Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEarth › Extra-capsular extraction

Earth › Extra-capsular extraction

  • 1991 • Sub Pop SPCD 123 • 1 CD

cd • 3 titres

  • 1A Bureaucratic Desire For Revenge Part 17:22
  • 2A Bureaucratic Desire For Revenge Part 26:38
  • 3Ouroboros Is Broken18:19

enregistrement

Ingé-son : Michael Lastra - Produit par Earth

line up

Dylan Carlson (guitare, vocaux), Kurt Cobain (voix), Dave Harwell (basse), Joe Preston (basse, percussion), Kelly Canary (voix)

remarques

l’artwork - réalisé par John Hicks - provient du "Postgraduate Seminars: Eye Surgery - Concepts and Problems"

chronique

Styles
metal
drone
noise
ovni inclassable
Styles personnels
drone doom

Dylan Carlson, guitariste et membre principal du groupe Earth, est un type assez étrange. Déjà, alors que quasiment toute Seattle se fait signer sur une major dans les années 90 grâce à Nirvana, lui et son groupe restent en berne. Pourquoi ? Lui qui porte le titre lourd à porter de « meilleur pote de Kurt Cobain ». Eh bien c’est simple : Earth n’est pas un groupe vendable. Il fait partie de ces défricheurs oubliés qu’on copie, puis qu’on réhabilite une fois la guerre terminée. Car Earth a inventé un style : le Drone (ou Drone/Doom pour éviter toute confusion). Courageusement repris par Boris en 1998 sur « Absolutego », puis décliné à l’envi par Sunn0))), le tout sans que Earth ne rencontre jamais le quart du succès des formations précitées. Pourtant, il les écrase. Le diptyque infernal « A Bureaucratic Desire For Revenge » a ceci de génial qu’il ouvre sur un gigantesque panorama dévoilant une armada de nains forgerons qui cognent en rythme sur leurs enclumes en une transe rituelle tandis que les guitares déploient leurs interminables ailes de plomb, élargissant la voûte du ciel qui n’en finit pas de flamboyer durant deux fois 7 minutes. Et le voyageur hébété, sans doute attiré en ces lieux ancestraux par la présence déjà sépulcrale d’un Kurt Cobain très fraîchement starifié, ne peut que contempler, du haut de la colline qui surplombe la scène, cet immense cérémonial primitif, engoncé entre des gerbes de magma en fusion et des fumerolles toxiques. Au milieu de la seconde partie la cérémonie prend tout son sens tandis que les nains se mettent à psalmodier, invoquant une sorte de créature ancestrale surgie de la terre, interrompant ainsi le martèlement . Lorsque le chant incantatoire se termine, ce martèlement reprend, comme pour clore la cérémonie, dont l’écho résonne en un long larsen. Le titre « Ouroboros is Broken » n’est pas anodin : il signifie bien l’abolition des règles temporelles… Une sorte d’apocalypse lente étalée sur plus de 18 minutes d’agonie sursaturée. Car Ouroboros, dans une majorité des mythologies de l’antiquité, n’est autre que le serpent qui avale sa propre queue, une des plus vieilles allégories du temps inventée par l’humain. Et c’est justement là que Carlson a voulu nous emmener en inventant le Drone : une faille temporelle. Sous nos yeux ébahis, la cérémonie, qui n’était en fait qu’une préparation, débouche sur l’ouverture d’une brèche terrifiante : le morceau stoner/doom archi-lent perd sa colonne vertébrale rythmique, comme un crocodile qui muerai en serpent en direct sur 18 minutes, mais en laissant non pas sa peau mais son squelette derrière lui… Ne reste que l’essence du riff saturé, qui revient indéfiniment. Le crocodile, devenu serpent, se mort la queue, et forme une boucle infinie. Une chose est sure : si Cobain, avec Nirvana, représentait le versant le plus pop des fiers « sabbathiques » de Seattle (le grunge, tout ça…), en apparaissant sur le premier disque de son poto, il fait un sacré grand écart puisque voici là l’autre bout du prisme : le coté le plus expérimental et quintessenciel du riff sabbathien, et – allez osons – l’aboutissement vers lequel tendaient tous les groupes de Seattle sans oser se l’avouer.

note       Publiée le mercredi 5 septembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Extra-capsular extraction".

notes

Note moyenne        18 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Extra-capsular extraction".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Extra-capsular extraction".

Demonaz Vikernes › mercredi 24 janvier 2018 - 17:10  message privé !

Quelle tuerie quand même ! Le début est un poil poussif mais rapidement c'est l'extase. Indispensable.

Note donnée au disque :       
Rendez-Moi › jeudi 6 octobre 2011 - 01:29  message privé !

Ce truc sent le thé vert à 800km, et c'est cool.

Note donnée au disque :       
Fryer › lundi 28 juillet 2008 - 20:38  message privé !
Pour l'instant je le préfère a Earth² car plus court et surtout moins rébarbatif. Du tout bon :)
Note donnée au disque :       
dariev stands › samedi 29 décembre 2007 - 14:35  message privé !
avatar
Voilà ce qui arrive quand on appelle son chat O'Malley... pareil pour Sgt buck. c'est malin ça. Bientot, vos chats feront des crottes collector limitées à 500 exemplaires avec vinyle bleu transparent à 50 euros.
Wotzenknecht › samedi 29 décembre 2007 - 12:34  message privé !
avatar

Ca a niqué mon chat, on dirait qu'il s'est pris un shoot au moment ou le disque a commencé. Il semble en transe.

Note donnée au disque :