Vous êtes ici › Les groupes / artistesIImmolation › Close to a world below

Immolation › Close to a world below

8 titres - 41:52 min

  • 1/ Higher Coward
  • 2/ Father, You're Not a Father
  • 3/ Furthest From the Truth
  • 4/ Fall From a High Place
  • 5/ Unpardonable Sin
  • 6/ Lost Passion
  • 7/ Put My Hand in the Fire
  • 8/ Close to a World Below

enregistrement

Produit par Paul Orofino. Enregistré et mixé au Millbrook Sound Studios.

line up

Ross Dolan (chant, basse), Thomas Wilkinson (guitare), Robert Vigna (guitare), Alex Hernandez (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death poisseux

En l'an 2000, Immolation commence à atteindre les sommets de son art et nous sort le premier volume de Poussière et Noirceur dans le Death Metal en deux tomes, "Close To A World Below".
Tout est là pour imposer le style inégalable qui a fait la renommée du groupe. Déstabilisation, déstructuration, ici tout est brisé. Ces guitares grinçantes qui torturent les intervalles, alignant riff culte sur riff culte, transcendant ces dissonances uniques qu'Immolation a su développer au cours de sa carrière, sont la marque indélébile d'une infinie pesanteur. Nuancées, terriblement efficaces et insistantes, elles tissent une toile abyssale au centre de laquelle le chant puissant et caverneux prophétise. Cette armée de guitares pénètre de manière gluante dans nos oreilles, ne laissant jaillir ça et là qu'une nappe inquiétante ou un bref solo déchiré de trilles. Soutenant de manière incroyable cette obscure pataugeoire, la batterie est d'une polyvalence à toute épreuve. Tous les espaces de temps sont remplis de manière mouvante, explosant les carcans rythmiques par le brio d'Alex Hernandez qui impose un plan et un tempo par main. Conséquence magique, on navigue à l'aveuglette de plan en plan, redécouvrant à chaque écoute les guitares qui rattrapent la batterie et vice-versa. Il est presque impossible de détacher un morceau en particulier tant l'homogénéité de l'album nous pousse vers la fin sans qu'on ait réellement compris ce qui nous arrive, mais on peut quand même évoquer le très violent rapide et majestueux "Furthest From The Truth", qui par sa tournure apocalyptique nous plaque d'entrée la tête au sol afin de mieux l'y maintenir par l'extrême lourdeur de la suite (son ralentissement martial et hurlé, appuyé par des cymbales proprement grandiloquentes n'est pas de ce monde).
Il ne faudra attendre que deux ans avant qu'Immolation ne donne suite à une pareille œuvre, dotée d'un son encore plus massif et imposant. Comme ces deux albums sont pour moi quasiment d'égale qualité, et que je ne peux décemment pas leur coller la note maximale à tous les deux, je ne mettrai que 5.

"Close To A World Below" + "Unholy Cult" = 6/6.

note       Publiée le mercredi 12 décembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Close to a world below".

notes

Note moyenne        26 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Close to a world below".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Close to a world below".

merci pour le fusil... › dimanche 1 novembre 2020 - 19:07 Envoyez un message privé àmerci pour le fusil...

Leur meilleur. Production unique, rêche, asphyxiante. Comme dit plus bas, hermétique.

Note donnée au disque :       
heirophant › vendredi 9 octobre 2020 - 15:31 Envoyez un message privé àheirophant

Celui-ci est extrêmement hermétique. Peu de lubrifiant naturel, à part le morceau-titre qui envoie du bois direct, et la batterie qui fait le blow job. Mérite 4 boules pour l'instant.

Note donnée au disque :       
yog sothoth › jeudi 7 juillet 2016 - 20:37 Envoyez un message privé àyog sothoth
avatar

"Father" you re not a father" , ou l'art de démarrer un titre de manière ultimement énervée.

Spektr › mercredi 31 août 2011 - 23:48 Envoyez un message privé àSpektr

Ca mérite largement la note maximale.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › vendredi 11 février 2011 - 12:03 Envoyez un message privé àSeijitsu

Ma foi, ça charcle sévère ce Immomo.

Note donnée au disque :