Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIrm › The Cult of the Young Men

Irm › The Cult of the Young Men

cd • 8 titres • 67:31 min

  • 1The Cult Of The Young Man7:39
  • 2Here Are The Young Men7:38
  • 3Limelight6:07
  • 4Stage Of Crucifixion6:42
  • 5Aktion Anathem7:02
  • 6Euphoria4:57
  • 7Rent Boy7:30
  • 8Sebastian19:56

enregistrement

Tracks 1, 2, 7 recorded live at Studio Norrköping, Winter 2006. Tracks 3 to 5 recorded live at Fylkingen, Stockholm, 12 October 2002. Track 6 recorded live at Apex Fest, Trash Bar, New York, 24 June 2005. Track 8 recorded live at Goudvishal, Arnhem, 18 February 2006.

line up

Erik Jarl, Martin Bladh

remarques

900 exemplaires. 'Here are the young men' est une reprise de 'Decades' de Joy Division

chronique

Styles
indus
noise
Styles personnels
indus noise rituelle

Ce vrai-faux album d’IRM sorti sur le label de Navicon Torture Technologies (avec qui le groupe partage certains aspects) est un des plus déroutants du duo. Trois titres studios se partagent l’affiche avec quelques inédits live (heureusement enregistrés en analogique) dont une reprise de Joy Division à la sauce IRM. Partant sur la base plus rituelle développée dans le second disque de ‘Virgin Mind’, le magnifique morceau-titre (à écouter à fond les ballons, comme tout le reste) ouvre le bal sur un drone quasi cosmique sur lequels se greffent une pulsation étouffée à décoller le papier-peint, un grésillement abrasif et la voix de Martin Bladh dans un ballet hypnotique proche d’Inade. Tout l’ensemble est à l’image de ce corps anonyme, à la fois déchiqueté et sacralisé, qui orne la pochette. Violent, intense, mêlant blasphème et cannibalisme, volonté et complaisance dans le même bain de sang bouillonnant. 'The Cult of the young man', ‘Euphoria’ et ‘Sebastian’ sont les seuls titres repris, respectivement du split ‘Nihil’ et de ‘Virgin Mind’ dans des versions live plus que convaincantes. A noter la présence d’un autre ‘Aktion Anthem’ instrumental sur lequel le duo effectue ses performances scéniques (à quand une vidéo ?), ainsi qu’une monstrueuse bonus track de douze minutes démarrant comme pourrait le faire un album de Daniel Menche – dans les artères – avant de finir dans une apothéose industrielle des plus plaisantes. Intense, hypnotique, sanglant – IRM maîtrise son élément, plus que jamais. Make way… for the extinction…

note       Publiée le samedi 2 février 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Cult of the Young Men".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Cult of the Young Men".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Cult of the Young Men".

Spektr › jeudi 1 septembre 2011 - 20:30  message privé !

Du power electronics à l'ambiance quasi religieuse, on aura tout vu ! Un disque fabuleux dans tous les cas.

Note donnée au disque :