Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTaxi Girl › Seppuku

Taxi Girl › Seppuku

cd • 16 titres

  • 1Les armées de la nuit
  • 2Viviane Vog
  • 3La femme écarlate
  • 4N'importe quel soir
  • 5Avenue du crime
  • 6Musée Tong
  • 7John Doe
  • 8Les Damnés (chant des enfants morts)
  • 9Treizième section
  • 10Les armées de la nuit (instrumental)
  • 11The armies of the night
  • 12On any evening
  • 13Viviane Vog
  • 14Scarlet woman
  • 15Avenue of crime
  • 16Tong Museum

enregistrement

Aquarium Studios, Paris, France, Air Studios, Londres, Angleterre. Produit par Jean-Jacques Burnel

line up

Mirwais Ahmadzaï (aka Mirwais Stass (guitare)), Daniel Darc (chant), Laurent Sinclair (clavier, synthé), Stéphane Erard (basse), Pierre Wolfsohn (batterie)

remarques

chronique

Styles
cold wave
new wave
pop
Styles personnels
cold pop malsaine

Pour moi, Taxi Girl ce sont un peu les Stranglers français (ce n'est pas un hasard si ce second album est produit par Jean-Jacques Burnel et que Jet Black y joue quelques percussions), un groupe qui n'a l'air de rien et qui renferme pourtant beaucoup plus de soufre et d'auto-destruction que bien des formations punk. La critique les a souvent sous-estimés en raison de l'aspect pop de leur mélodies et leurs sons synthétiques les a vus estampillés formation new wave et c'est tout. Tout commence pourtant avec le titre et la pochette de l'album, 'Seppuku' soit le suicide rituel au Japon, viennent ensuite 'Vivianne Vog' qui se tranche les veines, le 'Musée Tong' et 'La Femme écarlate' baignés de l'ambiance des films d'horreur série B, 'Treizième section' et sa narration de meurtres sordides...Là est le talent unique de Taxi Girl, beaucoup de noirceur et une atmosphère malsaine faussement dissimulées sous des mélodies en apparence innocentes mais fortement marquées d'influences cold wave. Il faut dire que le groupe s'est trouvé le parfait chanteur en la personne de Daniel Darc, personnage auto-destructeur, sorte de Iggy Pop qui n'hésitera pas à se mutiler sur scène, plongera dans la drogue, ses bras de plus en plus couverts de tatouages...A noter également un remarquable travail du clavier dont les mélodies froides mais irréprochables (son jeu n'est pas sans évoquer celui des Stranglers) sont un atout majeur des premiers albums. Pourquoi avoir choisi celui-ci en premier ? Simplement car j'ai découvert Taxi Girl par lui, nostalgie quand tu nous tiens...

note       Publiée le mardi 11 septembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Seppuku".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Seppuku".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Seppuku".

Hazincourt › jeudi 6 octobre 2016 - 11:43  message privé !

Je lui préfère le mlp "Cherchez Le Garçon", mais je dois dire que cela reste du bon Taxi Girl, celui ci est peut être plus "new wave" le premier avait un coté plus brut, plus urgent.

Note donnée au disque :       
mangetout › jeudi 6 octobre 2016 - 11:37  message privé !

J'ai lu quelque part que le groupe était déçu du travail final de production, voulant quelque chose de plus dur, à mon avis ils aurait du aller voir du coté de Martin Hannett ou Conrad Plank pour un résultat autre. Après la prod' n'enlève rien à la qualité des compositions, à l'écriture et à l'ambiance sombre de l'ensemble, ça rajoute un coté chaud/froid intéressant. Album mythique par chez moi, dont j'ai beaucoup de mal à en dire quelque chose sans pathos.

Klarinetthor › mercredi 5 octobre 2016 - 23:37  message privé !

Premieres ecoutes, ca parait d'abord un peu cheapos - comparés aux grands freres de Guildford; mais ensuite on se laisse emporter par le talent melodique. Le son reste quand meme tres tres typé (surtout l'effet sur la voix de Darc).

Note donnée au disque :       
cyprine › jeudi 12 juin 2008 - 16:11  message privé !
Mirwais ! J'aurais jamais cru que le "nègre" de Madonna soit un des membres de Taxi Girl.
MightyJayM › mercredi 12 septembre 2007 - 22:41  message privé !
Clairement le sommet de leur carrière. Bien entendu, le public n'y était pas préparé du tout, et ça a été un flop retentissant... je ne comprendrai jamais comment on a pu, en France, abandonner si rapidement Taxi Girl pour encenser ces brêles d'Indochine... pour l'anecdote, Fred Chichin, futur guitariste des Rita Mitsouko, a signé sur ce disque la composition "Avenue du crime" et a tenu une deuxième guitare sur quelques titres, ce qui représente sa première apparition discographique (fort discrète au demeurant).
Note donnée au disque :