avec les textes et l’atmosphère irrémédiablement pessimiste, voire belliqueuse de ce « In The Future ». Les thèmes abordés (la guerre, la paranoïa moderne, la domination du monde par les fous, voire l’apocalypse) rappellent le Black Sabbath de War Pigs, jusque dans la façon, grandiloquente et fougueuse de les explorer. Personnellement, voilà une démarche que je cautionne à 100%. Si le retour au bon vieux hard rock 70’s mellotronné est dans le vent, on ne peut pas en dire autant de la démarche politisée qu’affiche le groupe. On est quand même très loin de la hargne glam et faussement 70’s des Living Things, par exemple. Là où le précédent effort du groupe, déjà remarquable par son savoir faire et sa production parfaite, n’hésitait pas à lorgner du côté du Velvet, et restait inoffensif de par son attitude assez baba-cool, « In the future » vient recentrer le propos sur un pur hard rock proche de Led Zep, mais en remplaçant solos et influences blues par un mellotron angoissé et une chanteuse (divine Amber Webber) au timbre très proche de Grace Slick (Jefferson Airplane). Elle se partage le chant avec le guitariste/leader du groupe, dont la voix bien indie rock ne dénote pourtant pas sous cet amas de riffs millésimés 72. Bon, inutile de lanterner plus longtemps : « In the future » est une petite merveille. C’est aussi bon qu’à l’époque, sans exagérer, et ça permet au passage de constater à quel point rien n’a changé politiquement, surtout de l’autre côté de l’atlantique. Les 10 morceaux livrés ici sont autant de tueries, rendant l’album trop court à notre goût malgré sa durée déjà conséquente, mais on évoquera tout de même Wucan, parfait avec sa guitare perchée dans des hauteurs enneigées sur lesquels vient ricocher les rayons de soleil du mellotron, ou encore Wild Wind ; courte ritournelle à la superbe mélodie, qu’on jurerait échappée d’un album de Queen première période. Là encore, le soleil vient poindre par-dessus les cimes des sapins, comme sur tout le disque, entre colère devant le monde qui s’effondre, et coolitude pleinement assumée (genre, on fait du hard rock ou pas ?). Tyrants est une première envolée épique construite en deux temps : une première partie hantée par un mellotron complètement spaced out, évoquant la désolation du désert de la pochette, puis un décollage brutal à 5 minutes vers la jouissance guitaristique, avec guitare triplée comme dans Black Dog. Même schéma pour « Queens will play », chronique de la paranoïa télévisée en des termes chevaleresques que plus personne n’ose depuis bien longtemps. « Bright Lights » poussera l’emphase jusqu’au bout, avec ses 16 minutes de prédictions tourmentées (pas de phrases, juste des mots), qui clôturent l’album comme il se doit, contrebalancé toutefois par « Night Walks », ballade éthérée où Amber rejoint quasiment la douceur de Mazzy Star, en une illustration, littéralement, du calme après la tempête. Enorme.

note       Publiée le vendredi 14 mars 2008

partagez 'In the future' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "In the future"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "In the future".

ajoutez une note sur : "In the future"

Note moyenne :        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In the future".

ajoutez un commentaire sur : "In the future"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In the future".

varg › jeudi 19 avril 2018 - 16:32  message privé !

j'aime bien Vancouver moi

SEN › mardi 11 juin 2013 - 20:22  message privé !

En parlant de Black Mountain, le projet de Stephen McBean sortie en 2013 sous le nom GRIM TOWER est une petite merveille de Dark Folk dont je recommande vivement l'écoute !

boumbastik › mercredi 17 avril 2013 - 22:52  message privé !

J'avais complètement oublié que je possède cet objet ! Totalement anecdotique, du reste.

Note donnée au disque :       
Raven › mercredi 17 avril 2013 - 22:38  message privé !
avatar

Ces gens-là n'auraient jamais dû avoir la mauvaise idée de chanter par-dessus leur musique...

Note donnée au disque :       
No background › mardi 5 octobre 2010 - 10:50  message privé !

Très bonne surprise ce concert ! Le son était bien plus heavy que ne laissait présager le dernier album. Les compos de celui-ci étaient un peu plus faibles, mais s'intégraient bien à l'ensemble. Le son de la Maroq était fort mais bien équilibré. Stephen avait une belle prestance, surtout au chant, ce qui n'était pas vraiment le cas d'Amber, qui ne semblait pas très concernée par ce qui se passait (mais chantait néanmoins très correctement). Les grands moments furent incontestablement les morceaux les plus psychés, qui frôlaient les 10 minutes : Tyrants, Druganaut et surtout No hits, au break hypnotisant.

A quelques approximations près, la set-list donnait ça : The Hair song / Evil ways / Let spirits ride / Wucan / Tyrants / Set us free / Stay free / Old fangs / Angels / Rollercoaster / Queens will play / Stormy high / No hits / Encore : Wilderness heart / Druganaut / Don't run our hearts around