Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRTrent Reznor & Nine Inch Nails › Quake O.S.T.

Trent Reznor & Nine Inch Nails › Quake O.S.T.

10 titres - 59:16 min

  • 1/ Quake Theme
  • 2/ Intermission
  • 3/ Start / Whisper
  • 4/ Grisly Grotto
  • 5/ Slipgate Complex
  • 6/ Underearth
  • 7/ Castle Of The Damned
  • 8/ Necropolis
  • 9/ Ziggurat Vertigo
  • 10/ Gloom Keep

line up

Trent Reznor (tout)

remarques

Musique disponible sur cd-rom uniquement.

chronique

Styles
ambient
dark ambient
indus
Styles personnels
dark ambient

Quake – le jeu, très peu pour moi… déjà j’ai jamais réussi à y jouer, on m’avait posé devant mais je restais figé sur la souris, à contempler les décors pixel par pixel – du coup à chaque fois je me faisais dégommer tu penses, les bestiaux qu’il y’a dedans c’est du genre « j’te frappe et je pose les questions après – TCHAK – ah bah merde, en fait j’ai pas de questions ». Allez savoir pourquoi je n’ai pas accroché… sans doute parce que je me considère comme un être doux et naïf, profondément non-violent, et que les armes m’effraient, en vrai comme sur un écran. C’est vrai quoi, pourquoi tant de violence, merde ? Pourquoi tant de haine envers de pauvres créatures difformes qui méritent de vivre elles aussi, malgré leur sale caractère ? Cessons de tuer à tout va et respectons un peu plus la vie des autres que diable ! Ne soyons pas hostiles à la différence, aimons notre prochain ! Voilà, maintenant que j’ai poussé mon coup de gueule pacifiste, parlons un peu de cette B.O. de Quake, composée par l’un des rejetons les plus célèbres du rock indus, j’ai nommé Trent Reznor. Il lui fallait créer un univers sonore qui collerait parfaitement à l’ambiance du jeu… Comment allait-il se sortir de cette mission périlleuse ? Eh bien, il a très bien réussi à intégrer les éléments qui ont forgés son style dans cette commande, à tel point que le disque peut s’inscrire dans la discographie du ‘groupe’ même si les crédits mentionnent bien « Trent Reznor and Nine Inch Nails », je chipote mais la nuance doit être prise en compte vue que la discographie de NIN est divisée en ‘Halo’. A l’exception du début du thème principal, qui sonne très funky-NIN de base (riffs tchak-tchak et rythme accrocheur, et puis suivent des sonorités métalliques et des gémissements flippants, on est plongé dans le trip dès cet instant), cette OST est majoritairement ambient et ténébreuse, ce qui n’est pas difficile à comprendre vu que les psychopathes en puissance qui passent leur temps sur ce genre de jeux néfastes et ultraviolents doivent se délecter du moindre ricochet de balle, sans que la musique ne couvre le bruit de leurs pas… musique d’ambiance donc, et, vu que l’ambiance de Quake est plutôt sombre, la musique l’est. Reznor s’est bien démerdé pour faire couler des atmosphères prenantes et insidieuses, c’est le moins qu’on puisse dire. Le bonhomme a fabriqué son petit monde sonore avec grand talent, variant les atmosphères sans jamais changer l’ambiance d’un iota (si si, c’est possible). Pour résumer, ça reste foncièrement ambient, oui, mais il y’a toujours une rythmique ou une pulsation qui se réveille là-dedans, avec par moments des résidus de sonorités EBM façon Front 242. Les pistes distillent quelque chose d’angoissant, de morbide, de délétère (pas trop non plus, on va dire délétère genre 6 sur une échelle de 0 à 10 comme ça je prend pas trop de risques). Plusieurs morceaux très calmes mais toujours inquiétants, émaillés de bruits industriels divers, tout pleins de crépitements, de résonances, d’échos d’usine, de grincements métalliques, de souffles glauques, de fumées toxiques, de tuyauteries en surpression, de murmures presqu’imperceptibles, de tintinnabulements, cliquetis et sifflements pas très rassurants… un sacré travail de mille-feuillage dans lequel on perçoit, de-ci de-là, des sons létaux qui nous renvoient cette image persistante d’un long corridor crasseux, éclairé par quelques néons grésillants, dans lequel on avancerait en regardant attentivement derrière nous et au-dessus de notre tête, de peur qu’un macaque mutant atteint de rage et planqué dans un couloir d’aération nous saute soudain sur l’épaule pour nous mordre la carotide, ou qu’un freak de l’espace avec des lames de rasoir en guise de chicots ne surgisse de nulle part pour nous grignoter les oreilles. "Castle Of The Damned", vraiment glauque, est le meilleur exemple de cette réussite, avec ses couinements en sous-couche qui glacent le sang… brrrrr... Si comme moi vous n’aimez pas jouer à Quake et que la violence et les armes vous rebutent (en plus tout le monde sait que c’est à cause de jeux comme celui-ci qu’il y’a des tueries dans les lycées), vous pourrez apprécier ce disque au balladeur avec volume maximal, en arpentant votre humble demeure dans le noir, à tâtons… Rien de tel pour se laisser prendre par l’ambiance du jeu indépendamment du jeu, avec de bons petits flips façon traque à l’aveugle dans les égouts, une présence inquiétante derrière soi et la menace qui couve sans arrêt. Maintenant, aux joueurs de me dire si la musique s’apprécie autant sans le support des images…

note       Publiée le lundi 31 décembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Quake O.S.T.".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Quake O.S.T.".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Quake O.S.T.".

E. Jumbo › lundi 20 juillet 2009 - 01:47  message privé !

Bouarf y a des morceaux sympas dans l'OST de QII, l'ensemble est plutôt cool avec le jeu, mais ça reste de la musique de jeu vidéo, ce qui est beaucoup moins le cas de cette OST bien glauque...

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › lundi 20 juillet 2009 - 00:05  message privé !

Je prefere nettement l'OST de Quake II, mais celle la se laisse ecouter

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › mercredi 25 juin 2008 - 23:39  message privé !
La musique est géniale, même indépendamment du jeu, mais elle ne s'apprécie vraiment qu'avec le jeu, où elle fait vraiment flipper. Le thème principal est excellent et rappelle Reptile, sinon c'est du dark ambient étonamment "calme" qui met vraiment mal à l'aise (chuchotements, notes de piano éparses, flûte...). Un coup de maître de la part de Trent Reznor.
Note donnée au disque :       
lolokth › mardi 1 janvier 2008 - 16:40  message privé !
La musique ne m'avait pas marqué (pour la bonne raison qu'elle n'était pas sur la version pirate ^^), mais rien que les bruitages était excelents, comme les bruitages de la plupart des jeux id software. Et puis C'est pas bien de parler de manière aussi réductrice de ce jeu, bourrin ok, mais quelle ambiance, et les décors ! Le premier FPS en true 3D, mais quelle utilisation de celle-ci. A noter aussi (même si j'ai déjà du faire la remarque quelque part), y a marqué NiN sur les munitions de NailGun.
nicola › mardi 1 janvier 2008 - 10:38  message privé !
La musique s'apprécie seule, tout comme le jeu (que j'aime beaucoup) peut se jouer avec autre chose en fond (Brian Eno, par exemple, fait son petit effet).%%% Attention : la première piste, en fait, contient les données du jeu.
Note donnée au disque :