Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesQQntal › Qntal I

Qntal › Qntal I

cd • 12 titres

  • 1Un vers de dreyt nien
  • 2Ad Mortem festinamus
  • 3Anc non lo vi
  • 4Por mau tens
  • 5Floris e Blanchaflor
  • 6Unter der Linden
  • 7Rossinhol
  • 8Non sofre Santa Maria
  • 9Doussa Res
  • 10Jherusalem
  • 11Sanctus
  • 12Black death

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Sigrid Hausen (chant), Ernst Horn (claviers, production), Michael Popp (guitare, oud, fiedel, schalmei)

remarques

chronique

Styles
electro
gothique
heavenly
Styles personnels
electro-médiéval

Qntal est un projet révolutionnaire, c'est dit. Ok, aujourd'hui, le style ne surprend plus personne mais à la sortie de 'I', la démarche était totalement novatrice. Il y avait tout d'abord ce pari de mêler des chants médiévaux et des partitions anciennes avec de la musique éléctronique et non pas en collant des beats technoïdes derrière les parties vocales dans un style à la Enigma; l'idée était de s'inspirer des techniques et des structures de l'époque pour les réinterpréter avec des sonorités contemporaines. Il faut dire qu'on trouve à la base du projet le génial Ernst Horn (Deine Lakaien) et l'instrumentiste Michael Popp (Estampie), ce dernier fin connaisseur des instrumentations médiévales. Restait la voix qui sera trouvée en la personne de Sigrid Hausen, également connue sous le pseudonyme de Sirah pour diverses collaborations avec des artistes de la scène dark allemande; cette dernière, excellente vocaliste, apportera la touche autentique dans la démarche. Ce n'est pas tout, le défi Qntal n'est pas juste de faire de la musique médiévalo-éléctronique mais d'établir un lien spirituel, voir historique entre le Moyen-Age et nos jours. C'est ainsi que 'Jherusalem', complainte d'une épouse inquiète quant au sort de son aimé parti aux Croisades, contient un sample d'interview d'une épouse d'un soldat engagé dans la Guerre du Golfe; 'Black death' peut être vue comme une analogie entre la peste et le SIDA...La formule marche à la perfection, que ce soit dans le hit 'Ad Mortem festinamus' mêlant grincements et percussions médiévales, 'Non sofre Santa Maria' plus traditionnel dans ses arrangements, 'Sanctus' proche de la démarche méditative des chants grégoriens... Dans les sonorités les plus éléctroniques, on reconnait certes des échos de Deine Lakaien mais couplés avec des touches acoustiques parfois inattendues (les verres chantants de 'Unter der Linden'). Quant à Sigrid, c'est une chanteuse extraordinaire et force est de reconnaître que sans son timbre et la palette d'émotions qu'il dégage, le projet perdrait beaucoup de son intérêt. 'I' est un album mangifique, un véritable pont entre les âges qui nous montre que pas mal de nos préoccupations restent semblables quelles que soient les époques.

note       Publiée le mardi 18 septembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Qntal I".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Qntal I".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Qntal I".

empreznor › mardi 18 septembre 2007 - 20:09  message privé !
le 3 est bon meme si un peu long et plus heavenly; ici, on alterne electro goth avec parties planantes. J'aime le 4 aussi pour sa variété et sa naiveté: ambiance mediavale, classique, baroque,...
Note donnée au disque :       
taliesin › mardi 18 septembre 2007 - 19:27  message privé !
Je crois que Qntal n'arrivera jamais à égaler ce premier opus...
Note donnée au disque :       
jangles › mardi 18 septembre 2007 - 19:06  message privé !
j'adore ce groupe, mais comme dit empreznor, certains morceaux sont un peu longs sur cet opus, par contre je conseille l'album n°3 (qntal III) qui pour moi est leur meilleur
empreznor › mardi 18 septembre 2007 - 18:14  message privé !
là Twilight, j'ai envie de t'embrasser, car tu touches à ma sphère sacrée: C'est the Cure et Qntal qui m'ont introduit à toutes les musiques gutsiennes. Je mets un 5, car certains morceaux sont barbants.
Note donnée au disque :