Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVangelis › El Greco (OST)

Vangelis › El Greco (OST)

18 titres - 46:43 min

  • 1 Part 1 3:59 - 2 Part 2 1:56 - 3 Part 3 4:20 - 4 Part 4 2:26 - 5 Part 5 3:06 - 6 Part 6 2:05 - 7 Part 7 1:30 - 8 Part 8 1:56 - 9 Part 9 1:00 - 10 Part 10 1:51 - 11 Part 11 2:50 - 12 Part 12 4:56 - 13 Part 13 2:36 - 14 Part 14 1:06 - 15 Part 15 2:40 - 16 Part 16 2:46 - 17 Part 17 2:28 - 18 Part 18 3:16

line up

Vangelis: Synthés, claviers, orchestration et FX

chronique

Vous venez de découvrir l’univers musical de Vangelis, avec Blade Runner Trilogy et vous êtes intéressé par El Greco? Vous êtes un vieux fan de la veille et vous vous demandez si Vangelis est toujours sous influence de grosses orchestrations et de ses grosses caisses multidimensionnelles? Humm…Non, El Greco n’a rien de BRT, mis à part quelques portions très atmosphériques comme la partie 6 et oui, Vangelis est toujours dans son carcan symphonique comme sur Alexandre de 2004. Une chorale chuchote un murmure passif, sur un doux mouvement mellotronné qui façonne le balan de violons mélancoliques, pour nous introduire dans le somptueux monde de la musique symphonique, entièrement électronique, de Vangelis Papathanassiou. Ici, nous sommes loin des atmosphères et effets sonores de Blade Runner, Spiral, Albedo 0.39, Direct et autres. Nous sommes en plein cœur de l’approche classique aux chœurs baroques et gréco-romains que Vangelis peaufine depuis Heaven and Hell en 1975. Une approche très symphonique qui a mystifié les amateurs de musique électronique et progressive, tout en choquant les puristes. El Greco, dont le contenu musical n’a rien à voir avec sa 1ière mouture de 1998, est la trame sonore du film d’Iannis Smaragdis sur la vie du peintre Domenikos Theotokopoulos. Lui-même amateur du peintre Grec, Vangelis y a mis toute la pompe émotive pour réaliser sa ixième trame sonore. Segmenté de 18 tranches qui s’enchaînent sur moins de 47 minutes de musique, Vangelis est fidèle à sa marque et développe ses ambiances sur des chorales mythiques, des claviers aux élans symphoniques titanesques, sur roulements dramatiques de grosses caisses. Avec à peine 2:30 minutes en moyenne par titre, il n’y a pas grand place à l’élaboration. Par contre, Vangelis réussi à créer toutes les atmosphères nécessaires à la visualisation par oreille d’El Greco, dans des ambiances harmonieuses sur un fond de mélancolie outrancière. De la tristesse sur de beaux arrangements, explique les savoureuses mélodies comme la partie 1, que les experts reconnaissent comme un second souffle commercial pour Vangelis, les parties 4, 7 et la finale qui part de la partie 12. Ces bribes amoureuses se collent à des mouvements orchestraux percutants et des élans ethniques traditionnels qui poussent encore plus la perception de Vangelis pour le peintre Grec. Certes, nous sommes loin de la musique électronique, mais pas si loin de l’expérimentale et très près des œuvres sombres et tristes qui figurent dans les couloirs de GOD. Mais l’important est de faire savoir aux lecteurs que Vangelis touche à tout, même si l’intérêt peut parfois en être mitigé, ce qui n’est pas vraiment le cas avec El Greco.

note       Publiée le mercredi 6 février 2008

partagez 'El Greco (OST)' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "El Greco (OST)"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "El Greco (OST)".

ajoutez une note sur : "El Greco (OST)"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "El Greco (OST)".

ajoutez un commentaire sur : "El Greco (OST)"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "El Greco (OST)".

NevrOp4th › lundi 27 juillet 2009 - 09:24  message privé !

Yeah Vangelis sur guts! Je connais que l'OST du film "Le Bounty" (une pure merveille au passage) qui est franchement génial, un concentré d'émotion et d'apesanteur. A quand une chronique Phaedream?