Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSeance (suè) › Fornever laid to rest

Seance (suè) › Fornever laid to rest

cd • 9 titres

  • 1Who will not be dead
  • 2Reincarnate
  • 3The blessing of death
  • 4Sin
  • 5Haunted
  • 6Fornever laid to rest
  • 7Necronomicon
  • 8Winds of gehenna
  • 9Inferna Cabbala

enregistrement

Berno studios, Malmö, suède.

line up

Beno (basse), Johan (chant), Tony (guitare), Micke (batterie), Jensen (guitare)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death metal

Que ceux qui pensent que le death metal suèdois se résume au style pratiqué par les entombed and co soient chatiés, car Seance est là pour leur rappeler qu'en 92, les suèdois ils savaient aussi faire du gros brutal, façon Us. Enfin, Us, Seance ne l'est pas complètement mais on dira simplement que leur death metal s'apparente beaucoup plus à celui d'un Deicide qu'à leurs compatriotes Grave par exemple. Contenant en son sein des futurs membres de The Haunted et Witchery, Seance pose ici avec son premier album un gros, très gros brulôt de death à la fois technique et réfléchi. Riffs complexes, balancés à une vitesse assez hallucinante, un batteur frénétique, un chant bien gras et puissant, un son "morrisound-ien", que du classique en somme. Et ma foi, ce n'est pas moi qui vous contredirait. La différence c'est qu'ici, tout est inspiré, tout coule de source, on sent une vraie recherche dans ces riffs aux premier abord difficiles d'accroches, et puis le groupe a su poser cette ambiance diabolique, que seuls des groupes comme Deicide ou Morbid Angel ont su poser. "Fornever laid to rest" est sombre, définitivement, violent c'est évident, mais plus insidieux qu'il n'y paraît. Les premieres écoutes laissent apparaîtrent un groupe de death de plus, et puis finalement on se laisse prendre à le remettre. Bon sang, ce chant avoine bien quand même, les riffs s'enchainent à merveille, l'ambiance posée n'a pas grand chose à envier aux premiers Immolation ("Inferna cabbala"), les solos "grand n'importe quoi" font mouche, bref le bon disque quoi. Celui qui repassera plus que les autres sans que vous n'ayez vraiment d'arguments pour dire pourquoi. De mon côté, je pense quand même que son atmosphère à la fois brutale et "evil", façon vieux Deicide n'est pas étrangère à tout cela, tant les disques de qualité dans ce style sont rares. Bref, en voilà une petite perle à dégoter pas chère, allez hop faites moi tourner les moteurs de recherche.

note       Publiée le dimanche 16 décembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Fornever laid to rest".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fornever laid to rest".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fornever laid to rest".

Pariah › mercredi 21 janvier 2009 - 11:56  message privé !

@borntogulo : ouais, il bosse toujours Dan Seagrave, la dernière pochette dont j'aie connaissance, c'est pour l'album de Thorium, "Feral Creation", un groupe de death. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le style est toujours aussi identifiable, du Seagrave pur jus ! Après, est-ce risqué pour un groupe aujourd'hui de sorir un album orné d'une pochette dans le plus pur style 90's, je ne sais pas... Moi, ça me plait bien, je reste un grand nostalgique des pochettes de Suffo, Pestilence, Hypocrisy (old), etc...

Nokturnus › vendredi 16 janvier 2009 - 17:28  message privé !
avatar

Pas mieux.

Potters field › vendredi 16 janvier 2009 - 10:02  message privé !

et le mot est faible... et puis c'est pas le même kiff: quand je regarde mon etagere de disques old school, je retrouve le même sentiment que quand je lisais mes premiers comics: inspiration souvent naive, execution parfois douteuse. mais j'aime cette idée de l'illustration réalisée avec amour pour un disque. les pochettes sur ordi, c'est froid, c'est moche.

born to gulo › jeudi 15 janvier 2009 - 16:09  message privé !

il m'arive encore souvent de t*********r des albums juste d'après la pochette - et ça finit parfois même en achat ; sinon, y a encore les pochettes de brutal, à la deeds of flesh, hour of penance, psycroptic, mais ... c'est bien vilain

Potters field › jeudi 15 janvier 2009 - 14:05  message privé !

je sais pas ce qu'il devient. mais qui oserait sortir un disque avec des pochettes comme ça de nos jours ? à part megadeth bien sur, et quelques groupes qui jouent la carte revival. à cette époque, quand on avait pas encore myspace, j'achetais souvent les disques juste d'apres la pochette.