Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeep Purple › Machine head

Deep Purple › Machine head

cd | 7 titres

  • 1 Highway star [6:05]
  • 2 Maybe I'm a leo [4:51]
  • 3 Pictures of home [5:03]
  • 4 Never before [3:56]
  • 5 Smoke on the water [5:40]
  • 6 Lazy [7:19]
  • 7 Space trucking [4:31]

enregistrement

Enregistré par Martin Birch au Grand Hotel, Montreux, du 6 au 21 décembre 1971.

line up

Ritchie Blackmore (guitares), Ian Gillan (chant), Roger Glover (basse), Jon Lord (claviers), Ian Paice (batterie)

remarques

L'édition EMI de 1997 comporte les trois bonus tracks suivants : 8/ When a blind man cries (B-Side) (3:32), 9/ Maybe I'm a leo (Quadrophonic Mix) (4:58), 10/ Lazy (Quadrophonic Mix) (6:54), ainsi qu'un cd additionnel comportant un remix de l'intégralité de l'album plus "When a blind man cries".

chronique

Styles
rock
hard rock
Styles personnels
hard rock seventies

Avec "Machine Head", à nouveau enregistré par Martin Birch, Deep Purple sort son déjà sixième album studio et tout cela en moins de quatre ans ! Mais ceci est loin d'être un fait exceptionnel, c'est juste le bon rythme pour l'époque ! Et pour la première fois le quintette qui nous avait habitué à des albums plutôt inégaux délivre un disque homogène et équilibré sur la durée. Traduction : pour une fois ça tient la route du début à la fin ! Et tout démarre en trombe avec l'excellent "Highway star", morceau très enlevé et efficace qui deviendra sans forcer un grand classique des britanniques. Puis le groupe enchaine les morceaux d'anthologie tels l'énorme et trop méconnu "Pictures of home", l'excellent "Lazy" ou encore le surestimé mais toutefois légendaire (je crois que pour une fois le mot n'est pas trop fort) "Smoke on the water", écrit en quelques minutes seulement alors que le groupe était témoin d'un incendie sur les rives du lac de Genève, et dont le riff est connu de tous, y compris de la ménagère de moins de cinquante ans ! Le chant de Ian Gillian, clair mais viril, est juste impeccable, mais si l'album parvient à frapper les esprits aussi fort c'est surtout grâce à la paire Blackmore/Lord, déchainée et inspirée comme jamais, qui assène sans relâche des riffs et solis d'une redoutable efficacité. Avec "Machine head", Deep Purple poursuit sa route dans la voie tracée deux ans plus tôt avec "In rock" et peaufine un style hard rock au son puissant et carré. Avec le recul je pense que l'on tient là l'apogée de la carrière studio de Deep Purple.

note       Publiée le mardi 14 août 2007

partagez 'Machine head' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Machine head"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Machine head".

ajoutez une note sur : "Machine head"

Note moyenne :        35 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Machine head".

ajoutez un commentaire sur : "Machine head"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Machine head".

nicola › samedi 16 mars 2019 - 20:27  message privé !

C’est pareil que Smoking in the boys room de Mötley crüe, quoi.

Note donnée au disque :       
dariev stands › samedi 16 mars 2019 - 17:46  message privé !
avatar

Ah bon, un morceau aussi benêt, ça parle pas de fumer dans les toilettes pendant que la prof vous cherche dans les couloirs ? on m'aurait menti ? (j'adore ce disque et le précédent, au passage)

born to gulo › mercredi 13 mars 2019 - 18:33  message privé !

Ou pendant l'occupation nazit.

Raven › mercredi 13 mars 2019 - 16:09  message privé !
avatar

Ben c'est un incendit oui... un incendie pendant un audit.

fracture › mercredi 13 mars 2019 - 15:24  message privé !

Effectivement, les puristes diront que "lac de Genève" est surtout utilisé dans les pays germaniques et anglo-saxons.

Les progueux, quant à eux, écarquilleront les yeux sur l'incendiT. (hihi)

==========> je sors