Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKFrank Klare › Monumental Dreams

Frank Klare › Monumental Dreams

7 titres - 71:27 min

  • 1 First Monument 13:18
  • 2 Second Monument 4:20
  • 3 Third Monument 14:33
  • 4 Fourth Monument 8:28
  • 5 Fifth Monument 7:13
  • 6 Sixth Monument 18:27
  • 7 Seventh Monument 5:08

enregistrement

Composé et enregistré en Decembre 2003 par Frank Klare Des modifications ont été effectuées sur les Monument I-III-VI en Juillet et Aout 2004 par Ron Boots Mixé et masterisé par Ron Boots

line up

Ron Boots (Synthétiseurs, séquenceurs et électroniques), Frank Klare et Ron Boots: Synthétiseurs, séquenceurs et électroniques

chronique

Cette première collaboration avec Ron Boots donne à Frank Klare la profondeur structurale nécessaire pour créer un album aux atmosphères très Tangerine Dreamienne. Car, plus qu’un simple album solo, Monumental Dreams est d’abord et avant tout dédié au défunt projet ‘’Tangerine Tree’’. Un projet mis sur pied par les fans de TD, afin de faire connaître les meilleurs enregistrements concerts, et quelques inédits, de Tangerine Dream. Et c’est l’étonnement. C’est ce qui frappe, avec bonheur, en écoutant ce 21ième album solo de Frank Klare. C’est une pure merveille pour tout amateur de TD, car la similarité est à s’y m’éprendre tant au niveau de la sonorité que des structures de compositions. On croirait entendre une fusion de Franke et Froese, avec une essence de Schmoelling Haslinger, surtout sur les deux premiers, le 4ième et le 5ième Monument : Pulsations réverbérantes sur séquences aléatoires aux boucles multuiples, synthés aux souffles symphoniques et mélodies hésitantes aux accords de guitares incertains. L’univers électrique des années 80 est revisité avec éclat et plus de volonté à introduire une rythmique électronique consistante. Un peu comme si TD aurait eu du plaisir à jouer ensemble. Le 3ième Monument est le plus personnel à Frank Klare. Une longue pièce aux séquences minimalismes assaisonnées de percussions vrillantes ainsi que des souffles synthétiques soyeux et discrets. Tantôt mélodieux, parfois cynique, le mouvement soubresaute sur de bonnes percussions sclérosées, démontrant la finesse de Klare à élaborer les longs morceaux. Le 6ième Monument explore un peu plus avant-gardiste et explore un peu plus les pénombres et possibilités du Monument 1. L’intro est lourde et sombre, avant de rouler sur un séquenceur alerte aux pulsations martelant un tempo vindicatif. Derrière ce mouvement minimalisme se dessine des harmonies tempérées par des synthés aux solos délicats et complexes, qui s’enchevêtrent finement aux séquences de plus en plus fluides. Un solide morceau aux rebondissements inattendus, même pour une structure minimalisme. Le 7ième Monument termine cet album hommage sur une touche très mélodieuse. Un titre aux harmonies soufflées par un mouvement à la Chariots of Fire sur synthés symphoniques. Discret, le piano regorge de belles réverbérations oniriques qui rappellent les années Sorcerer, Thief et autres. Ce Monumental Dreams de Frank Klare est l’œuvre hommage à TD la plus fidèle que j’ai entendu à date. Pas seulement un simple repiquage d’idées, mais une continuité de ce qu’aurait pu être TD à l’ère Schmoelling et Haslinger.

note       Publiée le mercredi 24 octobre 2007

partagez 'Monumental Dreams' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Monumental Dreams"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Monumental Dreams".

ajoutez une note sur : "Monumental Dreams"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Monumental Dreams".

ajoutez un commentaire sur : "Monumental Dreams"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Monumental Dreams".

Painkiller › lundi 19 janvier 2009 - 04:48  message privé !

T'es gentil.

Note donnée au disque :       
robingoodfellow › mardi 30 octobre 2007 - 12:42  message privé !
Le seul passage, à mon goût, qui mérite le détour, c'est le "fifth monument" qui arrive à dégager une tension réelle puis à évacuer celle-ci dans cette petite explosion (implosion?) et dans le souffle final qui amène au "sixth monument" dont les deux premières minutes sont interessantes. Pour le reste.....
Note donnée au disque :