Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNokturnal Mortum › NeChrist

Nokturnal Mortum › NeChrist

10 titres

  • 1/ The funeral Wind Born In Oriana
  • 2/ Night Before The Fight
  • 3/ (titre en cyrillique)
  • 4/ The call of the Aryan spirit
  • 5/ (titre en cyrillique)
  • 6/ Death Damnation
  • 7/ (titre en cyrillique)
  • 8/ Jesus's Blood
  • 9/ Nechrist
  • 10 (titre en cyrillique)

enregistrement

Recorded in Sring 6661 at the Beat studio by D. Bondarenko, Kharkiv, Oriana (Ukraine).

line up

Knjaz Varggoth (vocals, all guitars, domra, drymba), Xaarquath (bass), Munuthel (drums, percussion), Sataroth (keyboards), Saturious (keyboards, sopilkas, zitras)

remarques

Nokturnal Mortum est un groupe qui véhicule, et de plus en plus, une idéologie politique extremiste nazi. Ce site se veut purement musical et donc apolitique. Il est important de préciser que quoi que les chroniques puissent dire de positif sur le groupe et sa musique, elles ne veulent en rien cautionner les idées politiques prônées par le groupe, et son leader Varggoth en particulier.

chronique

Styles
black metal
metal extrême
Styles personnels
black metal folklorique symphonique

« NeChrist » est le mal. Purement et simplement. La névrose créatrice de Varggoth, leader et âme du groupe, est constituée de haine et « NeChrist » en est l’expression artistique. Du point de vue du message, d’abord, les choses sont claires : le groupe a refusé l’appel des majors et de la gloire que l’immense « To the gates of blasphemous fire » ne pouvaient qu’engendrer. Mais Varggoth n’en est plus du tout là. À l’instar d’un Count Grishnackh, Knjaz Varggoth ne veut qu’une chose : le mal ! Il veut l’exprimer entièrement et pour cela il reste sur son petit label. Il garde son studio dans son pays natal dont il tend le drapeau. Et pour bien démontrer qu’il n’en a rien à foutre du gros son et des sous, il base l’approche « NeChrist » sur un tout autre aspect. La pochette est limpide. Le CD comporte 88 plages (88=HH=Heil Hitler). Certains titres (« The call of the Aryan Spirit »…) plus qu’explicites, leur logo constitué de quatre mitraillettes dont les détentes forment une croix gammée est on ne peut plus clair. Le livret est sobrissime, mais il offre tout de même ce qui reste à mes yeux la plus intense déclaration de haine faite sous forme d’une photo-band d’un groupe de black metal… bien loin du cinoche Mardukien ! We declare Total War… voilà, voilà… Varggoth est maquillé mais il n’a pas de masque. Et la musique, maintenant ? Elle est exactement telle que Varggoth l’a voulue. En gardant son inclination pour le symphonisme et la nuit, et de plus en plus pour le folklore, Varggoth choisit encore la haine par la voix du « true black ». Karpath, l’autre guitariste, a disparu. Varggoth est seul aux cordes. Sa technique est sommaire et le son inconsistant, mais ça n’est pas le propos. La violence est dans sa voix, dans ses mots, dans son visage. Elle est partout dans cette musique. C’est un voyage terrible au fin fond des ténèbres et des forêts du mal, où le paganisme, et les veillées funestes, se jouent comme en Ukraine aux sons des Ziltras et des Sopilkas. L’ambiance de cet album est indicible. Varggoth exprime la haine, ni plus ni moins, et sous toutes les formes possibles… mais, et c’est là que peut se produire le miracle artistique, il l’exprime dans la passion, de sa musique d’une part, et de sa patrie ensuite. Après s’être assis sur le même trône qu’Emperor avec « The gates », voilà que Nokturnal Mortum relègue Satyricon au rang de précurseur, et s’approprie, à lui tout seul, le « Shadowthrone ». Attention toutefois, même s’il s’agit, encore une fois, d’une authentique œuvre d’art, elle n’exprime que la haine. Aucun groupe, à ma connaissance, ne peut rivaliser avec l’expression de haine atteinte ici par ce disque pris dans son ensemble. Certains peuvent estimer que tout ce qui touche à la haine doit être ignoré ou méprisé. C’est une opinion hautement respectable, et qui n’est pas la mienne. Pris en tant que tel, cet album est une expérience artistique exceptionnelle à vivre. Oui : « Nechrist » est le mal. C’est un album vénéneux, certes, mais c’est aussi, incontestablement, une œuvre d’art total !

note       Publiée le dimanche 17 février 2002

partagez 'NeChrist' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "NeChrist"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "NeChrist".

ajoutez une note sur : "NeChrist"

Note moyenne :        98 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "NeChrist".

ajoutez un commentaire sur : "NeChrist"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "NeChrist".

Rikkit › dimanche 10 septembre 2017 - 14:42  message privé !

Oui, la haine, pas le mal en revanche. Un amour inconditionnel et sans partage pour son pays. Bien rude cet album, mais tellement épique.

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › jeudi 26 avril 2012 - 21:58  message privé !

A force d'écoutes je m'y plais de plus en plus. Je cerne très distinctement la haine mentionnée dans la chronique. Mais au final c'est toujours les parties folk que je préfèrent, la direction prise par le groupe me va donc très bien ! 4,5/6

Note donnée au disque :       
Int › mercredi 29 février 2012 - 19:41  message privé !

Votre Metal-buzz m'a donné envie de jeter une oreille sur 2/3 morceaux, et étant ultra fan de Goat Horns que je tiens pour le plus grand disque de Black MMORPG kitsch & cheap de l'histoire (on peut discuter hein, c'est juste "mon" disque de Black metalol) je dois dire que je retrouve un plaisir similaire sur celui-là. ça sent bon la préhistoire, c'est primitif et bestial, complètement en deçà du "Mal", juste animal et caverneux, comme un dessin à Lascaux, le mystique "aube de l'humanité" en moins et le guerrier avec sa massue et sa femelle en plus. Foutrement drôle et jouissif, comme tous les Nokturnal Mortum.

E. Jumbo › mercredi 29 février 2012 - 17:25  message privé !

En tout cas, les paroles de "The Call of Aryan Spirit" me paraissent plus beauf/navrantes/bas de gamme que réellement dérangeantes, après je ne sais pas pour les morceaux en cyrillique.

Note donnée au disque :       
Kronh › mercredi 29 février 2012 - 15:49  message privé !

Ce disque a un fort pouvoir de répulsion/attraction, j'ai déjà vu certains critiques déverser une "haine absolue" à l'égard de Varggoth, en réponse à Nechrist. C'est une réaction étrange, je suis évidement plus que méfiant envers lui mais qu'une telle haine puisse apparaître suite à la seule écoute d'un album je trouve cela plutôt fort. En tout cas, strictement rien à voir avec BAN, le rapprochement est vraiment inopiné. Et ce disque reste une de mes plus grosses claques musicale, après... Trout Mask Replica de Beefheart.