Forums de discussions

Vous êtes ici › Forums de discussionsArts généraux › Séries télé

Recherche dans les forums


Sujet ou corps des messages :    Auteurs :    


Séries télé

résultats 2161 à 2167 sur un total de 2167 • page 109 sur 109

Message
Nerval › mardi 12 mai 2020 - 00:07

Ouais Ken c'est super violent et très premier degré en VO. Ils étaient largués sur TF1 avec leur principe : c'est un dessin animé, c'est pour les enfants, alors que pour les japs c'est pas du tout ça.

Sinon c'est marrant que tu cites Juliette je t'aime, car en VO non coupé, c'est beaucoup plus graveleux qu'on le pense. Pas mal de scènes un peu déshabillées, des blagues à répétition sur le fait qu'Hugo se masturbe en pensant à Juliette, sans compter que en VO le Hugo n'est pas spécialement amoureux fleur bleue de Juliette, il veut juste se la faire. Sans compter les locataires qui picolent littéralement du matin au soir.

Faudrait que je vois City Hunter en VO du coup.

Message
(N°6) › mardi 12 mai 2020 - 00:17
avatar

Oui, j'avais aussi lu que l'anime avait été pas mal édulcoré aussi. Il restait quand même des scènes de beuveries de coloc, la rousse (?) toujours à moitié à poil et le mec hyper creepy. (c'est horrible la mémoire, j'ai le générique qui vient de me revenir.... "à la pension des MIMOSAAAAAAAS !")

Je sais plus si j'avais posté un truc à ce sujet dans le topic film, mais à mon immense surprise, le film City Hunter de Philippe Lacheau est une réussite assez folle qui rend hommage aux deux versions à la fois. C'est clair que le mec était vraiment un super fan et n'a pas fait ça pour surfer sur une vague foireuse d'adaptation en vogue (pourrie, d'ailleurs). Et j'y allais avec un à priori super négatif pourtant (en plus Lacheau ne m'a jamais fait rire quand il officiait à Canal). Je suis pas plus que ça branché films basés sur le fan service, mais là j'avoue, j'ai plongé comme jamais (en plus y a Didier Bourdon qui reste encore un des acteurs les plus drôles du monde. Putain, Nicky Larson avec Didier Bourdon et ça marche).

Message
dimegoat › mardi 12 mai 2020 - 06:40

Ce que j'aime dans la création japonaise, et que l'on voit dans les chambara finalement, c'est le côté no-limit mais hyper maîtrisé. Donc quand tu vois Nicky Larson sur un quai de métro qui tire avec son magnum une balle qui va traverser une rame bondée (et en mouvement !) pour atteindre un méchant qui retient en otage sur le quai d'en face une fille en culotte, ça pourrait être consternant alors que c'est simplement très fun.

Ce que vous dites sur Juliette T'es Bonne m'a bien amusé...j'imagine la VO de Cat's Eyes, brrrr... cela dit, l'obsession des culottes est parfois envahissante. Il y a quand même des plans culottes (de gamine, hein) dans Ken. Et même dans Evangelion, qui est un truc un peu qualität et sérieux, il y a plein de plan boobs/popotin sur Katsuragi et de blagues de vestiaire sur le fait qu'elle voudrait/pourrait se faire le héros, qui est tout même un adolescent un brin neurasthénique. C'est sans doute possible, tout de même, d'alléger l'atmosphère sans hyper-sexualiser la première fille qui passe.

Message
Dun23 › mardi 12 mai 2020 - 10:16

Mes gamins de 11 ans se sont fait déjà la remarque, je cite: "Ils sont pervers, les mangaka! Ils font les filles toujours avec des gros seins."
C'est pas faux, comme dirait l'autre.

Message
Nerval › jeudi 14 mai 2020 - 15:04

Gros fan de Watchmen, je viens de voir le premier épisode de la série HBO. Et pour l'instant ça me fait très peur. J'ai peur du truc politique bas du front SJW de 2020.

Ça vaut le coup de pousser un peu plus ou pas?

Message
Pielle › vendredi 15 mai 2020 - 11:37

Vu ces derniers temps :


Tales from the loop
Série d'une lenteur très étudiée avec une mise en scène de toute beauté mais qui tourne à vide et laisse dans l'ombre beaucoup trop de questions pour être honnête. Quant à l'ambiance SF, elle est seulement là comme une tapisserie ou un décor et surtout un prétexte maladroit à introduire des histoires d'une platitude chiante à regarder. Un beau plantage pour ma part étant fan de l'univers du peintre Simon Stålenhag.


DEVS
Un peu mieux que la précédente, avec toujours cette lenteur et une mise en scène elle aussi très sophistiquée mais on fini la série avec un goût de foutage de gueule dans la bouche, l'espèce d'histoire métaphysique (un gourou de GAFA qui met sa fortune au service de la création d'un algorithme pour prédire le futur et voir le passé afin de revoir sa jeune fille décédée) en fond étant mal maîtrisée, prévisible et la narration assez erratique et abrupte.

En ce moment j'ai commencé ça :

Les deux premiers épisodes seulement et ça s'annonce pas mal, on retrouve bien l'univers de Dick, ses obsessions et ses visions, à voir sur la longueur.

Message
Alfred le Pingouin › jeudi 28 mai 2020 - 01:32

MAISON IKKOKU BORDEL.

D'une finesse, d'une humanité, d'une drôlerie, de l'air quoi. Et du style. Et fuck les rageux.