Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFigurines › When the deer wore blue

Figurines › When the deer wore blue

13 titres - 48:10 min

  • A1 Childhood Verse
  • A2 The Air We Breathe
  • A3 Hey Girl
  • A4 Drove You Miles
  • A5 Let's Head Out
  • B1 Good Old Friends
  • B2 Drunkard's Dream
  • B3 Half Awake, Half Aware
  • B4 Angels Of The Bayou
  • C1 Bee Dee
  • C2 A Cheap Place To Spend The Night
  • C3 Lips Of The Soldier

enregistrement

Mastered By - Jason Ward Mixed By - Figurines , Jeremy Lemos - Recorded by Jeremy Lemos at Silence Studio, Koppom, Sweden. Additional recordings and premixing by Fridolin & Figurines at Sauna Studios, Copenhagen, Denmark.

line up

Bass, Backing Vocals, Percussion - Mads Kjærgaard Drums, Percussion - Kristian Volden Guitar, Backing Vocals, Percussion - Claus S. Johansen Organ, Harpsichord, Banjo, Backing Vocals, Autoharp, Keyboards - Jens Ramon Vocals, Acoustic Guitar, Guitar - Christian Hjelm

remarques

chronique

Styles
pop
rock
indie rock
Styles personnels
tentative de rock 60’s réussie.

Depuis l’exposition grandissante des Dandy Warhols et du Brian Jonestown Massacre, il est devenu dans le vent – des deux côtés de l’atlantique - de mettre toutes voiles dehors vers les sixties, et de s’adonner aux joies du revivalisme. Beaucoup trop de groupes s’y cassent les dents depuis le "retour du rock" lancé en grande pompe par la presse, misant à fond sur ses poulains les mieux peignés, des Strokes aux Shins, que les Figurines rappellent immanquablement. Ce qui est plus surprenant, déjà, c’est que les-dit Figurines ne se cassent pas du tout les dents dans leur tentative de sonner sixties ! C’est même une réussite totale sur ce "When the deer wore blue". Sans doute les danois ont-ils mis toutes les chances de leur côté : voix nasillarde à la Marty Balin, toujours à l’aise même dans les mélodies les plus tarabiscotées, production homogène et savamment équilibrée, parfaitement adaptée à l’ambition, et son de guitare carillonnant et tintant comme sur un bon vieux Buffalo Springfield. Vous l’aurez deviné, pas de jean slim ou de fausse urgence post-punk sur ce disque. On respire, c’est frais. Il est tout de même assez étonnant de constater comment ce petit groupe qui monte est parvenu, dès son deuxième album, à capter le ton et le genre de mélodies des groupes de garage les plus pop et les moins bluesy. C’est particulièrement vrai sur "Angels of the Bayou" et surtout sur "Drunkard’s Dream", escapade sur le fil de 7 minutes au milieu d’un album de chansons courtes, où le groupe parvient à dégager une vraie originalité. Ce qui n’est pas le cas sur tout l’album, malgré la pertinence des mélodies. Il y a quand même quelques pics d’inspiration à signaler : début d’album ("Childhood Verse" et la fin de "Air we breathe") sous perfusion d’euphorie Beach Boys ; tambourin et ambiance dépouillée façon Jefferson Airplane sur le très hippie "Good Old Friends" ; grattes aigrelettes et excitées à la Dave Dee, Dozy, Beaky, Mick & Tich sur "Bee Dee"; et pour finir intro très réussie, opérant la rencontre entre celles d’Hallelujah et de Paint it Black sur la chanson cachée. Non, décidément, on ne peut que souhaiter bon vent à cette formation, qui, l’air de rien, avec le minimum de prétention, vient de montrer la voie à tous les wannabe-revivalistes qui sonnent désespérément de leur époque – c'est-à-dire mal.

note       Publiée le lundi 10 mars 2008

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "When the deer wore blue".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "When the deer wore blue".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "When the deer wore blue".

saïmone › mardi 18 mars 2008 - 23:14  message privé !
avatar
"qui sonnent désespérément de leur époque – c'est-à-dire mal"... bref
dariev stands › mercredi 12 mars 2008 - 19:55  message privé !  dariev stands est en ligne !
avatar
oui les groupes qui tentent de sonner garage ou rock 60's actuels sonnent irrémédiablement mal, pour une raison bien connue : leur son, leur production et leur manière de composer reste desespérément ancrée dans les années 00, avec tout ce que ça implique de tic d'écriture et de gimmicks etc... m'enfin comme tout ce que j'écris ça n'est que mon avis. je précise juste que je ne parle pas de tous les "groupes actuels", voire meme de tous les groupes de rock actuels...
michel rocard › mardi 11 mars 2008 - 19:43  message privé !
Perso, la dernière phrase me donne l'impression que selon toi les groupes actuels sonnent irrémédiablement mal, pour je ne sais quelle raison.
dariev stands › mardi 11 mars 2008 - 19:31  message privé !  dariev stands est en ligne !
avatar
bah 3/6 pour moi c'est la moyenne : un disque sympa, sans plus. y'a aucun bémol à dire, en fait c'est très bien fait, mais c'est juste quand dans ce style ultra usité si y'a pas de surprise on se retrouve vite avec un 3/6. c'est gentillet quoi. bien fait, mais gentillet. ma chro est peut etre un peu clémente, c'est vrai... Sinon, Saï, désolé pour la dernière phrase, mais tu trouves que The Kooks ça sonne bien, par exemple ? je parle pas de n'importe quel groupe au pif non plus...
Dun23 › mardi 11 mars 2008 - 07:47  message privé !
C'est marrant que la lecture de la chro et la note n'aient pas l'air de correspondre des masses. Je m'explique, je ne vois nulle part dans le texte un bémol assez important pour infliger au skeud seulement 3 bouboules. En même temps je le connais pas, le skeud donc, c'est peut être ce qu'il mérite mais bon, c'est amusant, cette dichotomie!