Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRain › Starlight extinction

Rain › Starlight extinction

12 titres - 43:00 min

  • 1/ The four messengers of neptune
  • 2/ Annihilation of the centuries
  • 3/ The cyclic flood
  • 4/ Aurora borealis
  • 5/ Like dying fireflies
  • 6/ Narcotik 00
  • 7/ Starclouds & cosmic seas
  • 8/ Dance of infinity
  • 9/ Dead planets (instrumental)
  • 10/ Meteor rain
  • 11/ Amethyst
  • 12/ The final extinction

enregistrement

Illectronics studios, par Pascal Geronimi, Lausanne, Suisse, Fin 2001.

line up

Drop (guitare, programmation, claviers), Sin (chant), Blast (guitare), Picasso (basse)

chronique

Le premier album de Rain "Natural order" a beaucoup été comparé à Samael. Il est vrai que les 2 groupes étaient tous deux suisses et officiaient dans une sorte de dark/thrash/indus assez proche. Mais la comparaison n'a plus lieu d'être avec ce "Starlight extinction". Je n'ai pour ma part pas accroché sur leur 1er album, mais celui-ci m'a complètement retourné ! C'est très simple, il fait parti des rares albums capable de fédérer les fans d'indus, d'électro, de thrash ou de death, c'est dire ! Tout commence par LE titre : j'ai nommé "The four messengers of neptune", véritable perle de trash/indus, c'est le genre de titre qui vous saute à la gorge et ne vous lâche plus pendant des semaines. D'ailleurs, ce titre justifie à lui seul l'achat de l'album. Mais bien heureusement pour nous, le reste est tout aussi alléchant. Le disque alterne des titres rapides et accrocheurs (comme le premier) tels "Like dying fireflies", "Meteor rain" ou "Aurora borealis", tous de magnifiques pièces dans lesquelles la guitare ultra agressive ne fait qu'une avec tous les samples créant un climat très "spatial" tout en restant très mélodique. Et d'autres plus atmosphériques comme "The cyclic flood", "Starclouds & cosmic seas", "Dance of infinity", qui misent beaucoup plus sur l'ambiance et les refrains, tout en restant truffé d'excellents riffs. Notons aussi la présence d'un titre beaucoup plus calme "Amethyst", certainement plus personnel au compositeur principal Drop (qui doit aimer le rugby...), qui est entièrement en son clair, permettant de marquer une pause avant la déflagration qui va suivre. En effet, le combo garde le meilleur pour la fin avec "The final extinction" : titre complètement mid tempo, mais avec une guitare d'une lourdeur incroyable, dévastatrice, qui vous poussera à monter le volume jusqu'à faire exploser vos oreilles de plaisir. Bref, un massacre ! Ne parlons même pas de la production, surpuissante et adéquate, de même que l'artwork (par JP Fournier), magnifique. Félicitations monsieur Adipocere pour votre nouveau bébé, vous avez eu du flair, et ma petite oreille (du moins ce qu'il en reste...) me pousse à penser que ce groupe à un bien bel avenir qui se dessine...

note       Publiée le jeudi 28 février 2002

chronique

Evidemment, lorsque l'on écoute pour la première fois cet album de Rain, on ne peut s'empêcher de penser immédiatement aux dernières réalisations de leurs compatriotes de Samael... Des thèmes abordés aux vocaux en passant par les arrangements et l'utilisation de la boite à rythme en lieu et place de la batterie, les points communs sont nombreux... Mais il serait peu judicieux et surtout mal venu de s'arrêter à cela et de ne pas chercher un peu plus loin. Car ce "Starlight Extinction" regorge d'idées originales et apporte une sorte de renouveau dans un style dark-indus déjà bien fourni ces derniers temps. A l'image de titres aussi puissants que "Aurora Borealis", "Dance Of Infinity" ou de l'excellent instrumental "Dead Planets", l'orientation musicale de Rain prend vite une tournure très personnelle, utilisant une large gamme d'ambiances, allant du glacial et lancinant "The Cyclic Flood" au très mélodieux et très chaleureux "Amethyst". Techniquement irréprochables, les musiciens de Rain dominent leur sujet de bout en bout et font de cet album un véritable petit concentré d'energie qui ne demande rien de mieux que de nous exploser en pleine face...

note       Publiée le lundi 2 septembre 2002

partagez 'Starlight extinction' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Starlight extinction"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Starlight extinction".

ajoutez une note sur : "Starlight extinction"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Starlight extinction".

ajoutez un commentaire sur : "Starlight extinction"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Starlight extinction".

AlX6 › vendredi 23 octobre 2009 - 14:59  message privé !

Hello les gens. Bon pour info il faut savoir que Sin est devenu journaliste pour un webmag suisse. Pour ce qui est des deux groupes nés au split de Rain il y a si je ne dis pas de conneries Zuul FX avec Blast je crois ou un autre ex Rain et bien évidemment Drop qui a rencontré Benjamin pour monter le side project "Sybreed". Sybreed en est à son troisième album the pulse of awakening, un putain d'album d'ailleurs allez sur leur myspace pour écouter le titre Doomsday Party qui est la troisième piste de cet album unique.

keeper › mercredi 16 août 2006 - 13:33  message privé !
Comment ne pas parler de chef d'oeuvre face à tant de diversité technique et mélodique. Cet album est pour moi la référence en matière de métal électro futuriste. Je connais SAMAEL et notamment le fameux album PASSAGE mais rien de comparable. L'album de RAIN est nettement plus entrainant, mélodique et plus organique. Bref de la grande classe...
Note donnée au disque :       
shadowtiny › dimanche 15 décembre 2002 - 17:03  message privé !
@le bromure>>> c sur que l'influence de Samael se fait resentir, mais franchement de là à mettre une note pareil.... J'ai du mal à en croire mes yeux!!
Note donnée au disque :       
Le Bromure › jeudi 14 novembre 2002 - 16:30  message privé !
Du sous-Samael sans créativité et avec des arrangements éléctro des plus kitch. Une vraie honte.
Note donnée au disque :       
Le_Vieux_Con › mercredi 4 septembre 2002 - 12:08  message privé !
Mais non. C'est dingue les rumeurs qui peuvent circuler et dire n'importe quoi. C'est pourtant simple : Sin le chanteur à quitté le groupe, remplacé par Void. Sin à peut être monté son propre groupe, je n'en sais rien, mais Rain continue sans lui. D'ailleurs ils ont enregistré un 4-titres "Biosphere" pendant l'été. D'autre part Drop et Blast ont un projet paralléle sur lequel ils travaillent en ce moment.