Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHate Eternal › Conquering The Throne

Hate Eternal › Conquering The Throne

11 titres - 33:21 min

  • 01/ Praise Of The Almighty
  • 02/ Dogma Condemned
  • 03/ Catacombs
  • 04/ Nailed To Obscurity
  • 05/ By His Own Decree
  • 06/ The Creed Of Chaotic Divinity
  • 07/ Dethroned
  • 08/ Sacrilege Of Hate
  • 09/ Spiritual Holocaust
  • 10/ Darkness By Oath
  • 11/ Saturated In Dejection

enregistrement

Enregistré et mixé par Erik Rutan et Wes Garren. Masterisé par James Créer et Juan Gonzales.

line up

Jared Anderson (bass, backing vocals), Doug Cerrito (guitar), Erik Rutan (guitar, vocals), Tim Yeung (drums)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
brutal death

Que dire sur ce premier Hate Eternal, à part qu'il porte parfaitement bien son nom? Inutile de vous présenter, je pense, ce supergroupe fondé par Erik Rutan et Jared Anderson de l'Ange Morbide, Doug Cerrito de Suffocation et Tim Yeung aka "The Missile"... Déjà en 1999, Hate Eternal sonnait haineux et véloce as fuck - ce qui différencie principalement ce "Conquering The Throne" de ses successeurs (jusqu'au petit dernier "Fury And Flames"), c'est que les riffs ultra intenses de Rikounet étaient ici aérés par le jeu moshant et gavé de soleil de Doug Cerrito. Le fan de Suffocation tapi en chacun de vous ne pourra que surkiffer le trio "Nailed To Obscurity" - "Dethroned" - "Spiritual Holocaust", qu'on croirait tous droit sortis de "Despise The Sun" - la batterie mitraillette et le rut Erikien en plus, et la finesse mélodique de Terrance Hobbs en moins... Huit minutes de bonheur - aisément les meilleures de l'album. Ce qui ne veut point dire que les 25 restantes puent - un peu de Morbid, un soupçon de Ripping Corpse, un poil de Angel Corpse ; Erik Rutan s'impose ici parmi les maîtres du death ultra speed et evil tout en restant fin et malsain harmoniquement. Tim Yeung quand à lui est très bon dans le rôle de la boîte à rythmes, de même que Jared Anderson (RIP) dans son rôle de meub... euh, bassiste. Anyway : le petit problème de ce Hate Eternal, qui persiste encore presque 10 ans plus tard, c'est sa relative linéarité - "Conquering The Throne" est un bloc de violence assez dur à avaler, malgré la prod claire et le groove de Cerrito (ce que n'aura pas dans les deux cas son successeur, le supra evil "Kings Of All Kings"). Malgré tout son travail harmonique, son ambiance velue et les morceaux de Suffocation dans le bousin sauvent quand même pas mal le tout du bourrinage stérile. Et puis les tubes que sont "Catacombs", "Nailed To Obscurity" et "Darkness By Oath" font toujours autant dresser moultes kikis death metalleux 10 ans plus tard, c'est bien l'essentiel...

note       Publiée le vendredi 15 février 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Conquering The Throne".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Conquering The Throne".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Conquering The Throne".

Powaviolenza › vendredi 11 juillet 2008 - 13:45 Envoyez un message privé àPowaviolenza
avatar
Peut-être à cause du quota d'aurores boréales encéphaliques en Pennsylvanie, vas donc savoir mon pauvre Empreznor. Peut-être aussi passque c'est vrai que Doug Cerrito ne fait que trois morceaux mais que les trois morceaux en question auraient pu être les trois meilleurs morceaux de Suffo avec Franky au chant, Terry à la deuxième gratte et Miky aux fûts, mais que Doug Cerrito ce petit coquin a décidé d'arrêter de faire de la zique après ce Hate Eternal d'exception. Va savoir
Note donnée au disque :       
empreznor › jeudi 10 juillet 2008 - 22:59 Envoyez un message privé àempreznor
ouais si on veux; mais pourquoi il est etiqueté comme HE partout? a cause du ratio de morceaux?
Powaviolenza › jeudi 10 juillet 2008 - 22:12 Envoyez un message privé àPowaviolenza
avatar
En fait ce skeud c'est un split Hate Eternal / Suffocation hahaha !
Note donnée au disque :       
Powaviolenza › samedi 16 février 2008 - 14:50 Envoyez un message privé àPowaviolenza
avatar
Yes indéniablement le plus accessible grâce à Doug !
Note donnée au disque :       
lolokth › samedi 16 février 2008 - 14:49 Envoyez un message privé àlolokth
Ah ben HE c'est avant tout un concept jusqu'au boutiste, ce n'est pas pour rien que cet album commence sur un explosion et fini sur, je vous donne dans le mille. Nailed to Obscurity, le meilleur morceau de HE, à mon gout surtout pour les paroles et le "flow" démoniaque qui s'en dégage. C'est sans doute le côté spontané de l'album qui en fait le meilleur du groupe, je me risquerais même à dire que c'est le plus accessible.
Note donnée au disque :