Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDisciples Of Annihilation › New York City Speedcore

Disciples Of Annihilation › New York City Speedcore

19 titres - 64:46 min

  • 1/ Total Annihilation (3:49) - 2/ Ya Mutha (3:41) - 3/ Brooklyn Mob (4:23) - 4/ NYC Speedcore (3:47) - 5/ Wanna Be A Gangster (3:46) - 6/ Zu Leiten (3:16) - 7/ Uncle Bill's Message (Part 1) (0:58) - 8/ Pound Down On Your Brain (4:22) - 9/ The Kill (4:55) - 10/ Uncle Bill's Message (Part 69) (0:27) - 11/ Minute Madness (1:11) - 12/ Extreme Gangsta (7:02) - 13/ Our Father (3:30) - 14/ Ya Mutha (Part III) (3:59) - 15/ Noize Core (1:52) - 16/ I'll Give You Hard (3:28) - 17/ Ya Mutha (Part II) (1:34) - 18/ You're Dead (5:00) - 19/ This Is D.O.A. (3:46)

enregistrement

Lenny Dee

line up

Sal Mineo, Carl Carinci, Nick Marchetti

chronique

Styles
techno
techno hardcore
Styles personnels
hardcore > speedcore muthafucka

Oh bordel, la légende du speedcore (gabber ultra rapide) qui vient mettre son nez sur le non moins célèbre Earache. Disciples of Annihilation ou D.O.A. jouent donc du beat destructeur avec pratiquement rien d’autre (quelques samples, un break par-ci et par-là). Formule ultra dépouillée qui fait figure de bel exemple de techno nihiliste. A quoi bon mettre des mélodies crétines comme sur la gabber néérlandaise ? A quoi bon ralentir le rythme ? On se fait juste insulter tout au long (soi ou sa mère), entre quelques extraits de films et abattage de beats au kilomètre. Chaque titre est interchangeable, seul le degré de saturation change (et vaguement la vitesse). Quelques sons de guitare (‘NYC Speedcore’) ramènent vite en tête le digital-hardcore d’Ambassador 21 ou encore Atari Teenage Riot qui se serait électrocuté par sa propre boite à rythme. Quelques interludes inutiles téléphoniques comme chez Agoraphobic Nosebleed (‘Uncle Bill’s Message’ Pt1 et 2). Deux bonnes rigolades sur les ultra rapides ‘Minute Madness’ et ‘Ya Mutha (ptIII)’. Bon j’ai menti, il y a bien une petite mélodie sur ‘Extreme Gangsta’ qui joue en plus sur ses vitesses tout du long (merci pour les cardiaques). Le disque qu’on met pour faire rire ses potes, mais tellement efficace pour nos plaisirs égocentriques inavouables. Bouge ou crève, connard d’humain ! T’avais qu’à pas nous programmer.

note       Publiée le lundi 26 novembre 2007

partagez 'New York City Speedcore' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "New York City Speedcore"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "New York City Speedcore".

ajoutez une note sur : "New York City Speedcore"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "New York City Speedcore".

ajoutez un commentaire sur : "New York City Speedcore"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "New York City Speedcore".

gulcher › dimanche 2 décembre 2007 - 12:41  message privé !
assez d'accord avec le commentaire précédent. certains titres ont mal vieillis et il y a eu bien mieux depuis en speedcore, ne serait ce que plusieurs disques sorties sur le label de la peste, hangars liquides. quand le speedcore devient psychédélique ...
taliesin › lundi 26 novembre 2007 - 12:36  message privé !
Mouais, il y a de très bons titres et d'autres franchement saoûlants... Notons que les fameuses guitares dont parle Wotzy (je peux ? ^_^) sur le titre 'NYC Speedcore' sont directement samplées du morceau 'Summer breeze' de Type O Negative...
Note donnée au disque :