Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMicropoint › Anesthesie International

Micropoint › Anesthesie International

  • 2001 • UWe 1 CD

19 titres - 70:56 min

  • 1/ Lock - 2/ Antidote - 3/ Hate supply - 4/ Time out - 5/ The show is under control - 6/ Specimen 225 - 7/ Quad damage part 1 - 8/ Quad damage part 2 - 9/ Anesthesie international - 10/ Alien bitch - 11/ Max profit is back - 12/ Compromise yourself - 13/ Puissance physique admissible - 14/ Detention center - 15/ Penthotal - 16/ No choice (just suck) part 1 - 17/ No choice (just suck) part 2 - 18/ No choice (just suck) part 3 - 19/ Les rapaces

enregistrement

Mixé à Paris par Radium et Al Core

line up

Radium et Al Core

remarques

chronique

Styles
techno
techno hardcore
Styles personnels
frenchcore

Dur dur de remettre le couvert après le monstrueux "Neurophonie". Tellement dur que Micropoint se disperse et semble au début se contenter de peu sur ce "Anesthésie International". On est loin de la formidable évolution qui faisait loi il y a deux ans, et j'ai même la désagréable impression d'entendre du prêt-à-mixer dans les premiers titres. Les kicks ont atténué leur frappe au profit d'une basse plus solide, et une certaine commodité s'installe sur des morceaux plus formatés, dont l'accroche rythmique est plus convenue et plus conventionnellement techno. Anéanti que l'on était par les premiers titres texturés et riches en ambiance de "Neurophonie", le début de "Anesthésie International" est finalement assez anecdotique, et il faut attendre la première partie du redoutable "Quad Damage" pour retrouver de bonnes sensations. Une pilonnade corrosive qui accélère, avec carrément un motif de basse noise, un breack au sample français dérangeant qui se ballade d'une enceinte à une autre, et un enchainement impeccable dont Micropoint a le secret sur la seconde partie, un brin plus intimiste et inquiétante, de plus en plus mat et à la violence soutenue (après tout on n'est pas à la moitié de l'album). Intermède maladif au sample torturé, "Anesthésie International" clot de fort belle manière le tryptique "Quad Damage". S'ensuit le controversé breack sur lequel Manu Le Malin vient expliquer à tout le monde comment on scratche. A la fois agréable et dispensable, qualifions-le de cheveu à la rouille dans une soupe de poisson. Et à partir de là, la déception cotoie le soulagement et s'en vont ensemble vaguenauder avec le contentement. Pas de réelle cohérence, titres bourrins et interludes texturés s'enchainent sans homogénéité, la qualité est là, mais éparpillée. Micropoint s'essaye même à la tribe avec le puissant "Detention Center" et d'une manière générale rend accessible son groove de hard drum à grands coups de samples stridents mais ténus, pour aboutir avant l'outro à la deuxième mornifle en trois parties, j'ai nommé "No Choice", agressive et minimaliste comme on aime. Bruitages épileptiques, ambiance nauséabonde, extraits français glauques, le sentiment d'insécurité est à nouveau palpable, le danger est bruyant et le cerveau en prend pour son grade. Finalement "Anesthésie International" confirme le tir d'un côté tout en ouvrant aux autres un style unique dont la maîtrise ne souffre d'aucune contestation, mais ne parvient pas à renouveler la terrible et oppressante expérience de son prédécesseur. Varié mais moins construit, au début assez insipide, l'album reste cependant une certaine référence car inégalé dans ses meilleurs moments. Faut pas déconner, ça reste du lourd qui frole le 5/6.

note       Publiée le mercredi 16 janvier 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Anesthesie International".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Anesthesie International".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Anesthesie International".

Wotzenknecht › mardi 30 juillet 2013 - 18:30 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Ca a pris son temps mais celui-ci commence à bien me rentrer en tête aussi.

empreznor › jeudi 11 septembre 2008 - 15:15 Envoyez un message privé àempreznor
les samples sont à mourir de rire, effectivement c'est glauque, mais avec beaucoup d'humour. SInon, ben on peut pas dire qu'il soit exempt de temps morts celui-là, mais les temps forts ressortent d'autant.
Aym › jeudi 17 janvier 2008 - 03:01 Envoyez un message privé àAym
avatar
Ben de la même manière je tripe à bloc sur "Detention Center", et je maintiens que l'album est plus culte au cas par cas que dans son ensemble, contrairement à Neurophonie. Mais que de souvenirs comme tu le dis, Micropoint reste Micropoint: intouchable!
lolokth › mercredi 16 janvier 2008 - 19:05 Envoyez un message privé àlolokth
Quand même "the show is under control" est vraiment un hymne hard wave dancefloor qui expédie non ? Les premiers morceaux sont anecdotiques, c'est assez vrai, mais je trouve plutôt qu'il en ressort une cohérence, car l'album est progressif, les premiers morceaux flirtent plus avec l'electro, voir une certaine forme de trip hop radioactif... Enfin bref que de souvenir avec cette galette (on a plus 20 ans !)