Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHuman Remains › Where were you when

Human Remains › Where were you when

33 titres - 89:48 min

  • CD 1: 1. Patterns In The Grass (Happy Days 7") 2. Forked Tongue (Happy Days 7") 3. When Forever Becomes Until (Happy Days 7") 4. Weeding Out The Thorns (Relapse CD EP) 5. Waste Of Time (Relapse CD EP) 6. Rote (Relapse CD EP) 7. Chewed Up & Spit Out (Relapse CD EP) 8. Swollen (Relapse CD EP) 9. Human (Relapse CD EP) 10. Beyond Human Perception (Relapse CD EP) 11. Spoiling Of Beauty (With Your Teeth Comp Track) - 12. Intro / Mechanical (Admirations Most Deep And Foul 7") 13. Fragrance Of Souls (Admirations Most Deep And Foul 7") 14. Symptoms In The New Society (Admirations Most Deep And Foul 7") 15. The Skies Denied - Pretty Build-Up (Unreleased) - - CD2 1. Symptoms Of The New Society (1990 Demo) 2. Blessed Paradise (1990 Demo) 3. The Malignance (1990 Demo) 4. Human (1990 Demo) 5. Imagine (1990 Demo) 6. Chemical Life (1992 Demo) 7. Fictitiously Vivid (1992 Demo) 8. Of The Same Flesh (1992 Demo) 9. Sight Beyond Sickness (1992 Demo) 10. Human (Metal Blade Demo) 11. Rote (Metal Blade Demo) 12. Swollen (Metal Blade Demo) 13. Mechanical (Metal Blade Demo) 14. Chewed Up & Spit Out (Using Sickness As A Hero Demo) 15. Rote (Using Sickness As A Hero Demo) 16. Weeding Out The Thorns (Using Sickness As A Hero Demo) 17. Swollen (Using Sickness As A Hero Demo) 18. Human (Using Sickness As A Hero Demo)

line up

Ted Patterson (bass till '94), Steve Procopio (guitar), Dave Witte (drums), Paul Miller - vocals; Jim Baglino - guitar; William Carl Black - bass from '94

remarques

chronique

Styles
hardcore
metal
metal extrême
death metal
grindcore
Styles personnels
the shape of brain-explosion to come

T’as vu cette pochette un peu ? Il fallait au moins ça pour l’un des groupes grind-death-metal-on-sait-pas-trop-quoi-core les plus bandants des années 90, celui sans qui Cephalic Carnage, Luddite Clone voir même Gorguts n’auraient pas existé. Ca sent la phrase définitive pompeuse, ok, je mets au défi quiconque de me trouver à la fois plus puissant, plus charcutier, plus bœuf et plus original. Alors, on va tout de suite donner dans le racolage actif, ce sera une bonne chose de faite : tu prends Obituary, sa voix, ses riffs poisseux, sa lourdeur ; tu prends Discordance Axis – déjà tu prends son batteur, David « god of drums » Witte fondateur de Human Remains (puis de Exit 13, Burnt by the sun, Atomsmasher, remplaçant chez Melt Banana, etc… la liste est longue), sa vélocité (les blasts, mon ami, les blasts), tu prends aussi sa manière de hacher des faux mosh-parts façon stroboscope ; tu rajoutes une pincée de techno-thrash Voïvodienne sodomisée par les fantômes de Tom Morello et Agata (Melt banana) pour les effets tremolo / pitch / et autres machins guitaristiques ; tu mélanges le tout, un peu de Tabasco, du Deadguy, du vomi, beaucoup de sang, de la cervelle moisie, un DVD de Massacre à la tronçonneuse et de Braindead (car oui, nous sommes modernes), et voilà. « Where were you when », c’est pas compliqué, c’est la discographie du groupe réunie sur un double CD. On ratisse large, des premières démos jusqu’au célèbre EP chez Relapse (une tuerie sans nom), en passant par des titres sur des compilations et autres unreleased. Autant y aller carrément, y’a rien à jeter ; au pire la première démo du groupe, de 1990, au son réellement pourri, mais à la volonté de destruction tellement pure qu’on ne peut pas leur en vouloir. Le reste n’est qu’absolu poutrage, surtout sur le premier disque qui nous propose tout les « vrais » enregistrement du groupe, c'est-à-dire avec un son monstrueux, en point d’orgue le fameux EP « Using sickness as a hero », sommet de metal ultra bourrin dansant mais sauvage : « Rote » et son riff quasi oriental qui finit sur une sorte de grosse baston dévastatrice ; « Swollen » qui annonce d’ores et déjà la moitié des titres de Converge (avec John Tardy en lieu et place de Jacob Bannon, ça donne envie hein ?) ; ou encore « Human » et son interlude débile, sa guitare frivole et tordue façon rouleur compresseur dans un champ de mines. Bon, je ne vais pas décrire tous les titres, ils sont tous du même acabit. Sur le second disque, on retrouve une démo de ce même EP, ce qui sur le papier (l’écran) ne donne absolument pas envie, mais l’anecdote le concernant, c’est qu’il s’agit du premier enregistrement dont le groupe n’était pas satisfait. Le son est donc tout aussi excellent, mais plus sec, plus crade, et l’interprétation de même, plus sauvage, moins réfléchie. Pour un peu, je préfèrerais cette version ! Et ce peu se trouve dans l’absence de l’insurpassable « waste of time », cette grosse basse dans ta gueule, cette batterie crust avec des hurlements d’animaux ; le titre le plus punk et direct du lot, à l’instar des premiers enregistrements du groupe, très marqué par le death (le meilleur death, donc, Obituary, Suffocation, Morbid Angel, etc…) et le grind / crust de l’époque (Napalm Death meets Rorschach ?). Si toi aussi tu aimes te battre à mains nues dans des sous-sols, que tu te tires des balles dans la bouche et que tu baises avec des gants jaune de protection, achète ce disque pour que dalle ou vole le.

note       Publiée le mercredi 5 décembre 2007

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Where were you when".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Where were you when".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Where were you when".

Klarinetthor › mardi 30 mai 2017 - 16:27  message privé !

death + asphyx plus grind... oué j'ai bien fait de m'y plonger.

Note donnée au disque :       
saïmone › mardi 10 février 2015 - 12:35  message privé !
avatar

A Boulinier pour que dalle ! Nous sommes intriqués, sache le

Note donnée au disque :       
cyberghost › mardi 10 février 2015 - 12:11  message privé !

Ce genre de Gloubi Boulcrade devrait plutôt me gaver, mais là c'est la totale claquasse ; faut dire que c'est quand même plein de plans fun, débiles, et effectivement funky, et ce je-ne-sais-quoi de Voïvodflesh dont je ne me remets pas...
"Si toi aussi tu aimes te battre à mains nues dans des sous-sols, que tu te tires des balles dans la bouche et que tu baises avec des gants jaune de protection, achète ce disque pour que dalle ou vole le" Quand je pense que je recausais de Fight Club y a pas si longtemps, et que je tombe sur ce disque à Boulinier hier, c'est pour ainsi dire un coup du destin :-)))))

Note donnée au disque :       
DesignToKill › dimanche 12 janvier 2014 - 04:01  message privé !

MIAM

Note donnée au disque :       
necromoonutopia666 › dimanche 29 avril 2012 - 14:14  message privé !

réécouté ce matin en jouer à starcraft II... t'ain la ratatouille que j'ai mis à la team d'en face tellement ça chie ce truc!

Note donnée au disque :