Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMeshuggah › Destroy erase improve

Meshuggah › Destroy erase improve

10 titres

  • 1/ Future Breed Machine
  • 2/ Beneath
  • 3/ Soul Burn
  • 4/ Transfixion
  • 5/ Vanished
  • 6/ Acrid Placidity
  • 7/ Inside What's Within Behind
  • 8/ Terminal Illusions
  • 9/ Suffer in Truth
  • 10/ Sublevels

line up

Jens Kidman (Lead vocals) - Tomas Haake (Drums & voice) - Peter Nordin (Bass) - Fredrik Thordendal (Rhythm Guitar, Solo Guitar & Synthesizers) - Mårten Hagström (Rhythm Guitar)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
indus
Styles personnels
power thrash

Un an après, Meshuggah en remet une couche, et avec cela se permet de sortir l'un des plus grands albums série metallique de tous les temps ! La recette est simple : plus syncopé, plus bourrin. Rien à dire, Jens Kidman possède vraiment ce teint de voix qui arrache le papier peint de vos murs, ce ne sont pas des cordes vocales, ce sont des véritables lames de rasoir qui ornent son gosier. Et tout ça parait si simple, la coordination des guitares est monstrueuse, les compos sont monstrueuses, c'est quasi totalement rythmique, seuls les maigres soli de Fredrik Thordendal apportent un peu de mélodie à ce déchaînement de fracas ferreux, et encore, cette vague mélodie, Meshuggah n'en a même pas besoin. Ben tiens vous connaissiez un groupe capable de reproduire l'univers d'une souris avec des guitares ? C'est désormais chose faite, écoutez donc l'outro de "Beneath", c'est hallucinant ! Il m'est bien entendu impossible de parler de ce disque sans évoquer "Terminal illusions", LA compo Meshuggah, une démonstration incontestable du talent de synchronisation des musiciens, c'est simple, tout est un, les deux guitares, la basse, la batterie, et même la voix, tout se coordonne pour renverser vos enceintes par la répétition incessante d'un beat multi-instrumental, puis ensuite s'en dégager et mener la compo au cours d'un dur labeur vers un break atmosphérique entraînant, dont Meshuggah tiennent le secret.

note       Publiée le samedi 23 février 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Ntnmrn
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Destroy erase improve" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Destroy erase improve".

notes

Note moyenne        33 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Destroy erase improve".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Destroy erase improve".

Ntnmrn › mercredi 1 décembre 2021 - 21:26 Envoyez un message privé àNtnmrn
avatar

Je ne me souvenais pas qu'il était aussi bon ce Meshuggah avant la grande époque "Nothing-obZen" ! Un gros son ferrailleux, très agressif ; des riffs encore thrash avec un sautillant qu'ils perdront ensuite ; les sublimes envolées holdsworthiennes de Thordendal ; les doublages vocaux type punk/hardcore ; les lives bruts de décoffrage avec Kidman qui agite sa queue de cheval... Pas de doute, Meshuggah est déjà Meshuggah à ce moment-là. C'est beaucoup mieux, hélas, que la période post-obZen.

Note donnée au disque :       
enslaver_666 › lundi 26 mars 2018 - 00:04 Envoyez un message privé àenslaver_666

Il aura fallu 4 ans d'attente pour entendre le second album de Meshuggah. Des choses positives s'étaient produites depuis la parution de "Contradiction Collapse". D'abord, Kidman qui laisse sa place de 2e guitariste pour se concentrer sur le vocal. Arrivait donc Mårten Hagström, qui a contribué avec Thordendal à définir l'identité sonore du groupe. On a là les débuts de l'un des meilleurs duos de guitaristes de la scène métal actuellement. L'album sonne comme une transition du métal power/thrash du premier effort vers le métal mécanique des albums qui suivront. La musique s'alourdie, la voix de Kidman a gagné en caractère, les riffs mitraillette font tranquillement leur apparition ici et là, puis ces les leads étranges, etc. On sent la place centrale que l'on veut laisser au rythme. Y'a quelques similitudes avec Fear Factory ici je trouve. Le jeu de Haake se complexifie (et qui continuera encore !). Le travaille de composition est nettement plus focusé que sur le premier album et oui, on entend bien que la chimie du groupe est au poil. Meshuggah s'améliore mais ce n'est pas encore tout à fait au point.

Note donnée au disque :       
vargounet › jeudi 15 décembre 2011 - 10:13 Envoyez un message privé àvargounet

J'avoue avoir détesté ce que j'avais entendu de ce groupe, notamment Nothing mais cet album est plutôt pas mal. Par contre toujours autant de mal avec leurs parties saccadées/ hachées moulinées, j'ai jamais compris le génie fans le fond ni capté le groove, mais bon comme avec Neurosis je vais m'accrocher un peu.

saïmone › samedi 10 décembre 2011 - 11:33 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Pourquoi le vouloir ?

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › samedi 10 décembre 2011 - 09:32 Envoyez un message privé àNevrOp4th

Une boule de plus! Une des pierres angulaire de ma cdthèque, j'arrive pas à m'en détacher, tellement ultime.

Note donnée au disque :