Vous êtes ici › Les groupes / artistes665daysofstatic › The destruction of small ideas

65daysofstatic › The destruction of small ideas

12 titres - 62:16 min

  • 1/. "When We Were Younger & Better" – 6:54
  • 2/. "A Failsafe" – 4:28
  • 3/. "Don't Go Down to Sorrow" – 6:55
  • 4/. "Wax Futures" – 4:03
  • 5/. "These Things You Can't Unlearn" – 6:27
  • 6/. "Lyonesse" – 3:26
  • 7/. "Music Is Music as Devices Are Kisses Is Everything" – 5:20
  • 8/. "The Distant & Mechanised Glow of Eastern European Dance Parties" – 3:33
  • 9/. "Little Victories" – 5:14
  • 10/. "Primer" – 4:51
  • 11/. "White Peak/Dark Peak" – 3:57
  • 12/. "The Conspiracy of Seeds" (featuring Circle Takes the Square) – 7:08

enregistrement

Enregistré et Mixé par Graham Deas et Murray Mackay - Produit par 65daysofstatic - écrit à Stag Works, Little Sheffield, 2006. - Enregistré à Substation, Rosyth, Scotland, 07/12/06-22/12/96 & 04/01/07-20/01/07 - Piano enregistré à St. Columbus Junior School, Demos & Drones enregistrés aux 2fly Studios, Sheffield, Aout et Octobre 2006 - Masterisé par Noel Sommerville aux Metropolis Studios, Londres, 24/01/07

line up

Joe Shrewsbury, Paul Wolinski, Rob Jones, Simon Wright

remarques

chronique

Styles
pop
post rock
trip hop
Styles personnels
post-rock/glitch > ennui

Le groupe 65daysofstatic, derrière son patronyme pour le moins inhabituel augurant de quelque chose de peut-être un tant soi peu original (cela viendrait d’un film de Carpenter jamais sorti, « Stealth Bomber »…), est un groupe de post-rock – un de plus, oui – venu de Sheffield, et proposant une musique instrumentale, nerveuse, tendue, aux sonorités variées et… incommensurablement convenue. « The destruction of small ideas » est leur troisième album, sur lequel on dénombre quelques featurings, comme Circle Takes The Square sur la dernière piste… On plie bien vite sous le poids de ces accords de guitares dépressifs mille fois entendus, de cette batterie pourtant courageuse (téméraire, presque !) qui n’en finit plus de faire des roulements comme à la grande époque d’Emerson, Lake & Palmer, et de ces ambiances moribondes qui n’arrivent même pas à nous foutre le cafard… On se prend même à sourire, lorsqu’au détour de la seconde piste, « A Failsafe » (zzzz), on croit reconnaître, pendant quelques secondes, l’air des « Lacs du Connemara » au piano. Puis la sarabande de l’ennui reprend… On lève à nouveau un sourcil plein d’espoir sur « These Things You Can’t Unlearn », qui démarre en trip-hop minimaliste et sympathique, mais ça finit toujours par exploser, comme toujours dans le post-rock. Alors, oui y’a de l’ « intensité », comme s’en gargarisent ceux qui défendent encore le genre aujourd’hui, et après ? Tous les clichés y sont ; violons, guitares vrombissantes, et déluge de violence vers la fin du morceau qui évolue bien entendue de manière déstructurée, sans oublier l’inévitable pic à la fin. Le post-rock, en fait, c’est un peu ce pote sympa mais un peu collant que vous croisez plus souvent que vous ne le voudrez, et qui ne manque pas à chaque fois de vous raconter ses malheurs avec emphase et trémolos dans la voix, tout en gesticulant de manière théâtrale. Et 65daysofstatic est en plein dans ce cliché.

note       Publiée le mercredi 2 janvier 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The destruction of small ideas".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The destruction of small ideas".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The destruction of small ideas".

Nevraxis › mardi 8 juin 2010 - 08:34 Envoyez un message privé àNevraxis

Wé du post-hard-rock quoi. Quand tu en as écouté un tu les a tous à peu prés écouté. Pas trop mal le soucis c'est que t'as vite fait le tour du genre. De la bonne musique passe partout.

Note donnée au disque :       
michel rocard › vendredi 13 février 2009 - 19:21 Envoyez un message privé àmichel rocard

Non mais c'est putassier, y'a clair'ment une déviance vers une sorte de Michel Berger du math-post-rock-sucemescouilles. Genre "Music Is Music as Devices Are Kisses Is Everything", c'est du pur dancefloor, on est pris pour ce qu'on est: des gros cons. C'est honnête.

Dun23 › mardi 10 février 2009 - 08:34 Envoyez un message privé àDun23

Bah, je lui mets 3 bouboules, parceque ça tient la route mais que ça n'a pas un goût de reviens y. Et comme par hasard, j'y suis pas retourné depuis pas mal de temps...

Note donnée au disque :       
Dun23 › lundi 7 janvier 2008 - 19:32 Envoyez un message privé àDun23
Je sais pas quelle note mettre sur ce skeud mais je le trouve plaisant, à défaut de renversant!
Note donnée au disque :       
michel rocard › mercredi 2 janvier 2008 - 17:53 Envoyez un message privé àmichel rocard
Hum, je n'ai pas vraiment le même avis sur cet album. Je ne suis pas un grand amateur de post-rock (oui c'est à la mode de dire ça) mais 65daysofstatic garde une certaine originalité, une certaine fraicheur instrumentale. Ca fait un peu parc d'attraction mais je ne trouve pas ça mou, ou guimauvesque même si le groupe est devenu plus convenu avec le temps. Franchement, j'préfère largement ça à Red Sparowes par exemple.