Vous êtes ici › Les groupes / artistesIImindain › And the living shall envy the dead

Imindain › And the living shall envy the dead

6 titres - 50:02 min

  • 1/ The Buried Room
  • 2/ Nausea
  • 3/ Black Water
  • 4/ The Curse of Knowing and Becoming
  • 5/ Men Shall Be Vessels
  • 6/ This Empty Flesh

line up

Lee Bullock (Chant), Dan Lowndes (Guitares, Chant), Kris Clayton (Basse), JM Chicken Cox (Guitares), Stacy Booth (Batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
dark metal
doom metal
Styles personnels
dark doom metal

Honnêtement, je n’attendais pas grand-chose de ce premier album d’Imindain, les 2 démos m’ayant laissé un sentiment plutôt mitigé que leur prestation très moyenne sur la scène du Doom over the world n’avait fait que renforcer. Paru sur le label japonais Weird truth, …And the living shall envy the dead nous montre néanmoins le groupe sous un meilleur jour, quand bien même les anglais ont choisi de porsuivre sur la voie amorcée avec la dernière démo en date, Monolithium, dont on retrouve d’ailleurs ici les 3 titres. Œuvrant donc à la croisée de la O.W.O.B.D.D.M (Old Wave Of British Dark Doom Metal, hé hé) et du Funeral Doom, Imindain parvient à instaurer cette ambiance mélancolique que l’on retrouve chez (en mieux) Mourning beloveth ou Morgion, avec lesquels ils parviennent presque à faire jeu égal sur les parties les plus typées Doom Death, notamment grâce aux parties guitares qui, à défaut d’être originales, exploitent parfaitement la dualité entre rythmique grasse et lead en son clair. Du classique donc, servi par une excellente production, et dont la seule petite touche d’originalité est apportée par des parties de chant hurlé (façon Bethlehem époque SUIZID) qui varient un peu de la traditionnelle alternance growls / chant clair, même si le chanteur ne semble pas aussi à l’aise dans ce registre « hystérique », ses cris se révélant même assez pénibles, alors que d’autres groupes les utilisent de façon manière efficace (Ataraxie, Wormphlegm). Passé ce défaut, je me dois de reconnaître que contrairement à ce que je craignais, ce disque s’écoute très bien, les 3 nouveaux morceaux étant de bonne facture, et que ce premier album permet à Imindain d'exposer au « grand public » des morceaux qui tiennent plutôt bien la route. On peut espérer que le groupe saura gommer les quelques défauts restants pour nous pondre un excellent second disque.

note       Publiée le jeudi 20 septembre 2007

Dans le même esprit, yog sothoth vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "And the living shall envy the dead" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "And the living shall envy the dead".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "And the living shall envy the dead".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "And the living shall envy the dead".

juj Envoyez un message privé àjuj
ça n'était vraiment pas très gentil, mais on lui pardonne car il a dit bonjour d'abord, comme un bon garçon
yog sothoth Envoyez un message privé àyog sothoth  yog sothoth est en ligne !
avatar
héhé, je voulais le caler dans la chro, ce moment de misanthropie scénique mémorable...
juj Envoyez un message privé àjuj
ils sont pas là pour te harponner, "we're here to hate youuuuuuuuuuuuugraougraouuuuu"
toxine Envoyez un message privé àtoxine
Hop, inauguration. Juste pour dire que, décidément, j'accroche pas. J'espérais que l'album saurait me harponner mais force est de constater que ce n'est pas le cas...