Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRobert Rich › Echo of Small Things

Robert Rich › Echo of Small Things

9 titres - 61:14 min

  • Pathways| 9:36
  • Fences| 4:57
  • Circle Unwound| 9:00
  • Passing Terrain| 6:09
  • Glint in her Eyes| 6:25
  • Scent of Night Jasmine| 9:09
  • Summer Thunder| 4:27
  • Hollow Rings Longer| 5:19
  • Weightless Morning| 6:12

line up

Robert Rich : MOTM modular synthesizer, TimewArp2600 et électroniques

remarques

Pour en savoir plus sur la musique de Robert Rich, visitez son site web; http://www.robertrich.com/rrframeset.html

chronique

Ordinairement je fuis la musique ambiante. Je la trouve ennuyante. Je la sens facile à faire et totalement dénuée d’intérêt, arrivant jamais à atteindre sur moi son but premier; soit m’amener à la réflexion. Robert Rich fait parti de cette crème d’artistes qui n’ont pas de crainte à évoluer de cette sphère d’immobilisme. Et la raison en est fort simple; il convertit à la perfection les émotions qu’il ressent, captivant l’auditeur dans son monde soporifique où le vide est plein de sens. Son 8ième opus de la série Soundscape offre une collection de réflexions à partir d’images du photographe David Agasi. Et, exactement comme le son pourrait provenir d’une image, Rich rend une ambiance aride et surréalisme où l’ambiant circule à bout de souffle. Dès les premières ombres de Pathways, les sinuosités musicales accaparent une attention déjà fixée sur les effets de ‘’soundscapes’’. La musique évolue à travers les souffles de ses éléments pour se mouler sur un corps astral musical en évolution. Le mouvement est lent, limpide et constant. Il transpose des émotions que l’on broie lorsque nous errons sur un chemin que nous ignorons, mais qui nous charme tout autant. Les brises de claviers qui cogitent ici et là donnent un aspect surréel, un peu comme si nous serions figés dans le temps. Et doucement Pathways se fond dans les méandres immobiles de Fences où les cylindres synthétisés se dressent comme des poteaux de clôtures, tranchant du rêve à la réalité. Le synthésiste américain déploie un trésor d’imagination créative en juxtaposant sa musique sur les photos qui ont inspirées son dernier opus. Sur Circle Unwound, la richesse sonore est telle que l’on se sent soulevé dans une lente spirale qui déroule une symphonie lourde aux notes hésitantes mais combien persistantes. Évidement on n’écoute pas Echo of Small Things avec la conviction que l’on va se faire brasser. C’est plutôt un rendez-vous doux avec des émotions qui se transigent sur un immobilisme musical poétique. Si Passing Terrain coule comme une onde cérébrale inactive, elle rend une émotion tangible. Tout comme les très calmes Glint In Her Eyes et Summer Thunder qui répondent à la vision sculptural de Robert Rich. Un peu comme Pathways, Scent Of Night Jasmine est d’une étonnante justesse et sensibilité. La structure sonore est d’une richesse qui envahit nos sens, démontrant l’immense conception de Robert Rich à reproduire les émotions qui le transcende. Sur de discrets gongs tibétains, dont les réverbérations percent le silence orchestré, Hollow Rings Longer et Weightless Morning terminent cette épopée photographique en musique sur une douceur abyssale où le vide est en suspension dans l’attente de se structurer. Quoique difficile à cernée pour un fan de MÉ sequencée, la musique de Robert Rich fait son effet. C’est de l’ambiant sombre et poétique qui vient nous chercher et qui nous ramène à la douce réalité d’un quotidien qui ne tolère de rêves que lorsque nous sommes à sa quête.

note       Publiée le lundi 1 octobre 2007

partagez 'Echo of Small Things' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Echo of Small Things"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Echo of Small Things".

ajoutez une note sur : "Echo of Small Things"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Echo of Small Things".

ajoutez un commentaire sur : "Echo of Small Things"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Echo of Small Things".

Ada › mercredi 5 décembre 2007 - 09:00  message privé !
Pour les noobs de l'ambient qui pensent que R.Rich fait de la musique cucul, se référer a "A Troubled Resting Place" ou encore "Below Zero" (sur l'ancien label de Lustmord) sont des CD très sombres et "adultes" dont la production énorme (son fluide, ambient musical, détails de partout) enterre six pieds sous terre les disques amateurs de l'ecurie Cyclic Law et consort
Note donnée au disque :       
Phaedream › mardi 2 octobre 2007 - 14:03  message privé !
avatar
Je comprends et accepte fort bien les ambiguïtés relatives à la définition des genres. Faudrait pas oublier que je suis un puriste de MÉ qui suit le modèle depuis des lunes. Donc, pour moi et les semblables qui aiment la MÉ; la musique ambiante signifie une musique douce et dérivante qui peut, comme ne peut, suivre une légère courbe ascendante, sans jamais dévier de son axe atonique. On peut aussi titrer cette musique de planante, spacey (cosmique avec effets spatiaux sobres) ou invisible, comme disait l’ex!. Il y a aussi le modèle minimalisme où les pulsations sont légères et répétitives. Sauf que ce genre musical fut développé plus tard avec Plastikman, Autechre et autres. C’est ce qu’on appelle de l’ambiant moderne; à cause de son subtil jeu des rythmes. Il existe aussi la musique atmosphérique, telle que définie par Steve Roach, Robert Rich ou encore les premiers TD, où les mellotrons étaient rois. Et bien d’autres. Tout ça pour dire que le lexique utilisé lors des chroniques que j’écris n’est pas mien. Mais bel et bien celui d’une presse spécialisée qui aime définir les genres. Si une âme charitable peut trouver une traduction sensée de ‘’soundscapes’’, ça serait apprécier. En ce qui à trait aux tournures de phrases…. Là j’avoue être à court de mots? Qu’est-ce qu’elles ont? :) (LOL) En espértant avoir apporté un peu de lumière. Mais encore, faut-il la voir...Phae
Nokturnus › lundi 1 octobre 2007 - 21:57  message privé !
avatar
C'est vrai que là... Beaucoup d'animosité pour pas grand chose...
dariev stands › lundi 1 octobre 2007 - 21:55  message privé !
avatar
Je ne suis pas forcément d'accord avec la "traduction" du mot ambient par Phaedraem, ainsi qu'avec bon nombre de ses tournures de phrases. Cependant, loin de moi l'idée d'aller critiquer ses chroniques pour si peu ! Donc Hallu, si tes yeux sont incommodés par cela, et que ça suffit à rendre le chroniqueur ridicule à tes yeux, envisage, comme le dit l'interessé, d'arrêter de lire ses chroniques... voir le site tout entier, qui sait, peut etre qu'un "a" à la place d'un "e" décrédibilise également tout Guts à tes yeux.
Hallu › lundi 1 octobre 2007 - 20:03  message privé !
"Ambient me semble Anglais, alors qu'ambiant me semble Français." Wow t'as eu ton bac avec mention on dirait. Et manifestement t'as rien compris à mon message. t'es pas foutu de traduire "soundscapes" mais tu traduis "ambient music" en "musique ambiante"... Belle ineptie.