Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPest Sound › 76 kilos laughing

Pest Sound › 76 kilos laughing

12 titres - 39:27 min

  • 01/ Prizefighter
  • 02/ Tape Deck
  • 03 Tailspin
  • 04/ The Alsace Samurai
  • 05/ Afternoon Film
  • 06/ Sneaky Sips
  • 07/ Russian Roulette
  • 08/ A Gang With No Legs Or Wires
  • 9/ Spooned
  • 10/ Xxxxx
  • 11/ Misanthropic Wife
  • 12/ I Am The Golden Gun

enregistrement

Enregistré à Electrical Audio, Chicago, par Steve Albini - Masterisé par John Golden

line up

Sylvain Dorange (Claviers), Frédéric Guérin (Batterie), Franck Mahmoudian (basse), Neil Ovey (Guitare et Chant)

chronique

Styles
rock
indie rock
Styles personnels
rock « atmosphérique et asymétrique »

De nos jours, tout groupe qui se respecte se doit d’avoir fait une halte dans la cave de Steve Albini. C’est un minimum. Ainsi, si il y a encore peu c’était les BBC Sessions qui étaient le passage obligé pour tout groupe de rock, il semble qu’aujourd’hui ce soit d’enregistrer un disque produit par Albini. Etrange, alors qu’il semblait, dans les années 90, que le producteur ne travaillait qu’avec des groupes qui avaient la hargne, depuis quelques années, il semble louer ses service à qui les demande, tout simplement. Pest Sound, groupe inconnu au bataillon, n’échappe pas à la règle : Un compositeur de B.O. londonien, accompagné d’un groupe de petits frenchies strasbourgeois – dont un batteur qui ne fait pas de prisonnier - qui se retrouvent donc parachutés chez albini pour enregisteer 12 chansons d’un rock ma foi fort pêchu, qui je classerai volontiers entre At The Drive-In pour les fulgurances qui font plaisir et les Pixies pour les dissonances de bon aloi. Ce qui ne nous sort guère des sentiers battus, j’en conviens. Mais quand on voit que les références de base proposées par la bio sont le Velvet et Nick Cave, on se dit qu’on a encore échappé au pire. Plus bateau, tu meurs. Non, Pest Sound fait du rock américain avec un très léger accent français, qui peut sonner un brin radio-mical lors des accalmies, mais tout en se laissant écouter… Des titres comme « Tailspin », mélodiques et emprunts d’une mélancolie certaine, pourraient tout à fait se retrouver en rotation lourde sur les radios. Par contre, des morceaux tonitruants et carnassiers comme ce « Alsace Samuraï » ou « I am the golden gun » montrent sans ambiguité la voie à creuser pour Pest Sound : un rock noisy virulent, entre rythmique grunge et dissonances Pixisiennes, sans oublier la voix, qui, à trop vouloir jouer dans les deux registres à la fois, pêche déjà plus par son manque d’originalité. Mais ne crachons pas sur ces mélodies fort bien troussées et ce phrasé plutot bien amené. Surtout lorsque la production assure. C’est sur, le son albinien ne peut qu’aider un tel groupe à sonner comme un classique des années 90. Dieu que cet homme sait bien enregister les batteries !

note       Publiée le jeudi 9 août 2007

partagez '76 kilos laughing' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "76 kilos laughing"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "76 kilos laughing".

ajoutez une note sur : "76 kilos laughing"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "76 kilos laughing".

ajoutez un commentaire sur : "76 kilos laughing"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "76 kilos laughing".

dariev stands › lundi 10 septembre 2007 - 23:26  message privé !
avatar
bon , mea culpa, c'était plein de fautes de frappes . tout est corrigé maintenant.