Forums de discussions

Vous êtes ici › Forums de discussionsL'école des fans › Vous écoutez quoi là ?

Recherche dans les forums


Sujet ou corps des messages :    Auteurs :    


Vous écoutez quoi là ?

résultats 49381 à 49400 sur un total de 49412 • page 2470 sur 2471

Message
Rendez-Moi2 › jeudi 15 octobre 2020 - 17:06

J'ai mis beaucoup trop de temps à kiffer ce superbe album. Surtout par la presta de Prodigy qui paraît mollassonne au premier abord, mais ça colle au teint de l'album, très néon. Toute néon-musique est bénite.

Message
Scissor Man › jeudi 15 octobre 2020 - 18:34

Message
A.Z.O.T › vendredi 16 octobre 2020 - 00:24


Et c'est parti !

Message
Wotzenknecht › vendredi 16 octobre 2020 - 10:39
avatar

Arrrgh j'ai plus une thune :( M'en vais pleurer sur le streamer de Bleep

Message
zugal21 › vendredi 16 octobre 2020 - 11:56
avatar

Message
zugal21 › vendredi 16 octobre 2020 - 17:57
avatar

Message
Thomas › samedi 17 octobre 2020 - 10:01

Kiko Dinucci - Rastilho

Message
Dioneo › samedi 17 octobre 2020 - 11:22
avatar

Intrigante, ta pochette Vanité aux Invendus, Thomas... Je vais aller voir de quoi il retourne, tiens.

Pour le moment :

Tarwater - Animals, Suns and Atoms

Davantage trip-hop que Dwellers on the Threshold, je trouve, dans le son, les programmations (pour autant que ça veuille dire quelque chose, "trip hop") mais l'ambiance "ramener le fétichisme de la technologie au sens propre/plein/magique du mot fétichisme" est bien là aussi - feutré, discret, insidieux, pas du tout sur un mode "transe éclatée" mais dans l'étrangeté diffuse de la chose, des paroles (genre "All of the ants left Paris/The emperor has been crucified/The PA was hired/We sounded like screaming lambs that night/Come starset, we sounded all right"..), dans cette mise en sons raccord avec la pochette palmacée-greffé-baffle-délabrée... Autre constante : ça a tendance à filer extrêmement vite, un album de ces eauxgoudrons là... (Limite trop vite, oui).

Message
Dioneo › samedi 17 octobre 2020 - 13:25
avatar

Les Croisières Dolori - Croisières K7

Aussi bizarre que dans mon souvenir, avec ce même charme aussi. Synthés dziou-dziou qui font aussi des bruitages de film de cargo-culte locost, trombone Pacific Princess, percus (programmées ?) et... Armelle d'Heimat et The Dreams qui chante (encore en allemand) au milieu de tout ça. L'Est est là, ils en sont et ça peut nous mettre au cardinal supposé opposé.

Message
Thomas › samedi 17 octobre 2020 - 14:29

Intrigante, ta pochette Vanité aux Invendus, Thomas... Je vais aller voir de quoi il retourne, tiens.

C'est le guitariste "phare" de la musique brésilienne actuelle (Metá Metá, Passo Torto, Elza Soares etc.) en solo sur un disque de sambas acoustiques assez furieuses, le jeu de guitare est top, j'aime beaucoup.

Message
Dioneo › samedi 17 octobre 2020 - 16:03
avatar

Oui, j'ai percuté entre temps pour Méta Méta ! Pas encore écouté mais ça me branche d'autant plus.

