Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEluvium › Copia

Eluvium › Copia

15 titres - 54:50 min

  • 1/ Amreik (3:18)
  • 2/ Indoor Swimming At The Space Station (10:29)
  • 3/ Seeing You Off The Edges (5:03)
  • 4/ Prelude For Time Feelers (5:48)
  • 5/ Requiem On Frankfort Ave. (2:41)
  • 6/ Radio Ballet (3:12)
  • 7/ (Intermission) (0:50)
  • 8/ After Nature (1:51)
  • 9/ Reciting The Airships (4:35)
  • 10/ Ostinato (6:08)
  • 11/ Hymn #1 (1:31)
  • 12/ Repose In Blue (9:18)

enregistrement

Composé, joué et produit par Matthew Cooper - Créé et enregistré à Watership Sounds, été 2006.

line up

Matthew Cooper

remarques

chronique

Styles
ambient
Styles personnels
apaisé

Si les américains n’ont jamais forcément été une nation grande pourvoyeuse de musique électronique, en terme de quantité, étrange est de constater la facilité avec laquelle l’ambient est devenu populaire, là-bas. Signé sur l’excellent label Temporary Residence, Eluvium est un des nombreux one-man band qui y fleurissent, cette fois venant de Portland, Oregon. Une ville qui nous aura donné des formations aussi opposées et inclassables que Menomena et les Dandy Warhols. Mais « Copia », à première vue, est une collection de 15 atmosphères assez bateau. Néanmoins, l’apparente platitude du disque cache une profondeur indéniable… « Amreik » pose le décor : anesthésie et recueillement. On croit entendre un accordéon. Puis vient le rassurant « Indoor swimming at the space station », dont le titre invite à une rêverie que vient compléter à merveille ce morceau, le plus réussi de l’album. Il parait que Matthew Cooper crée une partie de sa musique en improvisant. C’est en tout cas typiquement le genre de disque qui devrait sonner comme un appel du pied aux cinéastes, pour qu’ils embauchent Eluvium pour la bande-son de leur prochain film (on pense à Blade Runner parfois). Autre pièce notable : « Prelude for time feelers » et son piano élégiaque, empreint d’une épaisse couche de mélancolie… Piano qui sait se faire consolateur sur « Radio Ballet ». Puis viens « Obstinato », pour ceux qui adorent le son des orgues d’église (et Eluvium sait qu’ils sont nombreux), et « Hymn #1 », à la texture granuleuse qui n’est pas sans rappeler un certain « Providence » par un certain Mike Watt sur un certain Daydream Nation… Instant de perfection. Un disque à essayer pour apaiser une crise de colère…

note       Publiée le samedi 5 janvier 2008

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Copia" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Copia".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Copia".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Copia".

Wotzenknecht › samedi 5 janvier 2008 - 22:16 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar
'fin sinon t'as tout dit, c'est bien mimi mais ça ne sert pas à grand chose. sympa comme un pré vert.
Note donnée au disque :       
Nicko › samedi 5 janvier 2008 - 17:14 Envoyez un message privé àNicko
avatar
voilà, c'est corrigé !
empreznor › samedi 5 janvier 2008 - 16:59 Envoyez un message privé àempreznor
c'est le jeu des 7 differences, dariev?
dariev stands › samedi 5 janvier 2008 - 16:58 Envoyez un message privé àdariev stands
avatar
à l'attention du mec qui saura réparer ma connerie : faut virer la première chro, pas la deuxième. encore désolé...
Wotzenknecht › samedi 5 janvier 2008 - 16:53 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar
je vois double... ça doit etre l'absinthe
Note donnée au disque :