Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOfficium Triste › Giving yourself away

Officium Triste › Giving yourself away

6 titres - 47:48 min

  • 1/ Your eyes
  • 2/ My charcoal heart
  • 3/ Signals
  • 4/ On the crossroads of souls
  • 5/ Inside the mind
  • 6/ Master of your own demise

enregistrement

Excess studios, janvier 2007.

line up

Martin Kwakernaak (batterie, claviers), Johan Kwakernaak (guitares), Pim Blankenstein (chant), Gerard De Long (guitares), Lawrence Meyer (basse)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
doom metal
Styles personnels
doom/death mélodique

Officium Triste c'était un peu le groupe à sortir si on voulait faire marrer les potes en soirée, genre les grosses vannes sur un groupe bien daubé etc... Bon, et bien, je crois que je vais me calmer, et que Morgen Mist prendra la relève. Non parce que, déjà Officium Triste déjà c'était pas si nul, juste kitschouille, mais en plus ce "Giving yoursel away" est d'une qualité absolument indéniable. Alors certes, les hollandais ne révolutionnent rien, et se cantonnent dans cette seconde zone qui semble bien leur plaire. On se retrouve donc comme avant, en présence d'un doom/death très mélodique, aux ambiances mélancoliques et prenantes, appuyés par des claviers discrets et inspirés, et bien évidemment des leads de guitares saillants et "mournful"... On notera d'ailleurs une forte propension à piquer le thème de Braveheart (si si, ça revient plusieurs fois), mais toujours avec une certaine efficacité il faut bien l'avouer. On pensera bien sûr My Dying Bride pour l'atmosphère, mais aussi et c'est plus nouveau Pantheist pour ces claviers calmes et reposants ("Master of your own demise", "On the crossroads of souls") ou bien Swallow the sun ("My charcoal heart", "Inside the mind"). La chose qui m'aura le plus marqué à l'écoute de cet album est la construction des morceaux, la cohérence de l'ensemble, tout tombe à pic, il n'y a pas de longueurs, d'excès pompeux comme par le passé.. Merde ça a bien changé ! La prod' bien en place et claire, un batteur qui a compris que ca ne servait à rien d'en foutre partout, minimaliste et efficace, même chose pour le travail des guitares, un clavier qui se retient de virer goth mais qui tient bon... Même le chant de Pim a lui aussi bien changé. Evoluant toujours dans un registre classique growl/chant parlé, ce dernier s'essaye même à quelques parties chantées tout à fait efficaces ("My charcoal heart"). Bon on évite pas quelques parties un peu mélokitsch ("Your eyes") mais finalement ça passe pas si mal, notamment grâce à l'adjonction d'effets à la Amorphis plutôt sympas (vive la wah wah !). Bref, une sortie à laquelle je ne m'attendais pas du tout, un très gros 4 bien mérité, notamment pour ce "On the crossroad of souls" vraiment superbe.. Comme quoi, le travail paye.

note       Publiée le mardi 4 mars 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Giving yourself away".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Giving yourself away".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Giving yourself away".

necromoonutopia666 › mardi 4 mars 2008 - 16:23  message privé !
Merci d'avoir chroniqué leur dernier album parce qu'il y a effectivement une très grosse amélioration depuis Ne Vivam, et comme je l'ai deja dit c'est un groupe qui mérite mieux que son statut de second couteau.
Note donnée au disque :