Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSStinking Lizaveta › Scream Of The Iron Iconoclast

Stinking Lizaveta › Scream Of The Iron Iconoclast

16 titres - 60:50 min

  • 1/. Gravitas - 2/. Scream of the Iron Iconoclast - 3/. To the Sun - 4/. Secrets of the Past - 5/. Willie Nelson (tired of the war) - 6/. Unreal - 7/. Yagans Head - 8/. Thirteenth Moon - 9/. Soul Retrieval - 10/. Indomitable Will (mp3 - full track/2.3mb) - 11/. Presence of Mind - 12/. Requiem for a Rock Band - 13/. That’s How I Feel - 14/. Cyclops - 15/. The Neutral Ground - 16/. Nails

enregistrement

Enregistré et mixé par Steve Albini aux studios Electrical Audio. – Masterisé par John Golden

line up

Yanni Papadopoulos (Guitare), Alexi Papadopoulos (Contrebasse electrique), Cheshire Agusta (Batterie)

chronique

Stinking Lizaveta, avec son nom, son titre d’album et sa pochette barbare/cheap, a de quoi attirer l’attention comme de quoi repousser… Un trio instrumental, des zicos affolants de maîtrise qui enregistrent live, sans aucune autre source sonore que leur 3 instruments, qui plus est rôdés à sillonner l’underground américain le plus crasseux et paumé depuis 10 ans… Ce qui n’a laissé à ces Philadelphiens que peu de temps pour enregistrer 3 albums entre deux tournées. Voici donc le quatrième, bien tendu et plein à ras bord, le tout sans qu’on s’ennuie une seule seconde ! Ce qui n’était pas gagné : aux premières minutes le doute assaille votre serviteur : serait-ce encore un de ces groupes qui cloue sur place par sa technicité avant de se révéler aussi monotone qu’une départementale de Lozère ? A première vue, compte tenu de la jolie contrebasse empoignée par le euh… contrebassiste (c’est d’ailleurs un vrai régal de l’entendre s’épanouir tout au long de l’album, fournissant une assise profonde et mélodique aux pérégrinations des autres), nous avons affaire à un trio qui louche un peu vers le jazz, donc vers le math-rock… Que nenni. Les morceaux les plus longs, « To The Past » et l’hendrixien « Unreal » - une tuerie – nous rappellent que nous sommes en territoire noise rock ! C’est cette dernière piste qui atteste le plus de la variété de la palette proposée par le groupe : intro inoubliables, solos héroïques décalés avec le reste, aérations délicates, dissonances rêveuses arachées à la guitare (écoutez moi le milieu de « Soul Retrieval », ça va chercher très loin, et c’est Tom Morello qu’on assassine)… Ça sprinte sans s’vautrer, ça grince sans coincer, ça dérape sans perdre le contrôle une seule seconde. Du travail de pro, en somme. Les réussites de l’album sont sans hésitation les morceaux les plus orientalisants comme ce « To the Sun » swinguant à mort à faire crever d’envie System of a Down, où encore le plus apaisé « Cyclops », qui se profile d’abord comme une petite sucrerie acoustique, avant de prendre une cadence infernale de célébration païenne. Le mot « chaloupé » n’est vraiment pas galvaudé pour ces 3 energumènes à la mine pas thibulaire. Le verso de la pochette est a ce titre plutot drôle : on va de la batteuse rageuse à mi chemin entre Sigourney Weaver et une femme de cro-magnon, au gratteux quasiment sasquatch, en passant par le contrebassiste aux faux airs de Raspoutine. Plutot marrant, surtout pour un groupe underground américain, qu’on aurait plus imaginé avec des lunettes carrées…

note       Publiée le jeudi 27 décembre 2007

partagez 'Scream Of The Iron Iconoclast' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Scream Of The Iron Iconoclast"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Scream Of The Iron Iconoclast".

ajoutez une note sur : "Scream Of The Iron Iconoclast"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Scream Of The Iron Iconoclast".

ajoutez un commentaire sur : "Scream Of The Iron Iconoclast"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Scream Of The Iron Iconoclast".

empreznor › vendredi 28 décembre 2007 - 02:32  message privé !
pour repondre aux interrogations de michel et aux certitudes d'inthiz, j'ai dit cette phrase ("quand à moi...") à cause de la chro de Dariev, absolument pas du producteur/mixeur bla bla bla. J'ai pas l'intention de rouvrir un debat foutraque comme il y a eu cette année, d'autant plus que les zicos produits par Albini m'interessent rarement (à part le Lizard et PJ)
michel rocard › vendredi 28 décembre 2007 - 01:46  message privé !
Bon cela dit j'vois pas ce qui a de honteux à s'intéresser à un groupe de par la renommé de son producteur. Après c'est plus le phénomène de mode qui peut être gonflant et je crois que c'est ce que voulait dire inthese mais bon hein c'est comme ça.
michel rocard › vendredi 28 décembre 2007 - 01:44  message privé !
"Quand à moi il ne me reste plus qu'à découvrir ce groupe au nom bizarroide"
empreznor › vendredi 28 décembre 2007 - 01:35  message privé !
euh pour vous eviter une meprise, je regardais juste une video intéressante du sieur, ce qui explique ma remarque; l'enregistrement, la prod, ce disque et ce groupe j'en ai rien à carrer (à tort peut-etre) Albini ou pas, donc ne faites pas de debat sur ce qui ne merite pas d'en faire
Intheseblackdays › vendredi 28 décembre 2007 - 01:31  message privé !
et ne pas avoir le dernier mot.
Note donnée au disque :