Vous êtes ici › Les groupes / artistesIImmolation › Unholy Cult

Immolation › Unholy Cult

8 titres - 41:49 min

  • 1/ Of Martyrs And Men
  • 2/ Sinful Nature
  • 3/ Unholy Cult
  • 4/ Wolf Among The Flock
  • 5/ Reluctant Messiah
  • 6/ A Kingdom Divided
  • 7/ Rival The Eminent
  • 8/ Bring Them Down

enregistrement

Produit par Paul Orofino. Enregistré et mixé au Millbrook Sound Studios.

line up

Ross Dolan (chant, basse), Bill Taylor (guitare), Robert Vigna (guitare), Alex Hernandez (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death poisseux

Dans la série "on aime ou on aime pas mais y a une sacrée patte", Immolation se place en tête de liste. Digne héritier des débuts du formidable Incantation, le groupe avait jusqu'en l'an 2000 sorti des albums intéressants mais auxquels il manquait (bien que je les adore) le petit truc en plus pour convaincre à 100%. Le monstrueux album précédent "Close To A World Below" touchait déjà au but avec classe, et en 2002 bim, coup de pied sauté dans les dents, "Unholy Cult" frappe juste et fort. Houuu, qu'il est toujours aussi poisseux cet album. Ces grattes boueuses aux harmonies brisées, soutenues par une section rythmique syncopée et riche en breaks amples, rendent enfin justice aux compos des quatre Américains pour la deuxième fois consécutive. L'ensemble est lourd, sombre et pesant, presque asphyxiant, avec un petit côté martial d'envergure. Et cette fois le son y est pour beaucoup, particulièrement pour moi celui de la batterie, disposant d'un relief très intéressant qui souligne la persistante propension d'Alex Hernandez à catapulter sa double pédale et ses toms à sa manière. Je vais d'ailleurs en remettre une couche, parce que les plans n'ont jamais été aussi travaillés et équilibrés, véritables boutons de volume des morceaux, que ce soit dans les blasts plus posés qu'à l'accoutumée ou sur les passages mid-tempo. Pour fêter ça, on fait à nouveau péter les riffs cultes ("Sinful Nature", "Unholy Cult", et surtout le monument de pesanteur "Rival The Eminent"), et on réhabilite l'exercice du solo semi-mélodique. Pour couronner le tout même le chant rauque et graveleux a pris une nouvelle dimension en terme de présence. "Unholy Cult" est donc une excellente surprise qu'on réécoute aujourd'hui avec la même extase. Sa complémentarité avec son prédécesseur lui coûte son 6/6. Ça peut paraître idiot, mais c'est le meilleur compromis que j'aie trouvé.

note       Publiée le lundi 10 décembre 2007

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Unholy Cult" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Unholy Cult".

notes

Note moyenne        20 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Unholy Cult".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Unholy Cult".

Melas_Khole › lundi 13 avril 2015 - 04:41 Envoyez un message privé àMelas_Khole

Un seul mot : immense.

Je resterai toujours fan du riffing de Robert Vigna. "Bring Them Down"...

Note donnée au disque :       
Int › jeudi 18 novembre 2010 - 20:04 Envoyez un message privé àInt

(A Born to Gulo>>>) J'aurais dit le cousin de Anthems To The Welkin At Dusk moi, pour l'alliage violence/virtuosité. Je vois pas trop le rapport avec Enemy Of The Sun.

Peut être mon skeud Death préféré sinon : c'est l'un de ceux qui survivent très bien quand on s'éloigne du Metal et qu'on finit par trouver le Brutal Death ennuyeux.

Note donnée au disque :       
vargounet › mercredi 31 mars 2010 - 17:01 Envoyez un message privé àvargounet

Leur dernier album est vraiment excellent il fait bien suite à celui-là.

Note donnée au disque :       
empreznor › dimanche 13 décembre 2009 - 23:59 Envoyez un message privé àempreznor

Comment on invoque les chroniqueurs fantômes?

Manumal › vendredi 16 janvier 2009 - 10:58 Envoyez un message privé àManumal

Tout à fait magistral. Comparé au brûlot Close To A World Below celui ci est moins décapant, d'un tempérament moins fielleux. Par contre ça y va les morceaux-cathédrales; les guitares ont tout autant de maestria, plus alambiquées et avec des tournures même très contemplatives par moment. La grande classe.

Note donnée au disque :