Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLuasa Raelon › Consumed Within The Years Of Lead

Luasa Raelon › Consumed Within The Years Of Lead

5 titres - 45:27 min

  • 1/ Years Of Lead (10:57)
  • 2/ Forging New Alloys (4:36)
  • 3/ The Eye Of Silence (10:32)
  • 4/ Harvest Time (8:20)
  • 5/ Binary Solutions (9:02)

line up

David Reed

remarques

CD dans une pochette cartonnée

chronique

Le son de David Reed a un feeling très ‘urbain’, si tant est que l’on aime à se perdre dans les bas-fonds de Tokyo ou les sinistres banlieues industrielles qui entourent n’importe quelle mégalopole. Avec un son assez caractéristique de ce qui se fait le plus dans l’ambient industrielle actuelle (Wilt, Hive Mind, Wraiths…) Luasa Raelon tire son épingle par une volonté de ne jamais ennuyer (grâce à de nombreuses évolutions, dans les structures et les ‘rouages’), quelques mélodies sous-jacentes, un attachement certain à varier ses ambiances (alarmes dans ‘Forging New Alloys’), avec quelques fautes de goût (les bip-bip rétros au début de ‘The Eye Of Silence’). Il n’empêche, la courte durée et l’immersion directe, presque cinématographique, en fait un projet suffisamment solide pour ne pas avoir à s’accompagner de lecture ou d’occupation diverses.

note       Publiée le samedi 13 octobre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Consumed Within The Years Of Lead".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Consumed Within The Years Of Lead".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Consumed Within The Years Of Lead".

Wotzenknecht › samedi 13 octobre 2007 - 16:15  message privé !
avatar
Luasa Raelon a la gentillesse (c'est lui derrière le label Snip-Snip) de sortir ses disques à petit prix (8 USD) mais si argent tu dois dépenser, sous tu dois garder pour "The Poison city"
Note donnée au disque :       
Solvant › samedi 13 octobre 2007 - 16:08  message privé !
Wotz' tu as décidé de me ruiner... Tu ne le revendrais pas par hasard à un pauvre admirateur sans-le-sou ?