Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSicnoise › No Longer Human

Sicnoise › No Longer Human

11 titres - 54:29 min

  • 1 Something for the Nymphs 7:07
  • 2 Habakuk 3:30
  • 3 Solution Antiphonique 5:45
  • 4 Secret Moments 5:09
  • 5 Disorder 5:49
  • 6 Extrasensorial Junkies 5:05
  • 7 Zanahorias 4:33
  • 8 Parasite Murder 4:28
  • 9 Lady Without Eyes 4:37
  • 10 Philtre 4:04
  • 11 The Mystic Meisel Tribute 4:18

enregistrement

Paru sur la 1ière fois sur 2002 - Cut up factory, No Longer Human est repris en CD-R Édition limitée en 2007

line up

Botchan Karisen et Walter Norman : Programmation et échantillonnage

remarques

chronique

Une intro sournoise, à la Philip Glass envahit l’écoute. Le mouvement est valsant et bifurque sur une flûte qui se métamorphose en violon fou, croisant des pas métalliques qui se dirigent vers une cacophonie avancée. Des percussions se fondent sur ce lent tourbillon, créant un tumulte mesuré qui vrille entre le non rythme et les impulsions tempérées par une ambiance sclérosée.
La musique de Sicnoise est le paradoxe parfait entre l’atonie et l’énergie syncrétique. Chaque titre offre une pesanteur vautrée dans une ouate métallique qui régurgite ses hoquets d’une tribalité underground (Philtre, Extrasensorial Junkies). Autant à l’aise sur du ‘’groovy lounge’’ mélancolique (Habakuk, Secret Moments) que du minimalisme décapant (Solution Antiphonique, Zanahorias), le duo est capable d’éroder des contours jazzé (Disorder, Parasite Murder) avec une hardiesse surprenante.
De fait, l’originalité du duo découle de la souplesse structurale de ses compositions. L’approche minimalisme aidant, Walter Norman et Botchan Karisen ne dérougissent pas en offrant une diversité sonore qui survit à des mouvements industriels pondérés. Le duo touche à tout, sans rien approfondir. Donc, pas de place à l’ennui, ni à la morosité séquentielle et pas de place à des rythmes défroqués qui entraînent à la surexcitation. Du minimalisme contemporain, sur fond industriel aux relents techno feutrés; telle est la meilleure façon de décrire ce premier pas de Sicnoise sur No Longer Human.
Paru originalement en 2002 sous l’étiquette Cut Up Factory, No Longer Human revient dans les bacs sur l’étiquette aB.1oo en édition limitée. Ça serait dommage de le manquer encore une fois.

note       Publiée le samedi 13 octobre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "No Longer Human".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "No Longer Human".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "No Longer Human".

julayss › jeudi 18 octobre 2007 - 19:03  message privé !
"Chaque titre offre une pesanteur vautrée dans une ouate métallique qui régurgite ses hoquets d’une tribalité underground"... Phaedream est génial...