Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOrthrelm › Ov

Orthrelm › Ov

cd • 1 titre

  • 1Ov

enregistrement

2004

line up

Mick Barr (guitare), Josh Blair (batterie)

remarques

dedicated to Nathan Maddox

chronique

Styles
metal extrême
ovni inclassable
Styles personnels
minimalisme ultra répétitif

Orthrelm, c’est un peu le cauchemar de Progmonster. Formé de Mick Barr et Josh Blair, respectivement guitariste et batteur, le combo mise uniquement sur une ‘musique’ à la technique hors du commun et ne délivrant qu’un vomissement chaotique de notes et de ruptures dont la synchronie et l’’abstract-chaotic-grindjazzcore’ qui en résulte sont d’une telle absurdité et virtuosité qu’il renvoient directement Ruins aux niveau de U2 et feraient passer Liquid Tension Experiment comme le rock le plus émotionnel du monde. Certains titres affichent moins de cinq secondes, ressemblant plus à un coup de dripping de Jackson Pollock qu’à une composition musicale. Pure démonstration de force – exercice de style – et voilà que le même duo de cinglés nous délivrent l’excès inverse (car l’extrême, c’est tendance) : la répétitivité absolue. ‘Ov’ n’est pas minimaliste et changeant comme un ‘In C’ de Terry Riley ; c’est simplement un collage abstrait d’harmoniques répétées à une vitesse inhumaine sur quarante-cinq minutes, pour une moyenne de quatre à cinq minutes par ‘motif’. Imaginez Mike Portnoy en session avec Petrucci dans la matrice, qui auraient le temps de jouer trois notes sur un quart de seconde avant qu’un bug ne les fige pendant que le son continue à jouer en boucle. Ou alors, imaginez une session de répétition autour d’une sirène d’ambulance ; ou simplement collez l’un à la suite de l’autre, changez l’ordre des notes deux fois et voilà déjà les dix-huit premières minutes de ‘Ov’. La seconde comparaison serait plus exacte car ce qu’il y a de beau dans cette anti-musique absolue, c’est l’aspect humain – il y a bien deux musiciens derrière cette énormité – et le seul moyen de survivre dans cet intense bombardement est bien de déceler les subtiles différences entre chaque répétition (du type : oh ! Il a rippé sur une corde voisine). La demi-heure restante est du même acabit, avec des répétitions légèrement plus courtes – environ une ou deux minutes chacunes – mais non moins éprouvants, à l’instar de ces boucles de breaks, comme autant d’arrêts cardiaques. Un exercice absolument vain et profondément génial – une véritable œuvre d’art, parfaitement exécutée – qui nous fait fuir, puis fascine, puis hypnotise carrément. Et lorsque ‘Ov’ s’achève, d’un seul coup, sans aucun ralentissement (on doit tourner autour de 180 BPM tout du long) le vide résonne insupportablement, le silence nous paraît insultant. C’est un peu comme le travail de Roman Opalka : dément, mais il fallait bien que quelqu’un le fasse. 10000 notes en 45 minutes, record à battre…

note       Publiée le jeudi 6 décembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ov".

notes

Note moyenne        16 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ov".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ov".

boumbastik › jeudi 20 juillet 2017 - 00:30  message privé !

"il fallait bien que quelqu’un le fasse" : y'a de ça.

Alfred le Pingouin › mercredi 29 octobre 2014 - 18:04  message privé !

J'adore cet album! Rare de voir des mélanges minimalisme-rock aussi réussis et jouissifs!

Note donnée au disque :       
TWB › lundi 13 décembre 2010 - 19:46  message privé !

Arf, j'avais déjà écouté y'a quelques temps, je trouvais déjà ça assez cripsant, je viens de réessayer mais non, ça passe toujours pas, si ce n'est pire... Même si conceptuellement, c'est marrant, je trouve le résultat vraiment intenable. J'suis pas un grand fan de musique répétitive, et si le drone passe un peu, là non. La note correspond au plaisir d'écoute.

Note donnée au disque :       
Horn Abboth › mercredi 20 janvier 2010 - 17:38  message privé !

Bon j'y suis peut être allé un peu fort certes. Quand je dis "c'est génial", c'était surtout pour le côté original du truc, les 6 boules c'est pareil, c'est plus pour souligner la démarche. Etant tombé dessus par hasard ça m'a bien fait marrer d'autant que Dariev venait de poster le In C de Riley. Après c'est clair que j'écouterai pas ça tout les jours mais j'ai pas trouvé ça à chier. Ya un quand même un truc qui se dégage sur la longueur de cet album, après c'est sûr, faut s'le farcir ;)

Note donnée au disque :       
Hallu › mercredi 20 janvier 2010 - 15:52  message privé !

Justement niveau musique répétitive autant écouter les pionniers qui font de la qualité genre Steve Reich, Terry Riley, Charlemagne Palestine etc... C'est parfois tout aussi répétitif que Orthrelm et là aussi c'est joué avec de vrais instruments, sauf que c'est beaucoup plus complexe et intéressant...

Note donnée au disque :