Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSThe Stranglers › No more heroes

The Stranglers › No more heroes

cd | 14 titres

  • 1 I feel like a wog
  • 2 Bitching
  • 3 Dead ringer
  • 4 Dagenham Dave
  • 5 Bring on the Nubiles
  • 6 Something better change
  • 7 No more heroes
  • 8 Peasant in the big shitty
  • 9 Burning up time
  • 10 English towns
  • 11 School mam
  • bonus
  • 12 Straight out
  • 13 Five minutes
  • 14 Rok it to the moon

enregistrement

T.W Studios, Fulham, Angleterre, juillet 1977

line up

Hugh Cornwell (chant, guitare), Jean-Jacques Burnel (basse, choeurs), Jet Black (batterie, percussions), David Greenfield (claviers, choeurs)

remarques

Les titres 12, 13 et 14 sont des bonus

chronique

'Plus de héros !' Le cri est lancé et il sonne plus que jamais d'actualité en cette fin d'année 1977 où achève de se consumer la première explosion punk. Seulement, chez les Stranglers, la démarche va bien au delà d'un simple constat de désanchantement...On peut presque parler de dandysme tant nos lascars manient le cynisme, l'humour noir et s'amusent à brouiller les pistes. Dès les premières notes de 'I feel like a wog', basse sombre et orgues joyeux, on sent bien que rien n'est jamais acquis et qu'on va être secoué dans toutes les directions. Si 'No more heroes' s'inscrit très clairement dans la lignée de 'Rattus Norvegicus' en faisant cohabiter une rythmique post punk, un jeu de clavier héritier des Doors (plus discret cependant) et un chant instinctif très calqué sur le musique, je dirais que tout en dégageant l'humour typique, parfois salace, des Etrangleurs, il sonne plus aigre. Les vocaux ont un côté plus possédé, rauque, parfois légèrement expérimental ('Dead ringer') et si l'accroche directe est bien présente (le spectre des Kinks n'est pas très loin sur 'Dagenham Dave' ou 'Bring on the Nubiles'), l'album se teinte de noir au fur et à mesure, notamment sur un 'Peasant in the big shitty' franchement glauque, très cold wave dans son feeling. Même le rythmé et presque new wave 'No more heroes' a quelque chose de mordant, pareil pour le bon 'English Towns' (pas très loin d'une version plus sombre des Clash). Ce ne sont pas la batterie tribale et les cris d'enfants de 'School mam' qui dissiperont le malaise désormais installé. 'No more heroes' sonne nettement plus déconcertant que son prédécesseur à la première écoute mais c'est là son charme et si, selon moi, 'Rattus Norvegicus' brille par ses mélodies, ce disque se distingue davantage par son atmosphère pas franchement gaie mais drôlement efficace.

note       Publiée le vendredi 20 juillet 2007

partagez 'No more heroes' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "No more heroes"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "No more heroes".

ajoutez une note sur : "No more heroes"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "No more heroes".

ajoutez un commentaire sur : "No more heroes"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "No more heroes".

zugal21 › vendredi 23 novembre 2012 - 21:22  message privé !

Flêche de tout bois

Note donnée au disque :       
Aiwass › lundi 10 septembre 2007 - 23:29  message privé !
The Raven et Black & White sont beaucoup plus sombres (et expérimentaux) que cet album, amha.
Note donnée au disque :       
docteur.justice › dimanche 9 septembre 2007 - 12:09  message privé !
enfin, une chronique de cet album qui a tout a fait une place de choix ici. Pas trop d'accord avec la chro ni avec aiwassmachensie.. Classé a tors dans la période foure tout du punk ou on trouvait aussi bien les dictators qu'eddie and the hot rods. Cet album est noir a souhait et pas dans le second degré. Les rytmiqes son obsédantes, la basse fracassante et le clavier est dérangeant, un album fabuleux et sans espoir, les texte de hautes volée. album original ou on ne s'ennuie jamais, certaines basent sont a ecouter dans l'urgence tout en étant aboutie et d'un niveau que le groupe n'atteindra plus sombrant dans la mievrerie comme malheureusement chaque groupe qui fit un tube. Si ratus comportait quelques belle pieces, jamais on atteint la noirceur de cet album qui va jusqu'a avoir une pochette en adéquation avec la musique
Note donnée au disque :       
Aiwass › vendredi 20 juillet 2007 - 04:16  message privé !
Pour moi légèrement inférieur au premier, une sorte de répétition plus "punk", moins blues, ce qui n'est pas forcemment pour me plaire, plus sec, un peu plus gamin, plus "provoc facile"... et pourtant, il y'a des petites tueries sur ce disque. Le très sombre et expérimental "Peasant in the big Shitty", complètement barré psyché alcoolo (avec ses "mooh-mooooooh"), "No More Heroes (Anymore)" of course, avec ce clavier trépidant et cette voix pleine de hargne et de férocité dans le ton, l'excellent "Daghenam Dave" en hommage à une fréquentation charismatique morte noyée, et, surtout, "Bring On The Nubiles", où Cornell lâche ses pulsions provocatrices limite pédophiles dans un tube robotique et cheap complètement barré en couille, et puis le réussit "School Mam" qui fait figure de titre final misant sur l'ambiance, comme l'était "Down In The Sewer" dans le premier. Bon disque, mais la suite, aaah, la suite, autre chose !
Note donnée au disque :