Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMumakil › Customized Warfare

Mumakil › Customized Warfare

32 titres - 37:02 min

  • 1/ I - 2/ II - 3/ III - 4/ IV - 5/ V - 6/ VI - 7/ VII - 8/ VIII - 9/ IX - 10/ X - 11/ XI - 12/ XII - 13/ XIII - 14/ XIV - 15/ XV - 16/ XVI - 17/ XVII - 18/ XVIII - 19/ XIX - 20/ XX - 21/ XXI - 22/ XXII - 23/ XXIII - 24/ XXIV - 25/ XXV - 26/ XXVI - 27/ XXVII - 28/ XXVIII - 29/ XXIX - 30/ XXX - 31/ XXXI - 32/ XXXII

enregistrement

Produit par Mumakil. Enreistré et mixé par Jéjé au Terrier 5, à Genève.

line up

Tom (chant), Jéjé (guitare), Taverne (basse), Seb (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
grindcore
Styles personnels
death/grind

Il y a des styles comme ça, pour lesquels on se demande: "mais jusqu'où s'arrêteront-ils ? Je ne le sais ni". Le grindcore est de ceux-là. Style ultratypé en soi, le grind a su faire sa place en tant qu'influence tant sur la scène hardcore que sur la scène death. Death/grind, grind/death, on le mélange mais rares sont les groupes à en synthétiser toute la puissance sans devenir redondants, voire carrément chiants. Pour concurrencer Napalm Death, en France on a Blockheads, et maintenant la Suisse a Mumakil. De l'ex Nostromo et Knut, de l'ancien Stumpfucking et un batteur made in Deceit, il faut dire que sur le papier ça sonne déjà bien. Et après une démo pas piquée des vers qui donne le ton, "Brutal Grind Assault", le groupe revient en 2006. Et si il est content, il ne le montre pas.
Customized Warfare porte bien son nom : on en prend plein la gueule pour pas un rond, et avec style en prime. Tout ce qui peut être brutal est passé à la moulinette, il ne manque rien. Gros riffs en aller/retour qui tachent, alternés avec du hardcore bien lourd, le grind new-school prend définitivement ses marques. Ça blast, ça crust, ça hardcorise, et l'éventail des voix est carrément jouissif. On passe du rauque au guttural, du hardcore au porcin sans vraiment s'en rendre compte, un sourire béat option filet de bave fendant notre visage ému, et on se dit : ça y est, le voilà enfin le disque de grind ultime des années 2000. Et une fois n'est pas coutume, l'exécution et le son sont excellents. On sort du syndrome "bon les gars c'est du grind hein le premier qui sait jouer a perdu, allez scotty branche donc le playskool, ça enregistre". Là, ya du super lourd. Les grattes ? Tout dans les medium, emballez c'est pesé. Et maintenant, la batterie la plus sèche du monde (bien recalée, évidemment, mais on a l'habitude). Nickel. Et puis allez soyons fous, on va faire en sorte que le timbre et l'agencement des voix donne vraiment envie de tout casser. "Oui, un bon son dans ce style c'est un scandale". À ceci je répondrai : on est loin des grattes lisses et de la batterie ronde de Nasum, ici tout donne un sentiment d'intense carnage, et il en résulte une ultraviolence sur tous les fronts complètement illégale. Aussi à la fin du disque, quand le moment est venu de recoller les vases, de ramasser les vitres et de rendre son bras au voisin, on se dit que c'est quand même super méchant ce qu'on vient d'écouter. Et on y retourne. Et c'est la note maximale, sans concessions, comme ce disque.

note       Publiée le lundi 3 décembre 2007

Dans le même esprit, Aym vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Customized Warfare".

notes

Note moyenne        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Customized Warfare".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Customized Warfare".

dimegoat › samedi 9 décembre 2017 - 09:52  message privé !

En revisionnant Robocop pour la première fois depuis mes vertes années, j'ai identifié la moitié des samples présents sur cet album. Et j'ai aussi redécouvert que le film bute autant que le disque. Huh!

Note donnée au disque :       
Noohmsul › mercredi 12 octobre 2011 - 19:08  message privé !

Excellent album ! Ca tabasse et c'est assez varié (pour peu qu'on aime le genre). Ca me fait un peu penser à du Dying Fetus dans l'approche, mais en version grindcore jusqu'auboutiste. Du pur bonheur. Et bien vu le lien avec le Shapes of Misery. Deux personnalités différentes, mais dans les 2 cas c'est la guerre totale !

Note donnée au disque :       
utumno › dimanche 25 octobre 2009 - 13:16  message privé !

C'est brutal, c'est rapide, c'est coooool

Note donnée au disque :       
Dun23 › samedi 28 février 2009 - 16:40  message privé !

"Et si il est content, il ne le montre pas" mouarf!

cyprine › mercredi 2 juillet 2008 - 11:13  message privé !
Presque parfait. Un peu mieux faire serait abusif.
Note donnée au disque :