Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWindir › Arntor

Windir › Arntor

7 titres - 46:12 min

  • 1/ Byrjing
  • 2/ Arntor, ein windir
  • 3/ Kong hydnes haug
  • 4/ Svartesmeden og lundamyrstrollet
  • 5/ Kampen
  • 6/ Saknet
  • 7/ Ending

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré au Grieghallen en aout-novembre 1998. Mixé par Pytten et Valfar.

line up

Valfar (Cris, guitares, basses, synthés et accordéon) / Steingrim (batterie sessions), Steinarson (Voix claires sessions) L.R. Aroy (lead guitare sur 2,4,6), Harjar (lead guitare sur 3 et 5), B.T ; Aroy (synthé sur 7)

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
viking metal symphonique

Valfar est réveillé… ça y est, plus de doutes. Il s'est acheté des claviers, et il s'est remis à l'ouvrage. De nouvelles mélodies magnifiques sont venues sur le manche de son incomparable lead heavy, des harmonies d'accords parfaits ont suivies dans ses guitares rythmiques toujours aussi black, et il a enrichi sa science, jusqu'ici assez pauvre, de la structure, et donc le bon vieux Steingrim, toujours aussi mécanique, est tout de même mieux servi. Mais tous ces éléments venus déjà de "Solnardarl" ne sont plus qu'une des deux composantes de la musique de Valfar. Les voix claires ont fait un bon en avant incroyable pour devenir de véritables chœurs héroïques en norvégien, enfin dignes du reste. Mais surtout, il faut maintenant ajouter une utilisation des claviers et des arrangements en général totalement inédite dans ce milieu musical. Même s'il ne s'agit pas de la même musique, on ne peut s'empêcher de penser que Maître Valfar, en terme de compositions et d'arrangements, a beaucoup à révéler au jeune (musicalement...) Alex Laiho. Car dans le genre étoiles de notes heavy superposées, harmonisées et transcendées par le renfort des claviers, le tout sur du pur blast avec la voix qui suit... l'univers que nous ouvre Windir est incomparablement plus original, et tellement plus vaste. Mais COB est COB et personne ne sonne comme les mélodies de Valfar. Encore une fois, et c'est précisément dans "Arntor" que le sommet de cette fusion est atteinte, l'homme nous cisèle des ambiances à la fois épiques, héroïques, nostalgiques, puissantes, médiévales par instant et traversées d'un souffle de grandeur cosmique... rien que ça ? Ben oui, rien que ça. Car à son génie des mélodies Valfar ajoute celui des harmonies, et maintenant qu'il a les claviers qu'il désire, et une liberté de style désarmante, il imprègne ce viking-folklo-nature-heavy-black d'une incontestable dimension sonore, presque plus proche de Tangerine Dream que de Finntroll, finalement. Valfar ne cherche pas à imiter des cordes, des sections cuivres ou autres. Son acoustique à lui est faite de guitares sèches et d'accordéon, un poil de flûte... les claviers, eux, sont là pour leur propres sons. La cohérence sonore du tout est à la fois un tour de force, mais aussi le fruit d'une production de qualité, (on sent vraiment le grieghallen dans les grattes et la batterie) ce qui est salvateur dans ce genre de musique. Cohérence sonore et aussi cohérence dans l'univers dépeint. Certes les claviers de Valfar (sublimes !!!) sonnent prog, pop, new-wave même, mais c'est pour mieux nous emporter au pays merveilleux que l'on voit par cette fenêtre, tenue par cette épée... Ecoutez ce court passage pur synthé dans "Kong Hydnes Haug", qui évoque le Peter Gabriel de "Rythm of the Heat", écoutez "Saknet" et sa pré-entrée de couplet légère comme de la mousse, avec un coup de guitare delay, une basse synthétique et des nappes spatiales... Délectez-vous des accords terminaux de "Svartesmeden og Lunamyrstrollet" que nous envoie des claviers aériens sur fond de blast désespéré... J'invite pourtant les fans de metal extrême et fou à ce jeter sur Windir car toutes ces choses Valfar les tient en main et chacune de ces pièces nous parlent de légendes, de trolls et de guerrier aux pays de la neige et non de l'"Enterprise". Un tour de force, encore une fois. "Arntor" est un pur joyaux. Alors pourquoi 5/6 ? Car Valfar va sortir ensuite "1184", dont la maturité et l'originalité encore plus grandes révèlent que Windir est en progression. Mais j'ai plus d'affection et de bonheur d'écoute avec ce "Arntor" qu'avec bien des 6/6 que j'ai pu ou pourrais à l'avenir chroniquer... "1184" y compris, car il y a dans "Arntor" une aura mélodique plus intense encore.

note       Publiée le dimanche 10 mars 2002

partagez 'Arntor' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Arntor"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Arntor".

ajoutez une note sur : "Arntor"

Note moyenne :        45 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Arntor".

ajoutez un commentaire sur : "Arntor"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Arntor".

dimegoat › dimanche 12 juillet 2015 - 17:59  message privé !

Mouais. Je me plonge dans les méandres du black, euh, "mélodique" au sens large. Pris dans une relecture de Paul Diacre, je me suis motivé pour l'enrober avec de la musique supposément idoine. On est quand même bien proche du folk metal dégueulasse et je ne retrouve pas vraiment le souffle épique de mes Winniles bottant le cul des Vandales. Sérieux, sans faire le snob, le Moyen Âge c'est pas ça...

Note donnée au disque :       
Fryer › vendredi 1 octobre 2010 - 00:51  message privé !

tu vois pas pourquoi car t'as pas du te renseigner sur qui est Arntor

Note donnée au disque :       
Seijitsu › vendredi 1 octobre 2010 - 00:44  message privé !

Le premier titre c'est du Nobuo Uematsu version FFIX.

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › vendredi 1 octobre 2010 - 00:43  message privé !

Bouais, même si elle se donne du mal, je vois pas comment une porte peut être épique

Note donnée au disque :       
ericbaisons › vendredi 1 octobre 2010 - 00:41  message privé !

Elle est pas moisie, elle est épique et prépare bien au contenu