Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKongh › Counting heartbeats

Kongh › Counting heartbeats

5 titres - 64:51 min

  • 1/ Pushed Beyond
  • 2/ Counting Heartbeats
  • 3/ Adapt The Void
  • 4/ Megaprimatus
  • 5/ Zihuatanejo

enregistrement

Enregistré entre Janvier et Avril 2007 au studio Teknikkompaniet par Peter Lundin.

line up

David Johansson (Guitare, Chant), Tomas Salonen (Batterie), Oscar Ryden (Basse)

remarques

chronique

Remarqué en 2006 sur la base d’une unique démo mise à disposition sur son site, Kongh revient cette fois avec un album complet paru sur le label suédois Trust no one et qui, autant l’annoncer d’entrée, est à mes yeux une sévère déception. Une fois passé l’artwork plutot sympa de Seldon Hunt, on se rend vite compte qu’à vouloir pousser dans leurs derniers retranchements les caractéristiques du genre, les suédois de Kongh se sont empêtrés sans finesse dans un amalgame Post- (Rock / Hardcore) hasardeusement teinté de Doom et de gros Metal. De plus, l’album est doté d’une production peu inspirée, très « grosse » mais également sèche et assez synthétique, qui aplanit les variations et donne au disque un aspect très linéaire d’autant plus dommageable que Kongh développe des morceaux tout en progression, alternant (sans trop de surprise) le pachydermisme à forte tendance lourdingue et des plages plus atmosphériques / dissonantes. Counting heartbeats se traine donc sur plus d’une heure, sans parvenir véritablement à capter l’attention, hormis quelques passages lourds de bonne facture qui rattrappent un peu le tout (le début du second titre, notamment), le groupe se contentant en effet trop souvent de jouer la carte de la répétition à outrance de riffs ou d’arpèges pas franchement mémorables, à tel point qu’on a parfois l’impression que le disque saute. Le chant se révèle quand à lui à l’image de l’album, sans subtilité, ni émotion et finalement plutôt pénible sur la longueur… Avec ce disque, on compte peut-être les battements de cœur, mais aussi assez rapidement les (… longues) minutes qui nous séparent de la fin. Plutôt décevant de la part de Trust no one qui m’avait jusque là habitué à de biens meilleures découvertes.

note       Publiée le vendredi 28 décembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Counting heartbeats".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Counting heartbeats".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Counting heartbeats".

nicolas eymerich › vendredi 28 décembre 2007 - 23:25 Envoyez un message privé ànicolas eymerich
un album qui a besoin d'etre dompte tant les influences sont variees. Le premier titre pushed beyond avec sa partie slide est excellent
Møjo › vendredi 28 décembre 2007 - 18:51 Envoyez un message privé àMøjo
Vu en concert cet été, j'ai trouvé ça complètement prétentieux, chiant et laborieux. Le disque je l'ai pas écouté, j'ai le promo qui doit trainer quelque part en fouillant bien..
saïmone › vendredi 28 décembre 2007 - 15:24 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar
Un des meilleurs trucs post hardcore de ces dernières années, et c'est un exploit de proposer un truc interessant dans ce style. C'est sur, Kongh n'est pas aussi rassurant que ses amis, il ne carresse pas dans le sens du poil le doomster qui sommeille (ou non) en toi, il ne tente rien, il rentre dans le lard. Pas à se poser de questions, c'est le coup de bélier, et la voix en témoigne: sans émotion ? faudrait arrêter de porter des chaussettes dans vos slips, les gars
Note donnée au disque :       
Potters field › vendredi 28 décembre 2007 - 14:30 Envoyez un message privé àPotters field
et le rock, c'est du proto-postrock, alors, si je comprends bien.
Intheseblackdays › vendredi 28 décembre 2007 - 14:20 Envoyez un message privé àIntheseblackdays
totalement en accord avec ta chronique Yog.
Note donnée au disque :