Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSThe Stranglers › The Raven

The Stranglers › The Raven

cd | 15 titres

  • 1 Longships
  • 2 The raven
  • 3 Dead Loss Angeles
  • 4 Ice
  • 5 Baroque Bordello
  • 6 Nuclear Device
  • 7 Shah shah a go go
  • 8 Don't bring Harry
  • 9 Duchess
  • 10 Meninblack
  • 11 Genetix
  • bonus
  • 12 Bear cage
  • 13 Fools rush out
  • 14 N'emmène pas Harry
  • 15 Yellowcake UFO

line up

Hugh Cornwell (chant, guitare), Jean-Jacques Burnel (basse, chant), Dave Greenfield (claviers, orgue, piano, choeurs), Jet Black (batterie, percussions)

remarques

Les titres 12 à 15 sont des bonus

chronique

Styles
new wave
ovni inclassable
pop
post punk
Styles personnels
new wave/pop progressive/rock

'The Raven' est un album décidément bien étrange mais qui enfoncera définitivement le clou: oui, les Stranglers sont un groupe en pérpétuel renouvellement. Moins sombre que 'Black and white', le disque marque le retour au premier plan de l'orgue. Alors que Dave Greenfield avait opté pour un jeu plus épuré, plus éléctronique, le voilà qui renoue avec les claviers à la The Doors...mais pour mieux avancer ! Car, non, les Stranglers ne cherchent pas à revenir en arrière, bien au contraire, l'exploration synthétique se poursuit (les bip bips de 'Ice', 'Nuclear device') et plus que jamais les Etrangleurs cherchent à apprivoiser l'accroche pop de leurs compositions, sans perdre la complexité de leur propos. Résultat: de belles perles très new wave comme le magnifique 'Baroque Bordello' ou 'Duchess'. Si les lignes semblent faciles, leurs constructions ne le sont pas; les introductions s'étirent, le groupe refuse de céder au schéma couplet-refrain-couplet, jongle entre calme (le poignant 'Don't bring Harry' repris en français sur les bonus par Brunel) et rythme, éléctronique et éléctrique. Le chant de Hugh Cornwell hésite entre sensualité, dandysme, expérimentation ('Meninblack' et ses voix déformées version Mars Attacks), finement appuyé par le timbre plus velouté de Jean-Jacques Burnel. 'The Raven' dégage quelque chose de très hypnotique au fur et à mesure des écoutes, sentiment confirmé par l'ominprésence du jeu de basse et la technique du chant collé aux mélodies. Si son approche peut décontenancer, mieux vaut s'accorcher, sa beauté récompensera celui qui saura être patient. Bon sang ! Ces types partis du rock en sont venus à faire de la pop expérimentale !

note       Publiée le jeudi 26 juillet 2007

partagez 'The Raven' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Raven"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Raven".

ajoutez une note sur : "The Raven"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Raven".

ajoutez un commentaire sur : "The Raven"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Raven".

zugal21 › mercredi 12 avril 2017 - 19:35  message privé !

Incontestablement daté ( non ? ) , mais incontestablement bon. J'y entends beaucoup de quelque chose de mécanismes d'horlogerie complexe, d'entrecroisements, sur la plupart des titres ( néanmoins ce trait me semble commun à plusieurs de leurs albums ).

Note donnée au disque :       
Walter Smoke › jeudi 21 mai 2015 - 20:33  message privé !

C'est le seul Stranglers que je possède, et il déchire grave. Si l'on exclut les deux premiers morceaux, (d'où une boule qui manque), rien n'est de mauvaise qualité ici, mais alors RIEN. Cet enchainement de perles est tellement immense que je ne sais d'ailleurs pas quoi dire d'autre !

Note donnée au disque :       
Harry Dickson › mardi 11 juin 2013 - 01:18  message privé !

First and last men walk this earth, but only a few survive. 1979. En plein dans les cinq très grands albums des Stranglers.

Note donnée au disque :       
ericbaisons › mardi 1 juin 2010 - 15:30  message privé !

cette face B d'enflures quand meme

Note donnée au disque :       
Twilight › vendredi 16 novembre 2007 - 08:41  message privé !
avatar
L'oeil fier, le plumage brillant, le bec acéré ^^