Message
Dioneo › samedi 17 octobre 2020 - 18:07
avatar

En attendant les chros :

Matana Roberts - Coin Coin Chapter Two: Mississippi Moonchile

Et c'est toujours mon moins préféré des quatre à ce jour. Il est bon, hein, ceci-dit, très bon même mais ça reste le seul de la série où je décroche par moments - en particulier sur les passages avec chant lyrique... Les seuls sur la longueur desdits disques où ça "prend" parfois pas trop, je trouve. (Mais bon oui, je développerai en chrios - j'ai déjà dit le bien que je pensais du premier volume... le troisième reste un de mes bons "happages" de ces dernières années, et le quatrième... eh bien je ne l'ai pas encore assez écouté, alors que j'ai accroché direct à son parti-pris ajout-de-guitare-rock, freerock ouais mais rock'n roll à bal, aussi, en fait !)

Message
Rendez-Moi2 › dimanche 18 octobre 2020 - 12:51

L'atout principal de ce groupe en plus des sonorités latines c'est le chanteur qui est vraiment très bon, spécialement dans le growl soufflé.

Message
Procrastin › dimanche 18 octobre 2020 - 14:02

Tarantula Hawk - I

20 ans plus tard ; toujours aussi halluciné, toujours aussi vénéneux. Un sacré pouvoir de galvanisation aussi.

Message
Klarinetthor › dimanche 18 octobre 2020 - 14:19
avatar

Message
Dioneo › dimanche 18 octobre 2020 - 15:33
avatar

Australie :

Mesarthim - The Degenearte Era (2020)

Clairement à sa place sur Avantgarde Music (le label italien) mais... A première écoute, pas dans ceux qui me font penser "OK, encore du avantgardemusiccore qui chérit ses tics sans rien d'autre". L'autre, là, bah c'est ce que je trouve un certain sens de l'écriture qui fait des morceaux, pas juste des bouts d'ambiances. Un sens mélodique assez sûr, aussi - qui sans éviter forcément une certaine "course à la grandeur" touche souvent assez juste. J'aime bien aussi les passages où ça s'éloigne du "black atmo/cosmique" (un genre dont on se demande encore parfois en quoi ça a encore à voir avec le black, en fait) pour partir dans du heavy même assez marqué rock, quand ça ne s'emballe pas dans une espèce de thrashery (avec cependant un son plutôt propre, net et découpé voire un peu sec mais pas garage-inc...). J'aime bien l'usage de l'électronique, aussi, avec des accès métalindus qui ne font ni crabcore ni too-extreeeeme de qui vous savez. (Qui font pas "je me raccroche aux branches parce que de l'électronique hors synthés ambient il en faut maintenant dans le metal, sinon t'es largué"). Bon... Et je ne dis pas que ça ne déraille pas hors du chemin-du-bon-goût parfois, à la limite d'un kitsch pas "transcendé " - mais justement, c'est ce qui me plaît, comme d'autres sorties du label, alors qu'à ce que j'ai pu en écouter, une bonne autre moitié des trucs avantgarde peuvent donner dans un kitsch-sérieux-triste-magnificence-t'es-obligé-de-trouver-ça-beau-sinon-t'es-qu'un-cuistre qui les rend souvent chiants et parfois interchangeables. (En gros j'aime bien la "prise de risque esthétique" du truc - parce que ça pourrait tomber totalement à plat mais que là je trouve qu'il se passe quand-même autre chose).

Message
Dioneo › dimanche 18 octobre 2020 - 16:28
avatar

Puis on continue dans le même genre d'ambiances - mais on va voir si on continue ou si on lâche l'affaire, justement...

Unreqvieted - Stars Wept to the Sea (2018)

