Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBola › Gnayse

Bola › Gnayse

  • 2004 • Skam SKALD015 • 1 CD digipack

cd • 10 titres • 59:23 min

  • 1Eluus9:42
  • 2Sirasancerre5:25
  • 3Heirairerr2:25
  • 4Effanajor8:21
  • 5Opanopono2:30
  • 6Pfane Pt. 13:48
  • 7Pfane Pt. 23:47
  • 8Vhieneray5:42
  • 9Papnwea7:24
  • 10Effaninor11:45

line up

Darrell Fitton

remarques

Superbe digipack avec le titre en braille, trois volets ouvrant sur les réalisations 3D de Michael England

chronique

Styles
ambient
electro
electronica
Styles personnels
electronica mélancolique

A quoi pensent les ordinateurs et les machines lorsqu’ils ne sont plus utilisés et martyrisés par les humains ? Que ressentent les circuits imprimés des millions d’appareils électroniques esclaves d’utilisations abusives, de chocs, de travail intensif, lorsqu’ils sont en rechargement pour une prochaine utilisation ? Rien, évidemment, mais qu’ils pouvait ressentir quoi que ce soit, quelle émotion transparaîtrait ? La tristesse. Les larmes digitales fuseraient, les courts-circuits deviendraient torrent de désespoir. Et quand la nuit recouvre les innombrables machines laissées en veille dans les bureaux, on entendrait alors quelque chose de semblable à ce ‘Gnayse’ : un long sanglot précis comme une incision au laser, pur comme une image vectorielle, et poignant comme une messe des morts. Le génie de Bola a su, au fil des albums, travailler une alchimie de nappes, de rythmiques très complexes, empruntant à Autechre, Speedy J, Link et j’en passe pour en tirer le plus beau de l’electronica et finalement donner naissance à ce pur joyau, véritable carte blanche pour la libération des douleurs les plus lourdes de toutes les créations de l’homme. Celles-ci sont livrées à elles-mêmes, tel cet étrange fœtus qui orne la pochette, seul et abandonné, semblant déjà porter sur lui tous le poids du péché d’un rêve. Bola leur rend hommage, leur offre les plus beaux instruments virtuels, synthétiseurs, violons (Eluus), piano (le magnifique duo Pfane PT1/PT2), fait battre leur cœur sur de discrètes rythmiques, les accompagne jusqu’à leur extinction, écoute leurs derniers tressaillements et les laisse s’éteindre, dans ce qui aurait pu leur donner une illusion de vie. Beau à en pleurer.

note       Publiée le mercredi 12 septembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Gnayse".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gnayse".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gnayse".

saïmone › vendredi 21 juillet 2017 - 15:47  message privé !
avatar

C'est marrant, ma fille adore - je fonce sur DEG, en espérant ne pas l'être (on n'est plus à un jeu de mot pourri sur ce fil, non ?)

Wotzenknecht › vendredi 21 juillet 2017 - 12:33  message privé !
avatar

Ouais, laisse béton comme il est trop bon D.E.G, surtout après Kroungine que j'ai jamais pu apprivoiser. Apparemment il a fait un break pour s'occuper de sa famille (tombé sur un ITW par hasard), donc à moins qu'il n'en fasse une autre dans la foulée il y a des chances que ca prenne moins de temps pour le suivant.

Raudus › vendredi 16 juin 2017 - 09:47  message privé !
avatar

Le Bola 2017 est une merveille. Espérons ne plus avoir à attendre dix ans un nouvel opus.

Note donnée au disque :       
PierreJoseff › lundi 19 octobre 2015 - 08:46  message privé !

Le synthé de la variation sur Eluus est complètement hors sujet, petite ombre sur le tableau.

Note donnée au disque :       
Amarok › jeudi 6 novembre 2014 - 14:32  message privé !

Je suis fan !!!

du vrai travail d'orfèvre... son meilleur album à mes oreilles assurément

Note donnée au disque :