Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRobert Rich › Illumination

Robert Rich › Illumination

7 titres - 71:06 min

  • Echo I| 7:16
  • Prism| 3:36
  • Point Line Plane| 16:52
  • Curtain| 15:41
  • Plato's Cave| 14:10
  • Temple| 7:57
  • Echo II| 5:19

enregistrement

Composé et enregistré pour l’exposition d’art visuel du cinéaste Michael Somoroff durant l’été 2007

line up

Robert Rich : MOTM modular synthesizer, TimewArp2600, électroniques

remarques

Pour en savoir plus sur la musique de Robert Rich, visitez son site web; http://www.robertrich.com/rrframeset.html

chronique

Hum…je vois déjà les oreilles de néophytes, qui veulent le rester, se crisper!! Encore du Robert Rich? Eh oui et je crois que l’on en parle pas assez. Pas qu’il soit carrément génial. Non! Parce qu’il est humain et que c’est aux travers ses caractéristiques très humaines que l’artiste touche son auditoire.
Textures sonores très sombres, recluses dans tourbillon d’ondes sonores atonales qui remuent à l’ombre de ses illuminations, Illumination est un album sans mouvements sauf pour de légères oscillations prisonnières d’une noirceur qui n’a d’égal que sa sombre amplitude. Inintéressant? Pas vraiment. Ça dépend des humeurs, mais surtout de la compréhension que l’on se peut faire de ce dernier opus de Robert Rich. Un album écrit en hommage aux œuvres très abstraites de la collection Illuminations de Michael Somoroff. Donc, qui peut donner une couleur neutre ainsi qu’une vie abstraite à des projections si sombres? Seul Robert Rich pouvait oser mettre sur musique une œuvre aussi linéaire où d’étranges fluides réverbérants enveloppent les spiritualités de ses visions.
Il en résulte un album hyper planant, à la tonalité grave. Un croisement entre les odes lunaires de Steve Roach et les souffles nostalgiques de Ramp. Illumination est un album aux subtilités et nuances à peine perceptibles, reflétant les sombres émanations des œuvres de Somoroff. Sept titres pour six vidéos, chacun ayant son secret et sa personnalité que Rich définit avec une étrange et obscure mélancolie. Des ondes sonores aux courbes lentes, Illumination est une fresque atonique. Des titres comme Point Line Plane, Curtain et Plato’s Cave sont d’immenses miroirs aux réfections passives. De l’ambiant pur sur de fines oscillations soufflant une nébulosité poétique qui parvient à atteindre l’auditeur. Pour amateur d’ambiant sombre, sensible et expérimental, Illumination est offert avec un livret explicatif où l’on peut les images ayant inspirés l’œuvre de Robert Rich.

note       Publiée le samedi 13 octobre 2007

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Illumination" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Illumination".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Illumination".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Illumination".

Reflection Envoyez un message privé àReflection

Je voudrais savoir si Robert Rich a fait des albums dans un style plustot Cathartique (se rapprochant de Lustmord), assez dense et prenant. Je suis moins intéressé par le coté ethnique de la musique de robert rich. Dans ce sens j'ai écouté quelques extraits de Below zero et ça avait l'air pas mal du tout (Atlas dei aussi). Si vous avez des suggestions je suis preneur.

Phaedream Envoyez un message privé àPhaedream
avatar
Absolument Marco. Le DVD est dans mon bac et sera sous chronique d'ici 1 à 2 jours. Musicalement brillant. Dans la même lignée qu' Electric Ladder, quoique c'est un genre de compil... @+
Marco Envoyez un message privé àMarco
avatar
on en parle aps assez parce que je peux pas être partout tout simplement ! Et Robert Rich est un grand de la musique ambient moderne, mal considéré parce que mal connu surtout. Un bon album, plus sombre qu'à l'accoutumée, mais bien moins bon que "Atlas Dei" sorti presque simultanément"