Encore du "post black atmo" blablabla, comme tout le laisse à entendre (le titre, la pochette, les titres des morceaux). Et comme souvent donc, avec ce genre aujourd'hui vaste aux contours assez flous : j'ai l'impression d'une musique faite et bien faite par un mec très informé de "ce qui se fait dans le genre" justement, et qui s'efforce d'y apporter sa couleur, son inflexion particulière... Mais avec ce "revers" : que souvent je décroche, saoulé par le sentiment d'écouter un pur produit de "geekerie musicale", connections trop bien pensées comprises avec d'autres mondes, d'autres modes... Une sorte de Fantasy musicale qui cherche le "voyage" mais au fond n'a jamais osé porter un pied, un neurone, un organe au-delà de sa chambre. Donc... D'un côté je trouve de chouettes passages façon donc B.O. de haut vol, celle d'animes que j'aime, singulièrement (celle de Kenji Kawai pour Ghost in the Shell ou celle d'Hajime Mizoguchi pour Jin-Roh). D'un autre, j'ai fréquemment l'impression d'écouter une sorte de version du black metal vue par Vangelis ou Schulze à leur moins inspiré, ou l'inverse (bien plus probable), un fan de black atmo "neigeux et gentiment tistoune" qui donnerait sa mouture de la "mé" d'antan, et des B.O., creuserait sa fixation sur les "musiques de voyage imaginaire", donc, et donc sans se rendre compte que souvent ça vire à la musique d'attente téléphonique de funérarium, à la dreampop + grattes grésillantes pas franchement passionnantes.

Mais bon, encore une fois : y'a je trouve de bons moments là-dedans, qui sortent la tête de la "version musicale des films de genre netflix" (à savoir souvent bien foutus mais encore plus souvent tous sur un même moule et ses variantes précises - sans vraie substance/conviction/idée, avec un rendu "occuper le format" vraiment pas passionnant). Le truc étant qu'au bout d'un temps, bah... J'en ai marre de les attendre pendant que ça étire les textures et "patterns" copiés-collés autour, entre, avant-après.

(Bon, et peut-être qu'il "faudrait" que je me remette à fumer des pétards par sessions, pour mieux apprécier, allez... Mais je me dis que peut-être que même pas, en fait - que si un coup je me remets à ce processus, autant m'envoyer des trucs qui "de base" m'excitent un peu plus).

Message
Dioneo › dimanche 18 octobre 2020 - 16:43
avatar

D'ailleurs hop, ça m'a gonflé, j'abrège et je m'aère avec un bout de ça :

Derek Bailey & Noël Akchoté - Close to the Kitchen (1996)

Impros à deux grattes et pas des plus sages, donc. Bien anguleuses et bruitistes mais sans jouer, on se sera douté si on connaît un tant soit peu les deux gars, la sur-amplification harsh-noise ou quoi. Là pour le coup c'est en ruptures et non en gros flot continue. Radical, le saut "d'esthétiques", entre le post-black d'il y a quelques minutes et cet espèce d'outre-free/outre musiques-improvisées-européennes là.

Message
Rendez-Moi2 › dimanche 18 octobre 2020 - 18:08

Vraiment un bon space rappeur ce Denzel Curry. J'aime pas trop développer quand je dis ce que j'écoute ahah, c'est dur d'exprimer ce que je ressens (et écrire 30 lignes sur une écoute pour des gens qui s'en foutent, mouais). Bref, space rappeur ici.

Message
Dioneo › lundi 19 octobre 2020 - 16:46
avatar

Une espèce de compile...

Radio Mulot - Various_Filedmice_ESVB_Vol_2_

En fait ça alterne "vrais" morceaux, "anti-jingles" bricolés maison, "sons trouvés"... Pour le moment c'est parti électro-tek limite acid, dubindus, un machin avec Mark Stewart (le seul nom que j'ai reconnu là-dedans, jusque là), et là, la plage en court est une espèce de bossa d'orgue de salon italien seventies re-triturée, avec du dzoui-dzoui de SF (on dirait Money Mark - ou les instrus-interludes du même sur les albums des Beastie Boys, un peu). Ça me donne en effet l'impression d'écouter une des radios "amateurs" que je passais à longueur de journée/soirée dans ma chambre quand j'étais ado - moins les speechs plein de "euuuuhhh" entre les morceaux. Bon, moins l'ambiance "comme si t'étais dans le studio avec eux" aussi, du coup. C'est plaisant, en tout cas, comme sensation. Et la sélection jusqu'ici est plutôt bien cool (et bien séquencée).