Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWhitehouse › Cruise

Whitehouse › Cruise

7 titres - 44:16 min

  • 1/ Cruise (Force The Truth) (6:48)
  • 2/ Princess Disease (3:21)
  • 3/ Movement 2000 (2:58)
  • 4/ Public (13:00)
  • 5/ Scapegoat (4:31)
  • 6/ Dance The Desperate Breath (7:36)
  • 7/ A Cunt Like You (6:02)

enregistrement

produced by william bennett, except 'public' produced by steve albini. mastered by denis blackham.

remarques

la réédition vinyle sur Very Friendly comprend l'instrumentale de 'Cruise (Force The Truth)'

chronique

Styles
indus
noise
power electronics
Styles personnels
noise'n'roll

A partir de là, Whitehouse devient pornographique ; non plus dans l’aspect sémantique mais formellement. Bennett nous assène des sons ultra virils et efficaces, il créée des véritables ‘tubes’ et transforme malgré lui son groupe en formation rock’n’roll. Il réutilise ce qui fonctionne comme on change la perruque d’une actrice X pour faire croire à une autre. On retrouve donc l’instru de ‘A cunt Like You’ de l’album précédent avec un nouveau flow (noise-hop ? la comparaison paraît judicieuse quand on sait la place des textes en eux-même, profondément misogynes à un degré qui renvoie Sisqo chez Ni putes ni soumises ; le tout nécéssitant évidemment une double lecture), comme on retrouvera ‘Princess Disease’ sous une forme simplifiée sur l’album suivant. Plutôt gonflé comme démarche, surtout sur des albums qui dépassent rarement la demi-heure lorsqu’on enlève les collages (que l’on écoute, soyons francs, une ou deux fois et basta). Pourtant, l’ultra-violence est toujours de mise et ne manque pas de faire durcir le corps spongieux, notamment par la superposition de grésillements qui s’élèvent lentement en fond sonore. Dur de reconnaître l’origine des sons dans cette masse soit tétanisante et abrasive (‘Scapegoat’, sans égal) soit ultra rapide comme le martèlement infernal de ‘Princess Disease’. Des tubes qui font mal aux oreilles mais qui ne dérangent plus ; signe d’un revirement assez étonnant qui met alors Peter Sotos de côté, lui et ses montages glauques qui se retrouvent coincés au milieu du disque (quelle idée) et que l’on a vite tendance à zapper. Les textes ont beau rester fidèles à eux-même, l’ambiance n’est plus qu’à l’érection douloureuse.

note       Publiée le jeudi 3 janvier 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Cruise".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cruise".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cruise".

necromoonutopia666 › dimanche 26 août 2012 - 15:01  message privé !

T'ain whitehouse, j'ai découvert y a pas longtemps mais je suis déja complètement accro.C'est vraiment bandant! Surtout cette album qui fait le zizi particulièrement dur...avec une aiguille à tricoter dans l'urètre et le frein coupé au cutter!Mais dur quand même nom de dieu!

Note donnée au disque :       
blub › vendredi 26 juin 2009 - 17:04  message privé !

Comme Bird Seed, pas mal de remplisage (ça fait partie intégrante du concept selon moi) mais la moitié est juste extraordinaire! là aussi les paroles sont énormes... les deux meilleurs Whitehouse, qui s'écoute trés bien ensemble (en zappant les "interludes")! sont fort les vieux! coup de coeur:

Note donnée au disque :       
Solvant › dimanche 15 juin 2008 - 21:11  message privé !
Abrutissement pornographique. Après écoute, on peut faire de toi n'importe quoi.
Note donnée au disque :